Giacomo Micaglia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue de Peschici dans la province italienne de Foggia, la ville natale de Giacomo Micaglia

Giacomo Micaglia [1],[2] (en croate: Jakov Mikalja, en latin: Jacobi Micalia) (Peschici, 31 mars 1601 - Loreto, 1er décembre 1654) était un humaniste italien, linguiste et lexicographe de la langue croate[3], originaire du Peschici, dans la région italienne des Pouilles (alors dans le Royaume de Naples).

Biographie[modifier | modifier le code]

Giacomo Micaglia est né à Peschici, un village dans la péninsule de Gargano, le 31 mars 1600[4]. La ville de Peschici a eu des échanges intenses avec Venise et les villes côtières dalmates, comme en témoignent les documents historiques[5],[6],[7].

Après avoir terminé ses études en philosophie, en 1628, Micaglia entra dans la Compagnie de Jésus[4]. Merci à sa suffisant connaissance de la langue illyrienne, en 1630, il fut envoyé à la République de Raguse par les Jésuites.

Micaglia enseigné Latin pendant quatre ans (1630-1633) au Collège des Jésuites de Ragusa, sous la supervision d'un autre jésuite, Bartolomeo Cassio, célèbre linguiste et premier traducteur de la Bible dans la langue illyrienne[4]. De 1637 à 1645, il a été missionnaire à Timisoara[4], dans le Banat.

La basilique de Lorette, où Micaglia a passé ses dernières années.

En 1645, après avoir vécu pendant un certain temps en Slovaquie [4], Micaglia retourna en Italie et s'installe à Loreto, où il était confesseur à la Basilique de Sainte Maison de Lorette[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Le travail le plus grand de Micaglia est le Thesaurus de Langue illyrien et le Dictionnaire croate (où des mots croates sont traduits vers l'italien et le latin). Il a été d'abord imprimé à Loreto en 1649, mais une meilleure presse d'impression ayant été nécessaire il a été achevé à Ancône en 1651. Le dictionnaire était un projet des Jésuites, il devait être un instrument contre la Réforme Protestante dans les Balkans.

C'est la première fois qu'un dictionnaire ayant le croate pour langue de base fut imprimé. Le croate est cependant appelé, dans ce dictionnaire, illyrien, ce qui est une nuance importante par rapport à la répartition contemporaine de la langue croate.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom (italien) d'origine
  2. Hrvatski leksikon 2 L - Ž, Naklada Leksikon d.o.o., Zagreb, 1997, ISBN 953 96728 0 5
  3. (en) Slobodan Prosper Novak, Radoslav Katičić, Two thousand years of writing in Croatia, SNL, 1989 p.88 cit.: « The Italian Jesuit Giacomo Micaglia learned Croatian as a missionary in the Balkans ».
  4. a, b, c, d, e et f hr/Kolo/kolo0301.nsf/AllWebDocs/lex Vladimir Horvat Jubileji Hrvatskih eksikografa: Fausta Vrančića (1551-1617) de la Mikalje Jakova (1601-1654)
  5. Cod. Dipl. Tremiti, documento n.47
  6. «Ser Antonio de Stephano de Ragusio et Ser Marco de Johanne fanno costruire in società una nave de la portata de carra 250. Ditta costruzione debia avvenire in terra Peschice. La dispesa sarà di ducati 500» Cod. Dipl. Barl., 1570 vol. 10, n.28.
  7. “In Peschice de Gargano si costruisce una nave pro parte Johannis de Natali de Ragusio, Baroli commorantis”. Il calefatore è Marinus de Ragusio.Cod. Dipl. Barl., 1570 vol. 10, n.380.