Gheerkin de Hondt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gheerkin de HondtGe(r)rit – Gheerart - Gerryt de Hont

Description de cette image, également commentée ci-après

Fragment d'une des parties de la chanson néerlandaise Het was mij wel te vooren gheseijt, du compositeur Gheerkin de Hondt, notée dans le chansonnier manuscrit de Zeghere van Male, de 1542

Activité principale compositeur
Style École des polyphonistes néerlandais
chanson
messe
motet
Lieux d'activité actif à Bois-le-Duc et à Bruges
Flag - Low Countries - XVth Century.png  Pays-Bas des Habsbourg
Années d'activité vers 1530-1547

Gheerkin de Hondt aussi Ge(r)rit ou Gheerart et Gerryt de Hont, est un compositeur de l’école franco-flamande, qui vécut et travailla à Bruges ainsi qu’à Bois-le-Duc, entre 1530 et 1547.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est peut-être - et ce serait la première fois que son nom ait apparu dans des documents - le Gheerkin des archives administratives de la Nouvelle Église de Delft : il y est mentionné comme maître de chant entre 1520 et 1524. Gheerkin fut de nouveau nommé maître de chant le 1er août 1530. Le séjour de Gheerkin à Delft fut, par ailleurs, de courte durée : il repartit en février 1532.

Gheerkin quitta Delft en février 1532. Son nom apparaît de nouveau, en juillet 1532, dans les livres de la paroisse de l’église Saint-Jacques à Bruges ; il y occupa le poste de maître de chant dans une ville où il y avait au moins cinq églises où le chant était pratiqué à un niveau assez élevé. Des compositeurs comme Obrecht, Appenzeller, Hellinck, Clemens non Papa et Jean Richafort comptent parmi les maîtres de chant associés à une des églises brugeoises.

À l'automne de 1539, Gheerkin de Hondt quitta Bruges pour pouvoir entrer au service du chapitre de Saint-Jean et de l’illustre confrérie de Notre-Dame à Bois-le-Duc. À cette dernière société était également affilié un Jérôme Bosch. Comme nombre d’autres chantres, De Hondt servit à la chapelle de la confrérie dans la cathédrale Saint-Jean. La confrérie fut fondée en 1318. Elle avait pour but principal la vénération de la Vierge Marie. À cette fin, elle disposait d’une chapelle dans la cathédrale Saint-Jean, jadis l’unique grande église à Bois-le-Duc. Elle était en même temps église paroissiale et collégiale. Au temps de De Hondt, des maîtres de chapelle comme Cornelius Canis ou Thomas Crecquillon, qui servirent l’empereur Charles V du Saint-Empire romain germanique, et Appenzeller, au service de Marie de Hongrie, gouverneur-général des Pays-Bas espagnols, visitèrent la ville. De Hondt occupa son poste jusqu’en 1547. En tant que maître de chant, il était non seulement responsable de la musique dans la chapelle durant la messe et les vêpres, mais il l'était aussi pour les jeunes choristes, les enfants de chœur, mêmes.

Si l'on est moins bien renseigné sur son temps passé à la Nouvelle Église à Delft et à l’église Saint-Jacques à Bruges, les comptes de la confrérie à Bois-le-Duc présentent tout de même une source riche en information sur le séjour du compositeur dans la ville. Ainsi, on apprend que sa femme fut licenciée pour ne pas avoir convenablement soigné les enfants de chœur et qu’elle partit ensuite pour la Frise avec un des enfants de chœur, un certain Simon. À part chanter les vêpres et la messe (chaque semaine et pendant les jours de fêtes), le chœur chantait pratiquement chaque jour une louange à la Vierge pour le compte de l’illustre confrérie de Notre-Dame. Les chantres étaient présents pendant les services commémoratifs en l’honneur des membres défunts de la confrérie. Ils participaient aussi à la grande procession annuelle à Bois-le-Duc et étaient à l’appel durant les repas que le noyau des membres de la confrérie préparait pour elle-même. L’une des tâches de De Hondt, en sa qualité de maître de chant, consistait dans le recrutement de chanteurs ayant acquis quelque expérience. Il était de coutume qu’un maître de chant à Bois-le-Duc retirait quelques bénéfices de la vente de l’une ou l’autre composition à un de ses frères. Le compte de 1539-1540 indique la somme payée à De Hondt pour quelques motets.

Œuvre[modifier | modifier le code]

De Hondt écrivit cinq messes (entre autres une Missa Ceciliam cantate pii), quatre motets, huit chansons françaises et une chanson néerlandaise. Deux de ses messes ont été incorporées dans un livre de chœur, actuellement conservé par les Frères des cygnes à Bois-le-Duc, dans leur maison (Zwanenbroedershuis), domicile de l’illustre confrérie de Notre-Dame. Des nombreux motets qu’il avait composés, ceux qui ont été conservés témoignent de son grand talent musical et de son habilité technique. Une harmonisation de la prière de table, le motet Benedicite Dominus, probablement écrit en 1540 pour la même confrérie, fut chantée par la Schola Cantorum, le chœur de la cathédrale de Bois-le-Duc, successeur du petit groupe de chant du XVIe siècle.

La seule chanson en langue néerlandaise que l'on connaisse de De Hondt, Het was mij wel te vooren gheseijt est une harmonisation à quatre voix d’une seule strophe de la chanson dont les paroles sont notées, dans leur intégralité, dans le célèbre chansonnier d'Anvers, dont l’unique exemplaire complet conservé de l'une de ses éditions date de 1544. La mise en musique par De Hondt figure, non seulement, dans le florilège manuscrit de chansons et d'autres pièces polyphoniques recueilli en 1542 par l'amateur de musique Zeghere van Male, mais également dans l’Ierste Musyck Boexken de chansons néerlandaises publié en 1551 par Tielman Susato,

Discographie[modifier | modifier le code]

Unique monographie discographique :

Sources[modifier | modifier le code]