Gian Francesco Malipiero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malipiero.

Gian Francesco Malipiero

Naissance 18 mars 1882
Venise, Drapeau de l'Italie Italie
Décès 20 septembre 1964 (à 82 ans)
Trévise, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale compositeur, musicologue, éditeur de musique
Collaborations Corporazione delle Nuove Musiche
Formation Conservatoire de Vienne
Maîtres Marco Enrico Bossi
Enseignement Conservatoire Benedetto Marcello de Venise
Ascendants Francesco Malipiero

Gian Francesco Malipiero (* 18 mars 1882, Venise - 1er août 1973, Trévise) est un compositeur italien, musicologue et éditeur de musique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils du compositeur d'opéra Francesco Malipiero (1824-1887), Gian Francesco Malipiero connaît une enfance agitée : ses parents se séparent en 1893 et son père Luigi, pianiste et chef d'orchestre, l'emmène avec lui à Trieste, Berlin et Vienne. Malipiero étudie au conservatoire de Vienne en 1898 avant de retourner chez sa mère à Venise en 1899. Il entre alors au Liceo Musicale et apprend le contrepoint avec Marco Enrico Bossi. Lorsque ce dernier s'installe à Bologne en 1902, Malipiero étudie seul. Il découvre et transcrit les compositeurs baroques italiens, alors complètement tombés dans l'oubli, notamment Claudio Monteverdi et Girolamo Frescobaldi. Cette découverte va transformer sa vie. Lorsqu'il rejoindra Bossi à Bologne en 1904, sa technique d'écriture sera suffisamment achevée pour qu'il obtienne le diplôme du Liceo Musicale de Bologne. Malipiero devient alors l'assistant du compositeur aveugle Antonio Smareglia.

Malipiero assiste à la première du Sacre du printemps d'Igor Stravinski à Paris en 1913, juste après avoir fait la connaissance d'Alfredo Casella. Il en est bouleversé et dira qu'il avait eu l'impression de sortir d'une longue léthargie. Malipiero acquiert la notoriété en remportant quatre des cinq prix de composition d'un concours organisé par l’Accademia di Santa Cecilia à Rome à laquelle il soumet cinq compositions sous cinq pseudonymes différents.

En 1923, Malipiero se joint à Alfredo Casella et Gabriele D'Annunzio qui créent la Corporazione delle Nuove Musiche. Dans l'Italie fasciste, il est en bons termes avec Mussolini jusqu'à ce qu'il mette en musique le livret de Luigi Pirandello La favola del figlio cambiato, ce qui lui vaudra la condamnation des fascistes.

Installé dans la petite ville d'Asolo depuis 1921, Malipiero poursuit son grand œuvre éditorial entre 1926 et 1942, l'édition complète des œuvres de Monteverdi. En 1932, il est nommé professeur de composition au Liceo Musicale de Venise (qui deviendra conservatoire en 1940 sous le nom de Conservatoire Benedetto Marcello de Venise). Il en sera le directeur de 1939 à sa retraite en 1952.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Malipiero est un compositeur particulièrement prolifique : sur 70 ans de carrière, il écrit 17 symphonies, près de 40 opéras, sur un catalogue comptant plus de 200 œuvres[1].

Musique orchestrale[modifier | modifier le code]

  • Sinfonia degli eroi (1905)
  • Sinfonia del mare (1906)
  • Sinfonia del silenzio e de la morte (1909–1910)
  • Impressioni dal vero en trois parties
    • I (1910-1911)
    • II (1914-1915)
    • III (1921-1922)
  • Pause del Silenzio en deux parties
    • I (1917)
    • II (1925-1926
  • Ballet Pantea (1919)
  • Cimarosiana (1921), cinq fragments symphoniques d’après l’œuvre pour clavier de Cimarosa
  • Concerti (1931)
  • Concerto nº 1 pour piano et orchestre (1931)
  • Inni (1932)
  • Concerto nº 1 pour violon et orchestre (1932)
  • Sette Invenzioni (1933)
  • Sinfonia nº 1 "In quattro tempi, come le quattro stagioni" (1933)
  • Sinfonia nº 2 "Elegiaca" (1936)
  • Concerto pour violoncelle et orchestre (1937)
  • Concerto nº 2 pour piano et orchestre (1937)
  • Concerto a tre pour violon, violoncelle, piano et orchestre (1938)
  • Sinfonia nº 3 "Delle campane" (1944–1945)
  • Sinfonia nº 4 "In memoriam" (1946)
  • Sinfonia nº 5 "Concertante in eco" (1947)
  • Sinfonia nº 6 "Degli archi" (1947)
  • Ballet Stradivario (1948)
  • Sinfonia nº 7 "Delle canzoni" (1948)
  • Concerto nº 3 pour piano et orchestre (1948)
  • Concerto nº 4 ‘’ pour piano et orchestre (1950)
  • Sinfonia in un tempo (1950)
  • Sinfonia dello Zodiaco "Quattro partite: dalla primavera all'inverno" (1951)
  • Ballet El mondo novo (1951)
  • Vivaldiana (1952)
  • Passacaglie (1952)
  • Fantasie di ogni giorno (1953)
  • Elegia capriccio (1953)
  • Fantasie concertanti (1954)
  • Notturno di canti e balli (1957)
  • Concerto nº 5 pour piano et orchestre (1958)
  • Sinfonia per Antigenida (1962)
  • Concerto nº 2 pour violon et orchestre (1963)
  • Sinfonia no 8 "Symphonia brevis" (1964)
  • Concerto nº 6 pour piano et orchestre (1964)
  • Sinfonia nº 9 "Dell'Ahimè" (1966)
  • Sinfonia nº 10 "Atropo" (1966–1967)
  • Concerto pour flute et orchestre (1968)
  • Sinfonia nº 11 "Delle cornamuse" (1969)
  • Gabrieliana (1971)
  • Omaggio a Belmonte (1971)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Sonata pour violoncelle et piano (1907–1908)
  • Canto della Lontananza pour violon et piano (1919)
  • Quatuor à cordes nº 1 "Rispetti e strambotti" (1920)
  • Quatuor à cordes nº 2 "Stornelli e ballate" (1923)
  • Quatuor à cordes nº 3 "Cantari alla madrigalesca" (1931)
  • Epodi e giambi pour violon, hautbois, alto et basson (1932)
  • Quatuor à cordes nº 4 (1934)
  • Sonata a cinque pour flûte, harpe, alto, violon et violoncelle (1934)
  • Quatuor à cordes nº 5 "dei capricci" (1941–1950)
  • Sonatina pour violoncelle et piano (1942)
  • Quatuor à cordes nº 6 "l'Arca di Noé" (1947)
  • Quatuor à cordes nº 7 (1950)
  • Sonata a quattro pour flute, hautbois, clarinette et basson (1954)
  • Serenata mattutina pour dix instruiments (1959)
  • Serenata pour basson et dix instruments (1961)
  • Macchine pour 14 instruments (1963)
  • Quatuor à cordes no 8 "per Elisabetta" (1964)
  • Endecatode pour 14 instruments et percussions (1966)

Musique pour piano[modifier | modifier le code]

  • 6 morceaux (6 pezzi) (1905)
  • Bizzarrie luminose dell'alba, del meriggio, della notte (1908)
  • 3 danze antiche (1910)
  • Poemetti lunari (1909–10)
  • Tre improvisi per pianola
  • Impressioni (vor 1914)
  • Preludi autunnali (1914)
  • Poemi asolani (1916)
  • Barlumi (1917)
  • Maschere che passano (1918)
  • Risonanze (1918)
  • La siesta (1920)
  • A Claude Debussy (1920)
  • Omaggi: a un pappagallo, a un elefante, a un idiota (1920)
  • Cavalcate (1921)
  • Il tarlo (1922)
  • Pasqua di resurrezione (1924)
  • 3 preludi e una fuga (1926)
  • Epitaffio (1931)
  • Prélude à une fugue imaginaire (1932)
  • I minuetti di Ca'Tiepolo (1932)
  • Preludio, ritmi e canti gregoriani (1937)
  • Preludio e fuga (1940)
  • Hortus conclusus (1946)
  • Stradivario pour deux claviers (1955)
  • Dialogo nº 2t pour deux claviers (1955)
  • 5 studi per domani (1959)
  • Variazione sulla pantomima dell'"Amor brujo" de Manuel de Falla (1959)
  • Bianchi e neri (1964)

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Tre poesie di Angelo Poliziano (1920)
  • San Francesco d'Assisi, mystère pour solistes, chœurs, et orchestre (1920–1921, New York 1922)
  • Quattro sonetti del Burchiello (1921)
  • Due sonetti del Berni (1922)
  • Le Stagioni Italiche pour soprano et piano (1923, Venise 1925)
  • La Cena, cantate pour chœurs et orchestre (1927, Rochester 1929)
  • Commiato pour baryton et orchestre (1934)
  • La Passione, cantate pour chœur et orchestre (Rome 1935)
  • De Profundis pour une voix, alto et piano (Venise 1937)
  • Missa Pro Mortuis pour baryton, chœurs et orchestre (Rome 1938)
  • Quattro Vecchie Canzoni (1940, Washington 1941)
  • Santa Eufrosina, mystère pour soprano, deux barytons, chœurs et orchestre (Rome 1942)
  • Le Sette Allegrezze d'Amore (Milan 1945)
  • La Terra, d'après les Géorgiques de Virgile (1946)
  • Mondi celesti pour soprano et dix instruments (1948, Capri 1949)
  • La Festa della Sensa pour baryton, chœurs et orchestre (1949–1950, Bruxelles 1954)
  • Cinque favole (1950)
  • Preludio e morte di Macbeth pour baryton et orchestre (1958, Milan 1960)
  • Sette canzonette veneziane pour voix et piano (1960)

Opéras[modifier | modifier le code]

  • L'Orfeide (1919–1922, Düsseldorf 1925), en trois parties :
    • I "La morte delle maschere",
    • II "Sette canzoni",
    • III "Orfeo"
  • Tre commedie goldoniane (1920–1922, Darmstadt 1926) :
    • I "La bottega da caffè",
    • II "Sior Todero Brontolon",
    • III "Le baruffe Chiozotte"
  • Filomela e l'infatuato (1925, Prague 1928)
  • Torneo notturno (1929)
  • La favola del figlio cambiato (livret de Luigi Pirandello, 1933)
  • Giulio Cesare (d’après Shakespeare (1935, Gênes 1936)
  • Antonio e Cleopatra (d’après Shakespeare, 1937, Florence 1938)
  • I capricci di Callot (d’après E.T.A. Hoffmann, 1942, Rome 1942)
  • L'allegra brigata (1943, Milan 1950)
  • Mondi celesti ed infernali (1949, Venise 1961)
  • Il figliuol prodigo (1952, Florence 1957)
  • Donna Urraca, atto unico (1954)
  • Venere prigioniera (1955, Florence 1957)
  • Il marescalco (1960, Trévise 1969)
  • Don Giovanni (1963, Naples)
  • Rappresentazione e festa di Carnasciale e della Quaresima (opéra ballet, 1961, Venise 1970)
  • Le metamorfosi di Bonaventura (Venise 1966)
  • Don Tartufo bacchettone (1966, Venise 1970)
  • Iscariota (1971)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gallagher D, notice de l'enregistrement des Impressioni dal vero et des Pause del silenzio par l'orchestre symphonique de Rome sous la direction de Francesco La Vecchia, éditions Naxos