Ghazaleh Alizadeh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alizadeh.
Tombe de Ghazaleh Alizadeh

Ghazaleh Alizadeh (en persan : غزاله علیزاده) est une romancière et écrivain iranienne née le 15 février 1949 à Mashhad et morte le 10 mai 1996 (à 47 ans), dont le roman le plus fameux est la Maison des Idris (خانه ادریسی ها).

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômée en sciences politiques de l'université de Téhéran, elle s'installe à Paris pour faire des études de philosophie et de cinéma à la Sorbonne. Elle commence sa carrière d'écrivain à Mashhad, en Iran, en publiant quelques nouvelles et articles pour la presse locale[1].

En octobre 1994, elle signe avec 133 autres intellectuels iraniens une déclaration réclamant la liberté d'expression[2].

Atteinte d'un cancer, elle tente à deux reprises de mettre un terme à sa vie, sans succès. Le 10 mai 1996, à Javaherdeh, un village près de Ramsar, au bord de la mer Caspienne, elle est retrouvée pendue à un arbre dans un bois jouxtant sa propriété. La cause officielle du décès est le suicide, mais plusieurs de ses collègues[Qui ?] mettent en cause le régime de Téhéran, Ghazaleh Alizadeh ayant, par le passé, été emprisonnée et torturée.

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Romans
Nouvelles
  • Après l'été, 1976.
  • Voyage interminable, 1977.
  • Carrefour.
Récits
  • Salles
  • Rêve de la maison et cauchemar du néant

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la biographie de Ghazaleh Alizadeh sur Answers.com.
  2. Voir l’article sur le site iranterror.com.