Ghost Dog : La Voie du samouraï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ghost Dog : La Voie du samouraï

Titre original Ghost Dog, the Way of the Samurai
Réalisation Jim Jarmusch
Scénario Jim Jarmusch
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau du Japon Japon
Genre Film d'action, drame
Sortie 1999
Durée 116 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ghost Dog : La Voie du samouraï (Ghost Dog: The Way of the Samurai) est un film américain de Jim Jarmusch sorti en 1999.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans l'État du New Jersey, un tueur à gages afro-américain vit selon les préceptes du Hagakure, code d'honneur des samouraïs du Japon médiéval. Il vit seul, très simplement, en nourrissant ses pigeons, se faisant appeler « Ghost Dog », littéralement en français « chien fantôme » ou « chien invisible ». Son sauveur à la suite d'un incident survenu huit ans auparavant, qu'il considère comme son « Maître », fait partie de la mafia italienne locale. Quand la fille du « Parrain » devient le témoin d'un des contrats de « Ghost Dog », celui-ci semble alors bien gênant pour les mafieux qui décident de s'en débarrasser au plus vite.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Forest Whitaker.

La bande originale musicale du film[modifier | modifier le code]

Deux versions sont actuellement sorties, l'une aux États-Unis, l'autre au Japon, et ces deux versions sont différentes ; l'américaine est un album inspiré du film tandis que la japonaise se focalise sur la musique instrumentale du film.

Version sortie aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Ghost Dog - The Way of the Samurai

Album par RZA et collaborations
Sortie 11 avril 1999
Enregistré 36 Chambers, New Jersey
Durée 51'52"
Genre hip-hop
Producteur RZA
Label Razor Sharp/Epic/SME Records

Ghost Dog - The Way of the Samurai est l'album constituant la bande originale inspirée du film produite, mixée, et arrangée par RZA et sortie le 11 avril 1999 aux États-Unis. RZA a également fait appel à Wu-Tang Clan, Killah Priest et Flavor Flav pour l'écriture de la musique inspirée du film.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

  1. Samurai Code Quote (0'15") – Forest Whitaker
  2. Strange Eyes (5'04") – Sunz of Man/12 O'Clock/Blue Raspberry (en)
  3. 4 Sho Sho (4'43") – Northstar (en)/RZA/Blue Raspberry
  4. Zip Code (3'07") – Black Knights
  5. Samurai Code Quote (0'17") – Forest Whitaker
  6. Cakes (5'00") – Kool G Rap (avec RZA)
  7. Samurai Code Quote (0'18") – Forest Whitaker
  8. Don't Test/Wu Stallion(5'18") – Suga Bang Bang
  9. Walking Through the Darkness (5'17") – Tekitha
  10. The Man (4'13") – Masta Killa/Superb
  11. Samurai Code Quote (0'14") – Forest Whitaker
  12. Walk The Dogs (4'04") – Royal Fam/La the Darkman
  13. Stay With Me (3'23") – Melodie/12 O'Clock
  14. East New York Stamp (2'04") – Jeru the Damaja et Afu-Ra
  15. Samurai Code Quote (0'32") – Forest Whitaker
  16. Fast Shadow (3'02") – Wu-Tang Clan
  17. Samurai Code Quote (0'20") – Forest Whitaker
  18. Samurai Showdown (3'59") – RZA
  19. Samurai Code Final Quote (0'34") – Forest Whitaker

Version japonaise[modifier | modifier le code]

Music from the Motion Picture Ghost Dog: The Way Of The Samurai

Album par RZA et collaborations
Sortie 20 novembre 2001
Durée 34'06"
Genre hip-hop
Label JVC

Il est à noter également qu'une version japonaise de la bande originale est sortie le 20 novembre 2001. Cette version se focalise sur la partie instrumentale du film contenant des morceaux inédits qui n'apparaissent pas dans la version sortie aux États-Unis. Elle contient notamment des morceaux du Wu-Tang Clan et de RZA qui n'apparaissent pas dans le film.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

  1. Ghost Dog Theme (1'39") - avec la participation de Dogs et de EFX
  2. Opening Theme("Raise Your Sword") (3'23") [Instrumentale]
  3. Flying Birds (1'13")
  4. Samurai Theme (1'19")
  5. Gangsters Theme (1'06")
  6. Dead Birds (0'49")
  7. Fast Shadow [Version 1] (1'25") – avec la participation du Wu-Tang Clan
  8. RZA #7 (1'48")
  9. Funky Theme (2'31")
  10. RZA's Theme (2'31")
  11. Samurai Showdown ("Raise Your Sword") (3'58") – avec la participation de RZA
  12. Ghost Dog Theme II (1'17")
  13. Fast Shadow (version 2) (2'47") – avec la participation du Wu-Tang Clan
  14. Untitled #8 (2'01") – Non utilisé dans le film
  15. Untitled #12 (2'46") - Jazz (non utilisé dans le film)
  16. Wu-World Order [Version 1] (3'33") – avec la participation du Wu-Tang Clan (non utilisé dans le film).

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un succès commercial modéré, rapportant environ 9 380 000 $ au box-office mondial, dont 3 308 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 2 000 000 $[3]. En France, il a réalisé 584 787 entrées[4].

Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 82 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7/10 et sur la base de 94 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[5]. Sur Metacritic, il obtient un score de 67/100 sur la base de 31 critiques collectées[6].

Les Cahiers du cinéma le classe au 9e rang de leur liste des meilleurs films de 1999[7].

Commentaires[modifier | modifier le code]

Ambiguïté quant au statut de sauveur de Louie[modifier | modifier le code]

Comme dit dans le synopsis, Ghost Dog considère Louie comme son sauveur, c'est pourquoi il le traite comme son maître, qu'il se doit de protéger à tout prix. En effet, au début du film, un flashback nous montre Ghost Dog se faisant passer à tabac par des gangsters, puis Louie arrive et en abat un. Ceci est la version de Ghost Dog. Mais la version de Louie est différente : lorsqu'il raconte cette histoire à son chef mafieux, on voit un gangster le braquer, avant d'être abattu. Louie passe alors de sauveur de Ghost Dog à sauveur de sa propre peau. L'ambiguïté n'est pas levée dans le film, et met en cause la seule raison de vivre de Ghost Dog. On peut néanmoins penser que Louie dit avoir été mis en joue pour se justifier d'avoir sauvé la vie d'un noir auprès de ses patrons racistes.

Influence hip-hop[modifier | modifier le code]

Toute la musique originale du film a été composée par RZA, membre du Wu Tang Clan, groupe de hip-hop américain. On peut d'ailleurs apercevoir RZA lui-même en arrière-plan dans plusieurs scènes du film. Au début de la scène du camion de glace, des rappeurs proches du collectif Wu-Tang improvisent sur le titre Ice Cream, dont le texte sert de base à la discussion de la scène qui suit.

Le meilleur ami de Ghost Dog, immigré haïtien ne parlant que le français[8], propose une glace au chocolat à la petite Pearline, en affirmant « même si la vanille est le parfum le plus populaire au monde, le chocolat reste le meilleur ». La chanson Ice Cream joue sur la métaphore entre les glaces aux parfums vanille, chocolat et citron et les couleurs de peau associées.

Influence du Samouraï de Jean-Pierre Melville[modifier | modifier le code]

Le film emprunte des références à de très nombreux films de genre (western, film noir, comédie, etc.), mais l'hommage le plus important est celui fait par Jim Jarmusch à Jean-Pierre Melville pour son film Le Samouraï de 1967. On peut ainsi retrouver comme inspiration :

  • le titre évidemment, plus la référence au livre sur le bushido, le code du samouraï, qui fait l'ouverture du film de Melville et qui est lu tout au long du film de Jarmusch ;
  • le rôle du tueur à gage solitaire dont les seuls compagnons sont les oiseaux : un canari vs des pigeons ;
  • les scènes de vol de voiture de luxe au début des deux films avec une évolution technologique : un trousseau de clés pour une DS Citroën vs un scanner électronique pour des Mercedes ou des Lexus. Puis plus tard le changement des plaques minéralogiques ;
  • le port et l'utilisation de gants blancs par les deux tueurs ;
  • le rôle des oiseaux dans les deux films qui alertent de l'intrusion de l'ennemi ;
  • le rapport au milieu de la mafia qui, dans les deux films, commandite les contrats et décide d'abattre le tueur à gage ;
  • et évidemment la fin du film pour lequel Ghost Dog, comme Jef Costello, va volontairement se faire abattre avec un pistolet non chargé pour mettre fin à son parcours solitaire.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Gary Farmer jouant le rôle de Nobody (Personne) dans Dead Man répète à un moment du film la même phrase que dans Dead Man  : « Stupid fucking white man » (« Foutu con de Blanc »).
  • Le personnage de Raymond, vendeur de glace et ami de Ghost Dog, ne parle que le français de sorte que ses paroles sont incompréhensibles des autres personnages et réciproquement. Ses interventions ne sont d'ailleurs pas doublées, laissant le spectateur non francophone dans la même situation que les personnages principaux du film. Pour conserver ce jeu sur la barrière de la langue dans la version doublée en français du film, Raymond parle le yoruba. Cependant, Ghost Dog répète souvent ce que Raymond dit mais cette fois-ci en anglais.
  • De nombreux extraits de dessins animés plus ou moins anciens sont utilisés dans le film, avec entre autres Betty Boop, Woody Woodpecker, Itchy et Scratchy, Félix le Chat.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ghost Dog sur The Numbers.
  2. Photo de Tricia Vessey dans Ghost Dog.
  3. Ghost Dog sur Box Office Mojo.
  4. Ghost Dog sur JP‘s Box-Office.
  5. Ghost Dog sur Rotten Tomatoes.
  6. Ghost Dog sur Metacritic.
  7. « Classements Cahiers du cinéma », sur alumnus.caltech.edu (consulté le 17 janvier 2012).
  8. (en) Richard Crouse, The 100 Best Movies You've Never Seen, ECW Press,‎ 26 août 2003, 275 p. (ISBN 9781554905409, lire en ligne), p. 94.

Lien externe[modifier | modifier le code]