Giacomo Lercaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giacomo Lercaro
Biographie
Naissance 28 octobre 1891 à Quinto al mare
Ordination sacerdotale 25 juillet 1914
Décès 18 octobre 1976 à Bologne
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
12 janvier 1953 par Pie XII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Maria in Traspontina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 19 mars 1947
par le card. Siri
Archevêque de Bologne
Archevêque de Ravenne
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Giacomo Lercaro, né le 28 octobre 1891 à Quinto al mare, en Ligurie et mort le 18 octobre 1976 à Bologne, est un cardinal italien qui fut archevêque de Ravenne de 1947 à 1952, puis archevêque de Bologne de 1952 à 1968. Il fut élevé au cardinalat en 1953 par le pape Pie XII.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et ordination[modifier | modifier le code]

Giacomo Lercaro naquit à Quinto al mare, une commune autrefois indépendante, intégrée à la ville de Gênes en 1926. Huitième de neuf enfants, il était issu d'une famille de marins, et deux de ses frères, Amedeo et Attilio, entrèrent également en religion. De 1902 à 1914, il fréquenta le séminaire archiépiscopal de Gênes. Il fut ordonné prêtre le 25 juillet 1914 par l'archevêque Ildefonso Pisani et quatre mois plus tard, en novembre, il se rendit à Rome pour faire ses études à l'Institut biblique pontifical.

Œuvre pastorale et théologique[modifier | modifier le code]

Lorsque l'Italie entra en guerre, il fut contraint de changer de poste et de devenir aumônier militaire jusqu'en 1917. En 1918, il devint préfet du séminaire de Gênes, où son frère Amédée était recteur, et resta à ce poste jusqu'en 1923.

Il fut également professeur suppléant en théologie (1921-1923) et professeur d'Écriture sainte et de patrologie (1923-1927). En 1927, il devint professeur de religion dans l'enseignement secondaire et participa à de nombreux mouvements d'étudiants dans le district de Gênes.

Archevêque[modifier | modifier le code]

Il reçut la consécration épiscopale le 19 mars 1947 des mains de l'archevêque Giuseppe Siri, assisté de l'archevêque Angelo Rossini et de l'évêque Francesco Canessa comme coconsécrateurs. Lors du consistoire du 12 janvier 1953, Lercaro fut créé cardinal-prêtre de Santa Maria in Traspontina par Pie XII.

Cardinal[modifier | modifier le code]

Pendant les premières années de son cardinalat, Lercaro établit ses premiers contacts avec Angelo Roncalli et se fit remarquer par la façon dont il transforma son palais épiscopal en orphelinat. Bien que depuis 1953 il ait été vu par les observateurs du Vatican comme un successeur possible de Pie XII et ait été même cité comme papabile par l'Osservatore Romano, il fut gêné par sa réputation d'être de tous les cardinaux celui qui avait le comportement le plus particulier et le désir d'un pontificat de transition.

Généralement considéré, au conclave de 1963, comme le papabile qui avait la vision la plus proche de celle du pape Jean XXIII, Giacomo Lercaro fut cependant jugé trop libéral par la plupart des autres cardinaux pour être élu ; Giovanni Battista Montini l'emporta finalement.

Bien que le cardinal Lercaro eût réalisé un travail essentiel dans la mise en œuvre du concile Vatican II après sa clôture en 1965, du fait de son âge avancé il quitta peu à peu la place prééminente qu'il occupait au sein de l'Église vers la fin des années 1960. Le 12 février 1968, il se retira de son poste d'archevêque de Bologne et en 1971, ayant atteint l'âge de quatre-vingt ans, il perdit son droit de participer aux conclaves qui se tiendraient désormais, conformément au motu proprio qui venait d'être publié, Ingravescentem aetatem.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Son anti-fascisme[modifier | modifier le code]

Son implication dans ces mouvements d'étudiants donna à Lercaro un grand intérêt pour concilier la théologie engagée catholique et la culture moderne, si bien que, pendant la guerre, il devint au sein de l'Église un des plus grands adversaires du fascisme, prêchant résolument contre le nazisme et offrant l'asile chez lui à ceux qui étaient persécutés par Mussolini, et plus particulièrement aux juifs italiens dont la persécution avait commencé à la suite de la collaboration de l'Italie avec l'Allemagne nazie. On en vint au point, au cours de la Seconde Guerre mondiale, qu'il fut contraint d'agir sous le faux nom de « Père Gusmini Lorenzo" et de vivre dans une cellule vacante d'un monastère pour éviter d'être exécuté par des collaborateurs nazis.

Son anti-communisme[modifier | modifier le code]

On croit que la réputation de Lercaro comme critique déclaré du communisme fut un facteur qui contribua à la décision du pape Pie XII de faire de lui le premier archevêque de Ravenne (31 janvier 1947), puis le vingtième archevêque de Bologne (19 avril 1952), deux villes qui comptaient parmi les plus importantes sous la domination communiste en Italie.

Deuxième Concile du Vatican[modifier | modifier le code]

Même si Lercaro estimait que Jean XXIII s'était trop hâté en annonçant le Deuxième Concile du Vatican au début de 1959, il siégea par la suite dans le bureau qui le présidait et fut considéré comme l'un des principaux architectes des réformes liturgiques du Concile.

Le cardinal Lercaro fut nommé en 1963, par le nouveau pape Paul VI, comme l'un des quatre modérateurs qui devaient présider en son nom le concile : les cardinaux Agagianian, Dâfpner, Lercaro, et Suenens.

Une Église des pauvres[modifier | modifier le code]

Le cardinal Lercaro fut également le premier à populariser la théorie de « l'Église des pauvres » qui se développa par la suite en Amérique latine au cours des années 1970. Durant le temps où il fut archevêque de Bologne, où le parti communiste italien était le plus populaire, il tenta d'établir un dialogue avec les membres de ce parti.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]