Gheorghe Tattarescu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autoportrait

Gheorghe Tattarescu, né à Focșani en octobre 1818 et mort à Bucarest le 24 octobre 1894, est un peintre roumain de style néoclassique.

Sa vie et son œuvre[modifier | modifier le code]

Il étudie la peinture auprès de son oncle, Nicolae Teodorescu, puis à l’École ecclésiastique de peinture de Buzău. Une bourse lui permet ensuite de se rendre à l’Accademia di San Luca de Rome, où il est l'élève de Natale Carta, Giovanni Silvagni et Pietro Gagliardi entre 1845 et 1851.

La Révolution roumaine de 1848 et l'idéal d'un État national et progressiste lui inspirent des compositions allégoriques telle que La Renaissance de la Roumanie en 1849, L'Union des principautés en 1859 et 11 février - La Roumanie moderne en 1866[1]. Lors d'un voyage à Paris en 1851, il peint plusieurs portraits de révolutionnaires roumains en exil tel que Nicolae Bălcescu. Il réalise en 1860 un Album national où sont représentés des monuments et paysages roumains.

En 1863, il fonde avec Theodor Aman l’École nationale des beaux-arts de Bucarest, dont il est directeur de 1891 à 1892. Il peint des paysages de style romantique et réalise avec ses élèves une cinquantaine de fresques pour des églises roumaines. Il publie en 1865 un ouvrage sur les Préceptes et études utiles sur les proportions du corps humain.

En 1951, la maison de Bucarest où il vécut pendant près de quarante ans est transformée en son honneur en musée Gheorghe Tattarescu.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voinescu, p. 46-47

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Voinescu, Teodora, Gheorghe Tattarescu 1818-1894, Ed. Academiei Romane, 1940.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :