Ghomala’

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ghomala’
Ghomálá’
Pays Cameroun
Région Région de l'Ouest
Nombre de locuteurs 0,26 million[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 bbj
IETF bbj
Linguasphère 99-AGE-e

Le Ghomálá’ (littéralement « langue du pays/village ») est l'une des 11 langues bamilékées. Il est issu du dialecte de Bandjoun et fait office de langue écrite commune à plusieurs dialectes bamilékés parlés.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le ghomálá' est parlé au Cameroun, dans des départements de la région de l'Ouest :

Il représentait 260 000 locuteurs en 1982[1] et appartient, comme les autres langues bamilékées, à la famille des langues semi-bantoues. Il couvre aujourd'hui une aire d'environ 530 000 habitants (2001) sans compter une importante diaspora.

Dialectes[modifier | modifier le code]

Le Nord Ghomálá' a 2 sous-dialectes, le Ghomálá' du centre en a 4 et le Ngemba en a 5.

Écriture[modifier | modifier le code]

Alphabet ghomala’[2]
Majuscules
A B Bv C D Dz E Ə Ɛ F G Gh H I J K L M N Ny Nt Ŋ Ŋk O Ɔ P Pf Mpf R S Sh T Ts U Ʉ V Z Zh ʼ
Minuscules
a b bv c d dz e ə ɛ f g gh h i j k l m n ny nt ŋ ŋk o ɔ p pf mpf r s sh t ts u ʉ v z zh ʼ

Les tons sont indiqués à l’aide de diacritiques :

  • le ton haut est indiqué avec l’accent aigu : ‹ á é ə́ aə́ ɛ́ í ó ɔ́ ú ʉ́ › ;
  • le ton moyen, le plus fréquent, est indiqué par l’absence de diacritique : ‹ a e ə aə ɛ i o ɔ u ʉ › ;
  • le ton bas est indiqué avec l’accent grave : ‹ à è ə̀ aə̀ ɛ̀ ì ò ɔ̀ ù ʉ̀ › ;
  • le ton montant est indiqué avec l’antiflexe : ‹ ǎ ě ə̌ aə̌ ɛ̌ ǐ ǒ ɔ̌ ǔ ʉ̌ › ;
  • le ton tombant est indiqué avec l’accent circonflexe : ‹ â ê ə̂ aə̂ ɛ̂ î ô ɔ̂ û ʉ̂ ›.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Selon ethnologue.com
  2. Kayum Fokoue 2011

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue[réf. à confirmer]
  • Carole Kayum Fokoue, De la terminologie de l’éducation à la citoyenneté en langues camerounaises : Le cas du ghómaùláʼ, mémoire, Université de Yaoundé I, 2011. (copie en ligne)
  • Erika Eichholzer (éditeur) et autres, Dictionnaire ghomala’, 2002. (copie en ligne)
  • Les extensions verbales du Ghomala [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]