Giangiacomo Feltrinelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giangiacomo Feltrinelli (Milan, - ) est un éditeur et un militant d'extrême gauche italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giangiacomo Feltrinelli et sa sœur Antonella (née en 1927) sont encore enfants lorsque leur père Carlo meurt. Dans son testament, il a nommé son fils héritier des trois-quarts de ses actifs, et, majeur en 1947, il acquiert le plein droit de disposer de ses biens.

En 1949, il fonde l’Istituto per la storia del Movimento Operaio (l'Institut pour l'histoire du mouvement ouvrier), dans lequel il rassemble des traces des arguments littéraires socialistes et communistes, et, en 1954, la maison d'édition Giangiacomo Feltrinelli.

L'expédition sardiste[modifier | modifier le code]

En 1968, Giangiacom Feltrinelli se rend en Sardaigne pour, d'après les documents découverts par la Commissione Stragi (it) en 1996, prendre contact avec les milieux de la gauche et du nationalisme insulaire. Le projet de Feltrinelli était de transformer la Sardaigne en une Cuba de la Méditerranée et lancer une expérience analogue à celle de Che Guevara et de Fidel Castro[1]. Parmi les idées de l'éditeur, il y avait celle de rallier les troupes rebelles du bandit Graziano Mesina (it). Mesina fut ensuite convaincu de ne pas participer à l'initiative de Feltrinelli grâce à l'intervention du SID, représenté par Massimo Pugliese, officier des services qui réussit à faire capoter l'initiative[2][3].

Clandestinité et mort[modifier | modifier le code]

Entré, en 1969, dans la clandestinité, sa troisième femme, Inge Schoental, prend sa place à la tête de la maison d'édition. Il meurt en 1972, en voulant dynamiter des pylônes électriques près de Milan. Son fils, Carlo Feltrinelli, hérite de la maison d'édition et en 1999, il écrit une biographie sur son père intitulée Senior Service (sa marque de cigares favorite) ; elle contient également des références sur l'histoire de toute la famille Feltrinelli.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Sardegna, laboratorio politico », GNOSIS, rivista italiana di intelligence
  2. (it) [1]
  3. Sur les rapports entre Feltrinelli et le nationalisme sarde, voir Giuliano Cabitza (pseudonyme de Eliseo Spiga): Sardegna, rivolta contro la colonizzazione, Milano: Feltrinelli, 1968, ou Giovanni Ricci: Fuorilegge, Banditi e ribelli di Sardegna Newton Compton editori.

Voir aussi[modifier | modifier le code]