Gianni Amelio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gianni Amelio

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Gianni Amelio à la Mostra de Venise 1992.

Naissance 20 janvier 1945 (69 ans)
San Pietro di Magisano
Calabre
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Profession Réalisateur

Gianni Amelio est un réalisateur italien de cinéma et de télévision, né le 20 janvier 1945 à San Pietro di Magisano, province de Catanzaro.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gianni Amelio suit à l'université, en Sicile, une formation en philosophie, et entre ensuite au Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome. Assistant de Liliana Cavani, Vittorio De Seta et d'autres réalisateurs dans les années 1960, il devient réalisateur pour le petit écran et pendant plusieurs années réalise des téléfilms remarqués par la critique.

En 1982, il tourne son premier long métrage Colpire al cuore (Droit au cœur) récompensé du Prix David di Donatello de la meilleure réalisation et obtient le Prix ACI à la Mostra de Venise.

La recherche du père hante tous les films de Gianni Amelio, issu d'une famille d'émigrants, où les pères abandonnent les fils. Dans ses films, plus psychologiques que politiques, Gianni Amelio est conscient des influences des grands maîtres du cinéma italien, Roberto Rossellini, Vittorio De Sica ou Luchino Visconti. Il partage la vision de ce dernier qui insiste sur la notion d’humanité : « L’expérience m'a enseigné que le poids de l'être humain, sa présence sont les seules choses qui comptent sur l'écran. »

Au-delà de son propre questionnement affectif, familial ou social, le cinéaste met toujours en scène le thème de l'altérité dans sa vérité.

En janvier 2014, il fait son coming out et se déclare homosexuel[1].

Principaux films[modifier | modifier le code]

  • Colpire al cuore (Droit au cœur) (1982), interprété par Jean-Louis Trintignant est récompensé du David di Donatello de la meilleure réalisation et obtient le Prix ACI de la Mostra de Venise.
  • I ragazzi di via Panisperna (1988) traite des implications de la recherche scientifique.
  • Portes ouvertes (1990) se penche sur la peine de mort (nommé à l'Oscar du meilleur film étranger).
  • Les Enfants volés, récompensé par le Grand Prix du jury et le Prix du jury œcuménique au Festival de Cannes en 1992, un road movie sur la solidarité entre exclus, qui l'impose définitivement comme un cinéaste qui s'inscrit dans la grande tradition du cinéma politique italien. Ce film reprend tous les thèmes privilégiés de l’auteur, tels que la misère, l’enfance, la délinquance et le Sud. À travers cette histoire de deux jeunes orphelins, Rosetta et son frère, pris en affection par un jeune carabinier, on peut mesurer toute la profondeur du manque paternel, et du transfert qui en découle.
  • Lamerica (prix spécial de la mise en scène à la Mostra de Venise en 1994) : Gianni Amelio s'interroge sur les rapports entre l’Occident et le reste du monde et dénonce le capitalisme sauvage et colonialiste qui sévit en Albanie à travers l’histoire de deux italiens partis à la conquête du nouveau monde après la chute du communisme, en 1991. Cette réflexion sur des personnes déplacées et sur les problèmes de l’émigration recoupe, comme l’explique Gianni Amelio, une interrogation personnelle, car il appartient à une famille d'émigrés. « Ce film est un voyage à la découverte de la véritable Albanie mais aussi de nos racines communes. C’est la découverte du fait que, derrière chaque peuple, il y a des duretés et des fatigues, et des parcours douloureux, des aventures, des rêves et des échecs, et des reprises. » Pour le réalisateur, le singulier rejoint toujours l’universel, et il ne cesse de prôner la tolérance, « la ressemblance entre les peuples », la fraternité, même si elle n’est pas évidente et souvent même conflictuelle.
  • Mon frère (Lion d’or à la Mostra de Venise en 1998), le rapport fraternel passionnel est le lieu de prédilection d’une affectivité pathologique et douloureuse. Mais le message final est celui de l’amour.
  • Le chiavi di casa (Les Clefs de la maison) (en sélection officielle pour la Mostra de Venise en 2003) aussi beau que dérangeant, où il narre la découverte mutuelle d’un père et de son fils handicapé.
  • L'Étoile imaginaire (2005) a été également sélectionné pour la Mostra de Venise.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Sebastiano Gesù, Raccontare i sentimenti. Il Cinema di Gianni Amelio, Giuseppe Maimone Editore, Catania, 2008, ISBN 978-88-7751-274-1

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]