Germain d'Auxerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Germain.
Sculpture en bois polychrome représentant saint Germain l'Auxerrois datée du XVe siècle

Germain d'Auxerre ou Germain l’Auxerrois (né vers 380 à Appoigny près d'Auxerre, Yonne - mort le 31 juillet 448 à Ravenne, Italie) est un religieux gaulois de l'Antiquité tardive.

C'est un saint chrétien, le plus célèbre des saint Germain, fêté le 31 juillet[1] [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tunique dite de saint Germain (abbaye Saint-Germain d'Auxerre)

Rustique et Germanille, père et mère de Germain, étaient au IVe siècle, seigneurs d'Appoigny. La tradition locale, qui s'est maintenue vivace à travers les âges, veut qu'ils aient été inhumés à Appoigny. En juillet 2008, un sarcophage du Ve s en grès ferrugineux était mis au jour aux pieds de la collégiale Saint-Pierre d'Appoigny.

Germain fut évêque d’Auxerre de 418 à 448, à la suite de saint Amatre, qui selon la légende l’aurait désigné contre son gré.

Il lutta contre le pélagianisme, en collaboration avec son ami l'archevêque d'Arles Hilaire. Comme lui, il alla combattre l'hérésie particulièrement en Bretagne où il fut accueilli par Elaf.

Saint Germain et saint Loup de Troyes de passage à Nanterre reçoivent sainte Geneviève

Mort à Ravenne, son corps fut ramené à Auxerre selon ses dernières volontés. Cinq jeunes filles furent choisies pour accompagner sa dépouille. Pallaye, Magnance, Procaire, Camille et Maxime, éprouvées par leur voyage, mourront avant d'atteindre leur but, donnant nom à plusieurs villages de l'Yonne dont Sainte-Magnance, Sainte-Pallaye et Escolives-Sainte-Camille. Germain fut enterré à l’endroit où il écrivit son premier journal ; c'est là que s’élève aujourd’hui l’abbaye qui porte son nom à Auxerre.

Le miracle de saint Germain à Travia[modifier | modifier le code]

Lors de son passage à Travia en 447, un miracle se serait produit  : son bâton planté en terre s'est transformé en un grand arbre verdoyant, comme cela se serait produit d'après la Bible pour le bâton d'Aaron (Nombre 17,23). On rapporte également un miracle semblable à propos de Saint-Christophe.

On bâtit une abbaye royale à l'endroit du prétendu miracle, laquelle est mentionnée pour la dernière fois dans un acte de 878 et qui a ensuite disparu[3]. Ce village a alors pris le nom de Saint-Germain, devenu Saint-Germain-sur-Meuse en 1919.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nominis : Saint Germain d'Auxerre
  2. Forum orthodoxe.com : saints pour le 31 juillet du calendrier ecclésiastique
  3. Histoire de Lorraine, Augustin Calmet, t. 1 p. 313,314 Histoire de Lorraine Par Augustin Calmet sur Google Books
    Histoire de Lorraine Par Augustin Calmet sur Google Books

    « Louis-le-Bègue confirme à Arnalde, évêque de Toul, les abbayes de Saint-Evre, de Saint-Germain et de Saint-Martin. An 878. »

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saint Germain d'Auxerre et son temps : communications présentées à l'occasion du XIXe congrès de l'Association bourguignonne des Sociétés savantes réuni à Auxerre (29 juillet-2 août 1948) pour commémorer le XVe centenaire de la mort de Saint Germain d'Auxerre et le centenaire de la Société des Sciences historiques et naturelles de l'Yonne, Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne ; avec une introduction de Gabriel Le Bras ; et le discours prononcé... par M. Étienne Gilson, L' Universelle, Auxerre, 1950, 382 p.
  • Jean-Pierre Soisson, Saint Germain d'Auxerre, Éd. du Rocher, Monaco, Desclée de Brouwer, 2011, 222 p. (ISBN 978-2-268-07053-7)
  • (en) E. A. Thompson, Saint Germanus of Auxerre and the end of Roman Britain, The Boydell Press, Woodbridge (GB), 1984, 127 p. (ISBN 978-0-85115-405-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]