Giambattista Basile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giambattista Basile

Description de cette image, également commentée ci-après

Giambattista Basile

Autres noms Gian Alesio Abbatutis
Activités Homme de lettres
Naissance 1566 ou 1575
Naples
Décès
Giugliano in Campania
Langue d'écriture italien, napolitain
Genres poésie, conte

Giambattista Basile (Naples, 1566 ou 1575 - Giugliano in Campania, 23 février 1632) est un poète, courtisan et écrivain italien.

Il est surtout connu pour son recueil Le Conte des contes (Lo cunto de li cunti overo Lo trattenemiento de peccerille), plus communément désigné sous le titre de Pentamerone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Naples dans une famille de la classe moyenne, Giambattista Basile a été courtisan et soldat auprès de plusieurs princes italiens, dont le Doge de Venise. Selon Benedetto Croce il serait né en 1575, alors que selon d'autres sources il serait né en 1566. Giambattista Basile a commencé à écrire des poèmes à Venise puis est ensuite retourné à Naples pour servir comme courtisan sous la protection de Don Marino II Caracciolo, prince d'Avellino à qui il a dédié son idylle L'Aretusa (1618). À sa mort, il était devenu Comte de Torrone.

Basile est surtout renommé pour avoir écrit un recueil de contes napolitains intitulé Lo cunto de li cunti overo Lo trattenemiento de peccerille (ce qui en napolitain signifie « Le conte des contes ou Le divertissement des petits enfants »). Ces contes ont été publiés en deux volumes après sa mort par sa sœur Adriana en 1634 et 1636 sous le pseudonyme de Gian Alesio Abbatutis.

Giambattista Basile a recueilli et adapté des contes issus de la tradition orale européenne. Plusieurs d'entre eux ont été ensuite adaptés par Charles Perrault et Jacob et Wilhelm Grimm. C'est par exemple le cas de Cendrillon, du Chat botté, de Peau d'âne, des Fées, de La Belle au bois dormant et de Hansel et Gretel.

Lo cunto est connu sous le nom de Pentamerone, un titre utilisé pour la première fois dans l'édition de 1674 en allusion au Décaméron de Boccace, sur le modèle duquel il est bâti.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source et Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :