Gerhard Krüger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gerhard Krüger est un philosophe allemand, né le 30 janvier 1902 à Berlin-Wilmersdorf et décédé le 14 février 1972 à Baden-Baden. Élève de Nicolai Hartmann et de Heidegger, il fut l’ami de Rudolf Bultmann, de Hans-Georg Gadamer, de Karl Löwith et de Leo Strauss. Il se convertit au catholicisme après avoir eu des échanges intenses avec Romano Guardini.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gerhard Krüger étudia la philosophie à Iéna, Tübingen et à Marbourg auprès de Paul Natorp, Nicolai Hartmann et Martin Heidegger. Il soutint une thèse de philosophie sur Kant, en 1925, sous la direction de Nicolaï Hartmann. Après son habilitation en 1929 à Marbourg, il fut d’abord Privatdozent avant de recevoir une chaire à Münster (1940). En 1946, il accepta une place à Tübingen et alla ensuite en 1952 à Francfort. Il y enseigna ensuite jusqu’en 1953, année où, victime d’une congestion cérébrale, il fut conduit à abandonner ses tâches universitaires. Son enseignement et ses publications portent sur l’histoire de la philosophie, la philosophie de l'histoire et la métaphysique.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Hans-Georg Gadamer raconte, dans l'article nécrologique consacré à Krüger, que celui-ci était d'une prodigieuse vivacité d'esprit. Dans un séminaire de Paul Natorp, en 1920, celui-ci, plongé dans sa pensée :

"cherchait comment sortir du méthodologisme de l'École de Marbourg pour s'évader dans l'ensemble d'une "logique générale" et montrer la voie aux jeunes qui se pressaient autour de lui. Un jeune étudiant pâle, venu de Tübingen, mais qui était visiblement un berlinois, demanda la parole et montra avec une précision succincte comment la réflexion sur soi s'empêtre en elle-même. C'était Gerhard Krüger".[1]

Très tôt, et avant de publier sur Kant et Platon, Krüger, influencé par les séminaires de Heidegger, s'intéresse à la théologie et aux discussions sur l'existentialisme autour de Kierkegaard; il s'oppose en particulier au célèbre écrit du théologien protestant Karl Barth sur l'Épître aux Romains de saint Paul. Disciple de Rudolf Bultmann, il prit part au renouveau de la problématique théologique, alors que la théologie dialectique critiquait la théologie historique libérale.

Expérience du monde et historicité[modifier | modifier le code]

Dans ses remarques critiques sur l'article de Karl Barth, il pose la question suivante : "comment le croyant est-il situé dans l'histoire temporelle ?"[2]

Dans ses trois textes majeurs (dont seul le premier a fait l'objet d'une traduction française) - son livre sur Kant, son essai sur Descartes ("Die Herkunft des philosophischen Selbstbewusstseins" - L'origine de la conscience de soi philosophique) dans lequel il montre que celui-ci n'est pas le philosophe chrétien que l'on croit, et son livre sur Platon (Einsicht und Leidenschaft - Compréhension et passion), dont les 70 pages de l'introduction montrent comment le concept grec de raison s'appuie sur un arrière-plan religieux - la même question est traitée de manière fondamentale : quels sont les rapports entre la foi, la raison et l'expérience que nous avons du monde ?

Un des éléments de réponse à cette question se trouve dans le caractère "classique" de la pensée de Krüger à l'égard de la pensée humaine, qui apparaît chez lui comme une expérience unitaire. Contre l'historicisme, Krüger défend l'idée que la pensée peut jeter son regard au-delà des circonstances présentes :

"Malgré notre modernité, nous demeurons des hommes comme ceux qui ont vécu dans tous les temps et par suite nous pouvons non seulement comprendre historiquement Platon et les autres penseurs du passé, mais aussi les répéter concrètement. Nous nous rencontrons avec tous ceux qui, en reconnaissant un monde unitaire, ont jeté en même temps les yeux au-delà des limites de leur situation historique".[3]

Ces positions, y compris celle qu'il prit selon laquelle, dans la Querelle des Anciens et des Modernes, on pouvait avoir des raisons de passer du côté des "Anciens", ont pu le rapprocher d'un penseur comme Leo Strauss.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hans-Georg Gadamer. Gerhard Krüger (1905-1972). Marburger Gelehrte in der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts. Marburg, 1977. Traduction française: Archives de Philosophie, T. 47, 3. 1984 : disponible sur le site des Archives de Philosophie
  2. Karl Barth. Römerbrief (l'Épître aux Romains de saint Paul). Bâle, 1919
  3. Einsicht und Leidenschaft. Das Wesen des Platonischen Denkens (1939). Introduction.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

LIVRES[modifier | modifier le code]

  • 1. Kants Lehre von der Sinnesaffektion, Dissertation Marburg 1925. non imprimé.
  • 2. Philosophie und Moral in der Kantischen Kritik. Mohr. Tübingen 1931. 2e éd. 1967. Traduction de M. Régnier : Critique et Morale chez Kant. Préface d'Eric Weil. Paris, Beauchesne, 1960.
  • 3. Einsicht und Leidenschaft. Das Wesen des platonischen Denkens. Klostermann, Frankfurt 1939, 2e ed. 1948, 3e éd. 1961.
  • 4. Abendländische Humanität. Zwei Kapitel über das Verhältnis von Humanität, Antike und Christentum. Kohlhammer, Stuttgart 1952.
  • 5. Grundfragen der Philosophie. Geschichte. Wahrheit. Wissenschaft. Klostermann, Frankfurt 1957, 2e éd. 1965, édition hollandaise Aula. Utrecht 1962.
  • 6. Freiheit und Weltverwaltung. Karl Αlber, Freiburg 1958.
  • 7. Religiöse und profane Welterfahrung. Klostermann. Frankfurt 1973.

ARTICLES[modifier | modifier le code]

  • 8. « Kant und die Theologie der Krisis ». Theologische Blätter. Verlag Hinrichs, Leipzig 1924.
  • 9. « Dialektische Methode und theologische Exegese. Logische Bemerkungen zu Karl Barths ‘Römerbrief’ ». Zwischen den Zeiten, 5 1927, p. 116-157. Verlag Kaiser, München.
  • 10. « Sein und Zeit. Zu Martin Heideggers gleichnamigen Buch ». Theologische Blätter, 1929.
  • 11. « Zur Erneuerung des Deutschen Idealismus. Mit besonderer Beziehung auf Hegel und Brunstäd. » Theologische Blätter, 1929.
  • 12. « Wie ist christliche Metaphysik der Geschichte möglich ». Zwischen den Zeiten, 1931.
  • 13. « Die Herkunft des philosophischen Selbstbewusstseins »*. Logos. hrsg. R. Kroner, Verlag Mohr, Tübingen 1933. Paru séparément, Wissensch. Buchges. Darmstadt 1962, 2e éd. 1966.
  • 14. « Der Maßstab der Kantischen Kritik ». Kantstudien, Pan-Verlag. Berlin 1934.
  • 15. Articles « Leibniz », « Hegel », « Nietzsche ». Calwer Kirchenlexikon, 1936.
  • 16. « Die Aufgabe der Regelforschung ». Theologische Rundschau. Verlag Mohr. Tübingen 1935, H. 2 & 5.
  • 17. « Über die innere Stellung zum Tode ». Polycopie, Studentenseelsorge. Marburg, 1940; traduit en français dans Archives de philosophie, t. 47, 1984.
  • 18. « Leibniz ». Contribution au volume collectif : Das Deutsche in der Deutschen Philosophie. Verlag Kohlhammer, Stuttgart 1941.
  • 19. « Leibniz als Friedensstifter ». Conférence au Deutsches Hochstift pour le 300e anniversaire de la naissance de Leibniz. Verlag Dieterich. Wiesbaden 1947.
  • 20. « Die Geschichte im Denken der Gegenwart »*. Klostermann, Frankfurt 1947 et Wunderlich, Tübingen 1949 (Ouvrage collectif Grosse Geschichtsdenker).
  • 21. «Christlicher Glaube und modernes Denken ».* Studium Generale 1948.
  • 22. « Die Philosophie im Zeitalter der Romantik ». Wunderlich, Tübingen 1948. (Ouvrage collectif Romantik).
  • 23. « Geschichte und Tradition ». Lebendige Wissenschaft, Kreuzverlag. Stuttgart 1948.
  • 24. « Christlicher Glaube und existentielles Denken ».* Mélanges offerts à Rudolf Bultmann, Kohlhammer, Stuttgart 1949.
  • 25. « Ansichsein und Geschichte ».* Ζeitschrift fϋr philosophische Forschung, III/4, 1949.
  • 26. « Martin Heidegger und der Humanismus ». Studia Philosophica IX, Basel 1949, et Theologische Rundschau 1950, p. 148-178.
  • 27. « Über Kants Lehre von der Zeit ». Anteile, Mélanges offerts à Martin Heidegger. Klostermann, Frankfurt 1950.
  • 28. « Die Bedeutung der Tradition für die philosophische Forschung ».* Studium Generale 1951, p. 321-328.
  • 29. « Die Staatslehre des Thomas von Aquin. » Geschichte in Wissenschaft und Unterricht 1952, p. 1-13.
  • 30. « Das Problem der Autorität ».* Mélanges offerts à Karl Jaspers. Piper, München 1953. Paru à nouveau dans : Quellentexte, Klinkhard. Heilbronn 1965.
  • 31. « Unsere geschichtliche Zukunft. Zu Romano Guardinis Zeitdeutung. » Werkbunverlag, Würzburg.
  • 32. « Mythisches Denken in der Gegenwart ». Mélanges offerts à H.-G. Gadamer. Mohr, Tübingen 1960.
  • 33. « Weltverwaltung und Weltgeschichte », in : Epimeleia. hrsg. F. Wiedmann, Pustet, München 1964.
  • 34. « Thomas von Aquin, der Lehrer der Katholischen Kirche» in : Mélanges offerts à Rudolf Bultmann. Mohr, Tübingen 1964.
  • 35. « Die Existenzphilosophie von Karl Jaspers », in : Freiheit und Weltverwaltung, Karl Alber, Freiburg 1958.
  • 36. « Die philosophische Situation seit Kant », in : Natur und Geschichte. Mélanges offerts à K. Löwith, Stuttgart, Kohlhammer, 1967, p. 220 sq.
  • 37. Die dialektische Erfahrung des Natürlichen Bewusstseins bei Hegel », in : Hermeneutik und Dialektik. Mélanges offerts à Hans-Georg Gadamer pour ses 70 ans, hrsg. von Rüdiger Bubner, K. Cramer und R. Wiehl. J.C.B. Mohr. Tübingen 1970.
  • 38. « Philosophie und christlicher Glaube bei Augustin ». in : Die Zeit Jesu. Mélanges offerts à Heinrich Schlier, Herder, Freiburg 1970, p.284 sq.

NOTE : Les articles indiqués avec * ont été repris dans le volume Freiheit und Weltverwaltung, Karl Alber, Freiburg 1958.

ÉDITIONS[modifier | modifier le code]

  • 39. G.W. Leibniz. Die Hauptwerke zusammengefasst und übertragen nebst Einleitung. Kröner Taschenausgaben Bd. 112, 1933 Leipzig. 2e éd., Kröner, Stuttgart 1949. 4e éd., Kröner, Stuttgart 1958. 5e ed. Kröner, Stuttgart, 1958.
  • 40. Textes traduits de G. W. Leibniz, Die Unionschriften, édité par L. A. Winterswyl.
  • 41. Introduction à Platon, Die Werke des Aufstiegs. Artemisverlag. Zürich 1948.
  • 42. Introduction à Platon, Der Staat. Artemisverlag. Zürich 1950.

RECENSIONS[modifier | modifier le code]

  • 43. Heinz Heimsoeth, Metaphysik der Neuzeit, in : Deutsche Literaturzeitung, 1930.
  • 44. Leo Strauss, Die Religionkritik Spinozas als Grundlage seiner Bibelwissenschaft, in : Deutsche Literaturzeitung, 1932.
  • 45. Nicolaï Hartmann, Das Problem des geistigen Seins. in : Deutsche Literaturzeitung 1932.
  • 46. Richard Kroner, Die Selbstverwirklichung des Geistes, in : Deutsche Literaturzeitung 1932.
  • 47. "Descartes - Bibliographie", in : Archiv für Rechts- und Sozialphilosophie. Bd. 30, 1937.

Ouvrages et articles consacrés à Gerhard Krüger[modifier | modifier le code]

Festschrift/Hommages[modifier | modifier le code]

  • Mélanges offerts à G. Krüger pour son 60e anniversaire : Einsichten. Gerhard Krϋger zum 60. Geburtstag, publiés en 1962 chez Vittorio Klostermann, Frankfurt am Main:

Wilhelm ANZ, Tod und Unsterblichkeit. — Rudolf BULTMANN. Zur Frage einer Philosophischen Theologie. — Wolfgang CRAMER, Individuum und Kategorie. — Hans-Georg GADAMER, Zur Problematik des Selbstverteindnisses. — Karl JASPERS. Hiob. — Wilhelm KAMLAH, Der moderne Wahrheitsbegriff. — Helmut KUHN. Der Mensch als Thema der Geschichte. — Karl LÖWΙΤΗ. Hegels Aufhebung der christlichen Religion. — Hermann LOBBE, Philosophiegeschichte als Philosophie. — Klaus OEHLER, Das aristotelische Argument: Ein Mensch zeugt einen Menschen. — Josef PIEPER, Über die Wahrheit der platonischen Mythen. — Richard SCHAEFFLER. Wahrheit und Geschichte. — Heinrich SCHLIER. Jesus Christus und die Geschichte nach der Offenbarung des Johannes. — Walter SCHULZ. Das Problem der absoluten Reflexion. — Leo STRAUSS, Zu Mendelssohns “Sache Gottes oder die gerettete Vorsehung” — Carl FRIEDRICH von Weiτzsäcker, Kopernikus, Kepler, Galilei.

Cahiers des Archives de philosophie consacré à Krüger[modifier | modifier le code]

Cette livraison contient un article biographique de Hans-Georg Gadamer, un article de Krüger ("L'attitude intérieure devant la mort"), un article de son élève Richard Schaeffler ("Expérience religieuse et expérience profane du monde dans les écrits inédits de Gerhard Krüger") et une étude de William Kluback ("À la recherche d'un humanisme religieux").

Après une présentation de Guy Petitdemange, ce cahier contient quatre textes de Krüger, pour la première fois traduits en français par Fabrice Paradis Béland : Être et temps. À propos de l'ouvrage éponyme de Martin Heidegger, L'histoire dans la pensée contemporaine, Foi chrétienne et pensée moderne, La philosophie à l'époque du romantisme. En outre, il comporte une réflexion de Fabrice Paradis Béland autour du projet philosophique de Gerhard Krüger à partir de "Foi chrétienne et pensée moderne" et deux études : l'une de Jean Grondin ("Gerhard Krüger et Heidegger. Pour une autre histoire de la métaphysique") et l'autre de Luc Langlois ("Finitude morale et ontologie de la création. L'interprétation kantienne de Gerhard Krüger").

Articles connexes[modifier | modifier le code]

| Nicolai Hartmann | Rudolf Bultmann | Hans-Georg Gadamer | Heidegger | néo-kantisme | Paul Natorp | Karl Löwith | Leo Strauss | Romano Guardini |