Gesaffelstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lévy.

Gesaffelstein

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Gesaffelstein jouant à l'Amnesia en compagnie de Brodinski

Informations générales
Nom de naissance Mike Lévy
Naissance 1985
Lyon, France
Genre musical Techno, electro, EBM
Années actives depuis 2008
Labels Turbo, Bromance, Zone, Parlophone
Influences Dopplereffekt, Kraftwerkt, The Hacker, Nitzer Ebb, Depeche Mode [1]
Site officiel gesaffelstein.net

Mike Lévy, plus connu sous son nom de scène Gesaffelstein, est un musicien et compositeur français de musique électronique né en 1985.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mike Lévy naît en 1985 et grandit à Lyon[2][réf. à confirmer]. Il commence à faire de la musique vers 16 ans, lorsqu'il découvre le synthé[3]. Il sort son premier maxi en 2008 sur le label OD Records, sous le pseudonyme Gesaffelstein, nom-valise formé à partir de Gesamtkunstwerk (album de Dopplereffekt, allemand pour « œuvre d'art totale ») et Albert Einstein[3].

En juillet 2012, Gesaffelstein fait la couverture du magazine DJ Mag[4], avec Brodinski ; le même mois, Les Inrocks le désignent « nouveau prince de la techno française »[3] et il annonce alors travailler sur son premier album dont la sortie est prévue pour 2013[3]. Toujours en 2012, son morceau Viol est utilisé pour la campagne télévisée Citroën DS4[5] ainsi que pour la campagne d'un rouge à lèvre Givenchy. En fin d'année, il apparaît à nouveau en couverture de la presse spécialisée, au travers de la une du magazine Tsugi[6].

En 2013, il intervient sur la production du titre Send It Up sur l'album Yeezus de Kanye West ainsi que sur celle du titre Black Skinhead en collaboration avec Daft Punk et Brodinski. Il sort son premier album nommé Aleph en octobre de la même année .

Notamment connu pour ses nombreux remixes, Gesaffelstein annonce qu'il souhaite se consacrer uniquement à la création de ses propres morceaux[1].

En octobre 2013, Gesaffelstein est nominé 4 fois aux UK Music Video Awards et remporte 2 awards pour son single Pursuit[réf. nécessaire].

Aspects de sa musique[modifier | modifier le code]

Pour Mixmag, le style de Gesaffelstein constitue une « techno sombre et menaçante, quoi qu’enchanteresse »[7] ; Les Inrocks y voient une musique « noire, ultraviolente, [qui] renoue avec les fondamentaux techno, l’intransigeance d’Underground Resistance, les structures mentales et obsessionnelles de Drexciya, la puissance contemporaine en plus »[3]. Megan Buerger pointe également dans The Washington Post une musique sombre et underground et note qu'une spécialité de l'artiste est son usage des silences pour créer une « tension » avant une « explosion rauque de basse et de percussion »[8].

Pour le magazine Rolling Stone, sa musique est « un petit peu plus agressive et punk-rock que la normale »[9].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Aleph (EMI Music France)

Singles et maxis[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Vengeance Factory (OD Records)
  • 2008 : Modern Walk (Goodlife)
  • 2009 : The Operator (Zone)
  • 2010 : Variations (Turbo)
  • 2011 : Conspiracy PT. I (Turbo)
  • 2011 : Conspiracy PT. II (Turbo)
  • 2011 : Bromance #1 (Bromance Records)
  • 2012 : Conspiracy Remixes (Turbo)
  • 2012 : Bromance #4 : Rise of Depravity (Bromance Records)
  • 2013 : Pursuit (EMI Music France)
  • 2013 : Hate or Glory (EMI Music France)

Remixes[modifier | modifier le code]

  • 2009 :
    • I Am The Cosmos - So Glad (Gesaffelstein Remix)
    • F+S - Lump (Gesaffelstein Remix)
  • 2010 :
    • Cassius - Les Enfants (Gesaffelstein Remix)
    • Sei A - Body Of Eyes (Gesaffelstein Violation Remix)
    • Chateau Marmont - One Hundred Realities (Gesaffelstein Remix)
    • David Carretta - New Disco Beat (Gesaffelstein Remix)
    • Ali Renault - What's The Point (Gesaffelstein Remix)
  • 2011 :
    • Miss Kittin - All You Need (Gesaffelstein Remix)
    • ZZT - ZZafrika (Gesaffelstein Remix)
    • Moby - The Day (Gesaffelstein Remix)
    • Arnaud Rebotini - All You Need Is Techno (Gesaffelstein Remix)
    • Agoria, Carl Craig & La Scalars - Speechless (Gesaffelstein Remix)
    • Duck Sauce - Big Bad Wolf (Gesaffelstein Radio Edit)
    • Crackboy - Hilinner (Gesaffelstein Remix)
  • 2012 :
    • Lana Del Rey - Blue Jeans (Gesaffelstein Remix)
    • Boys Noize & Erol Alkan - Lemonade (Gesaffelstein Remix)
    • The Hacker - Shockwave (Gesaffelstein Remix)
    • Zombie Zombie - Rocket Number 9 (Gesaffelstein Remix)
    • Evil Nine & Danny Brown - The Black Brad Pitt (Gesaffelstein Remix)
    • VCMG - Aftermaths (Gesaffelstein Remix)
  • 2013 :
    • Justice - Helix (Gesaffelstein Vision Remix)
    • Laurent Garnier - Jacques in the Box (Brodinski & Gesaffelstein Dirty Sprite Remix)
    • Depeche Mode - Goodbye (Gesaffelstein Remix)
    • Evil Nine feat. Danny Brown - The Black Brad Pitt (Gesaffelstein Remix)
  • 2014 :

Productions et coproductions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gesaffelstein. Interview par Laura Leishman. Laura Leishman Project (podcast). France Inter. octobre 2013.
  2. Marion Champrigaud, « Control Movement », sur Aparté,‎ 26 février 2012.
  3. a, b, c, d et e Géraldine Sarratia, « Gesaffelstein, nouveau prince de la techno française », sur Les Inrocks,‎ 18 juillet 2012.
  4. (en) « French new wave! Brodinski & Gesaffelstein bring the Bromance to SW4 », sur DJ Mag,‎ juillet 2012.
  5. « Musique de la pub Citroën DS4 – Just Mat », sur reclame.fr.
  6. Tsugi no 58, décembre 2012 (ISSN 1959-8564).
  7. (en) Bridget Mills-Powell, « Brodinski: the family guy », sur Mixmag,‎ 30 août 2012.
  8. (en) Megan Buerger, « Gesaffelstein album review: 'Rise of Depravity' », The Washington Post,‎ 31 août 2012, WW.6 (lire en ligne).
  9. (en) Skrillex, « Who Should Be Big », Rolling Stone, no 1157,‎ 31 mai 2012, p. 24.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :