Ghislaine Arlie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ghislaine Arlie
Fonctions
Maire de Farino
mars 200128 mars 2014
Biographie
Date de naissance 3 mai 1961 (53 ans)
Lieu de naissance Poindimié (Nouvelle-Calédonie)
Parti politique Le Rassemblement-UMP

Ghislaine Arlie, née Ghislaine Fogliani le 3 mai 1961 à Poindimié sur la côte Est de la Grande Terre, est une femme politique française de Nouvelle-Calédonie. Anti-indépendantiste, membre du Rassemblement-UMP, elle est maire de Farino et présidente de l'Association française des maires de Nouvelle-Calédonie de 2001 à 2014 ainsi que membre de l'Assemblée de la Province Sud et du Congrès depuis 2009.

Origines, jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille nombreuse de « brousse », elle est le quatrième des sept enfants sur d'Henri Fogliani (1910-1972, commerçant) et d'Éliane Obry (née en 1939 dans une famille de petits cultivateurs de café à Poindimié, personnalité néo-calédonienne connue sous le nom de « Mamie Fogliani » et considérée comme une autorité en matière de gastronomie néo-calédonienne, tenant une table d'hôte à Farino, ancienne présentatrice d'émissions de cuisine à la télévision locale et auteur de plusieurs livres de recette). Du côté paternel, elle a des origines italiennes de Lombardie et irlandaises, et du côté maternel des origines nordistes et mélanésiennes.

Elle est élevée par sa mère et son second mari André Crévissier à La Foa, aux côtés d'une fratrie de 18 enfants (7 Fogliani, 5 Crévissier et 6 adoptés). Elle est scolarisée à La Foa jusqu'en troisième, puis part en pension à Nouméa pour être inscrite au Lycée La Pérouse où elle passe son baccalauréat en 1978. Elle obtient un BTS en comptabilité en 1980.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

D'abord institutrice pendant un an, elle enseigne ensuite la sténographie à Nouméa en 1982 et 1983. Elle entame une carrière ensuite dans la fonction publique communale : elle est ainsi secrétaire de mairie à Farino de 1984 à 1989, puis spécialiste comptable en budgets communaux à la mairie de La Foa de 1989 à 1991.

De 1991 à 1994, elle part en Métropole grâce au dispositif « 400 Cadres » (prévu suite aux accords de Matignon pour former des cadres néo-calédoniens), s'installant à Besançon avec une autre future femme politique (pour sa part indépendantiste), Henriette Hmae. Elle fait un stage pratique à la mairie de Poligny dans le Jura, et, titulaire du diplôme de secrétaire de mairie, elle rentre en Nouvelle-Calédonie en 1994. Elle est secrétaire du bureau du Syndicat intercommunal à vocations multiples (SIVOM) Sud de la région de La Foa (comprenant les communes de La Foa, Moindou, Farino, Boulouparis et Païta) jusqu'en 2003, date de sa retraite.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Militante anti-indépendantiste au sein du Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR) du député et président de l'Assemblée de la Province Sud Jacques Lafleur, elle se présente à Farino (où sa mère a créé le premier marché communal en 1987 et une table d'hôte en 1988) aux élections municipales de 1995 sur la première liste opposée en 34 ans à celle du maire sortant FN, Henri « Riquet » Mariotti (en place depuis 1961, il avait succédé à son père Félix, à son oncle Joseph et à son grand-père Paul Louis Mariotti, et était le petit-neveu de l'écrivain Jean Mariotti). Elle est alors élue conseillère municipale.

Au scrutin suivant de 2001, elle mène la liste RPCR et obtient la victoire face à celle FN de Pierre Mariotti (fils du maire sortant). Elle gagne 5 conseillers municipaux sur 11, et devient la première femme élue maire en Nouvelle-Calédonie, et plus généralement la première à diriger une collectivité locale dans cet archipel. Elle prend la même année la présidence de l'Association française des maires de Nouvelle-Calédonie (AFMNC), qui regroupe les premiers magistrats des communes anti-indépendantistes (tendance RPCR) suite à une scission en 1984 avec l'Association des maires de Nouvelle-Calédonie (AMNC, depuis lors dominée par les indépendantistes). Elle est également vice-présidente de l'Association des communes et des collectivités d'outre-mer (ACCD'OM) depuis 2010, secrétaire (cette fois-ci politique, et non plus administrative) du SIVOM Sud de la région de La Foa et vice-présidente du Syndicat intercommunal à vocation unique (SIVU) de la côte Ouest. Aux élections municipales de 2008, elle est réélue, sa liste obtenant presque la majorité absolue (45 % des suffrages exprimés) et toujours 5 élus sur 11 contre 3 au FN de Pierre Mariotti et l'Avenir ensemble de Christian Roche.

Elle est élue à l'Assemblée de la Province Sud et au Congrès de la Nouvelle-Calédonie pour la première fois lors des élections provinciales du 10 mai 2009, en sixième position sur la liste du Rassemblement-UMP (nouveau nom depuis 2004 du RPCR) du député Pierre Frogier (qui a succédé en 2005 à Jacques Lafleur à la tête du parti). Elle est rapporteur de la commission de l'Agriculture et de la Pêche du Congrès depuis 2009 et présidente de celle des Finances et du Budget depuis 2011, elle préside également la commission de l'Environnement de la Province Sud depuis 2009.

Sa politique est surtout orientée vers le développement de sa commune (la plus petite de Nouvelle-Calédonie) par l'écotourisme, et elle milite activement pour la création du parc provincial des Grandes Fougères (inauguré en 2008 et à cheval sur Farino, Moindou et Sarraméa). Elle préside le syndicat mixte qui gère ce parc.

Famille[modifier | modifier le code]

Elle a épousé le 4 décembre 1981 Éric Creugnet, dont elle est veuve suite à un accident de voiture. Elle a eu avec lui deux fils, dont l'aîné est lui aussi décédé. Le deuxième, Roderick Creugnet, est le gérant d'une petite entreprise de transport de marchandises et de manutention à Farino.

Elle s'est remariée en 2003 avec Jean-Michel Arlie (né en 1950, originaire de la Dordogne[1]), haut fonctionnaire du corps préfectoral qui fut notamment commissaire délégué de la République (l'équivalent d'un sous-préfet), chef de la Subdivision administrative Sud (basé à La Foa) de 1991 à 1999, et qui est le directeur général de l'Agence de développement de la Nouvelle-Calédonie (Adecal) depuis 1999. Ils ont eu ensemble une fille, née en 1999.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Site externe[modifier | modifier le code]