Gideon Levy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gideon Levy

Description de cette image, également commentée ci-après

Gideon Levy en 2011.

Nom de naissance גדעון לוי
Naissance 1953
Tel Aviv, Israël
Nationalité Israélienne
Pays de résidence Israël
Diplôme
Master en Sciences politiques
Profession Journaliste
Autres activités
Formation

Gideon Levy, né en 1953 à Tel-Aviv, est un journaliste et écrivain israélien, membre de la direction du quotidien Haaretz et identifié avec la gauche radicale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gideon Lévy est un journaliste connu en grande partie pour s'être élevé dans des médias israéliens[1] pour dénoncer la politique israélienne à propos des territoires occupés en Cisjordanie.

Il critique la politique du gouvernement israélien à Gaza, les médias et la société israélienne, selon lui insensible au sort des habitants des Territoires occupés. Il tient dans Haaretz une chronique hebdomadaire sur des activités de l'armée israélienne sous le titre de « Twilight Zone » soit « zone grise »[2]. Il se définit comme un patriote israélien[3].

En tant que journaliste, son journal l'a envoyé en mission à Sarajevo pendant la guerre des Balkans.

Critiques[modifier | modifier le code]

Gideon Levy est réputé pour sa position extrêmement virulente contre son propre pays et il est à ce titre particulièrement prisé des médias européens[4],[5]. C'est pour cette raison qu'il est, d'après Ben-Dror Yemini directeur éditorial du journal Maariv, « sans doute le plus célèbre et le plus invité des journalistes israéliens »[6].

En Israël, il est régulièrement et violemment critiqué pour son soutien au radicalisme palestinien même parmi les cercles de la gauche progressiste[7]. Ses articles sont utilisés comme support de propagande par le Hamas[8]. Un certain nombre de personnalités comme l'écrivain Avraham Yehoshua[9], le reporter de gauche Roni Danie[10], la romancière Irit Dinur[11] ont décidé d'annuler leurs abonnements à Haaretz après des tribunes de Gideon Levy dénoncés comme violemment anti-israéliennes et « malhonnêtes ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]