Gerard Mortier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mortier.

Gerard Mortier

Description de l'image  GerardMortier.jpg.
Naissance
Gand
Décès (à 70 ans)
Bruxelles
Activité principale Directeur d'opéra

Gerard Alfons August Mortier[1], né à Gand (Belgique) le et mort à Bruxelles le (à 70 ans) d'un cancer du pancréas[2], est un directeur d'opéra belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et années de formation[modifier | modifier le code]

Gerard Mortier est fils d'un boulanger gantois. Il fait sa scolarité au collège Sainte-Barbe de sa ville de Gand. Il acquiert sa formation supérieure à l'Université de Gand, où il obtient un doctorat en droit et une licence en sciences de la communication.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après ses études, Gerard Mortier, passionné d'art lyrique depuis son enfance, choisit une carrière de responsable artistique : son premier poste est celui d'assistant du directeur du Festival des Flandres. Le , premier coup d'éclat d'une longue série : Gerard Mortier publie dans une revue locale un pamphlet qui qualifie l'Opéra royal de Gand de « scandale culturel flamand » ; il y préconise la fondation d'un « Opéra des Flandres ».

  • 1968 : assistant du directeur du Festival des Flandres.
  • 1973-1979 : assistant de Christoph von Dohnányi et de Rolf Liebermann, il passe sept ans en Allemagne où il est successivement directeur artistique des opéras de Düsseldorf (1972-73), Hambourg (1973-77) et Francfort (1977-79).
  • 1979-1981 : Rolf Liebermann et Hugues Gall l'appellent à l'Opéra de Paris comme chargé de mission.
  • 1981-1992 : en 1981, il succède à Maurice Huisman comme directeur du Théâtre royal de la Monnaie, abritant l'opéra bruxellois, jusque-là surtout réputé comme scène attitrée du Ballet du XXe siècle. Bien décidé cependant à renouveler le genre lyrique et à réveiller une institution un peu assoupie, il appelle dès 1981 Sylvain Cambreling comme directeur musical de l'opéra. Ensemble, ils produisent des spectacles signés Luc Bondy, Patrice Chéreau, Karl-Ernst Herrmann, Peter Mussbach et Herbert Wernicke. Ces choix de programmation originaux, souvent anticonformistes, et l'engagement tout autant de jeunes chanteurs de talent que de personnalités les plus en vue de la scène théâtrale européenne, valent à Gerard Mortier une réputation internationale. Des actions parallèles de promotion internationale font de La Monnaie l'une des capitales de l'opéra en Europe. Toutefois, cette gestion unilatérale conduit également au mécontentement du célèbre chorégraphe Maurice Béjart dont le financement dépend également de la Monnaie. Le conflit culmine en 1987, lorsque Béjart quitte la Belgique définitivement.
  • Entre 1988 et 1989, il participe en outre activement à la préparation du projet de l'Opéra Bastille.
  • 1992-2001 : fort de ses succès à La Monnaie, il se voit alors confier la direction du Festival de Salzbourg avec trois missions : faire évoluer la programmation, rechercher des nouveaux publics et ancrer cette institution dans le XXIe siècle. Il s'attachera pendant dix saisons à les remplir, rencontrant un succès grandissant malgré de fortes résistances... combattues avec énergie et humour. Lorsqu'il quitte ce poste, ses opposants font imprimer une notice nécrologique en pleine page dans un journal local.
  • 2002-2004 : à l'invitation du gouvernement du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, il organise le premier cycle de la Ruhr Triennale, installée dans d'anciens locaux industriels.
  • De septembre 2004 à 2009, Gerard Mortier est de retour à Paris, où il succède à Hugues Gall comme directeur de l'Opéra de Paris, dont le statut a été modifié pour permettre à Mortier de rester à sa tête après son soixante-cinquième anniversaire - après en avoir été le directeur délégué depuis décembre 2001.
  • Il enseigne l'histoire politique et sociologique du théâtre à Gand et à Leyde.
  • Le 27 février 2007, il est nommé directeur du New York City Opera à partir de la saison 2009-2010 jusqu'en 2015[3], mais participera dès lors à l'activité de l'institution. Le , il renonce à en assurer la direction, faute de moyens financiers adéquats[4]. Peu avant sa mort, il évoque des "regrets" à propos de cette occasion manquée, ajoutant "j'aurais pu annuler mon contrat à Paris"[5].
  • En 2010, il prend la direction du Teatro Real de Madrid[6].
  • En septembre 2013, il perd la direction et devient "conseiller artistique" du Teatro Real de Madrid[7].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Debroux, Gerard Mortier et Henri Pousseur, L'Opéra aujourd'hui, Bruxelles, Nevada, 1983
  • Jean-Marie Piemme (dir.), Un théâtre d'opéra : l'équipe de Gerard Mortier à la Monnaie, Gembloux, Duculot, 1986
  • Hans-Klaus Jungheinrich, Georg-Friedrich Kuhn et Wolfgang Schreiber, Musiktheater: Gesprache met Gérard Mortier, Ruth Berghaus und Peter Mussbach, Kassel, Bärenreiter, 1986
  • Laurent Weinstein, Gerard Mortier : biographie, Bruxelles, Le cri, 1992
  • Simon Michael Namenwirth, Gerard Mortier at the Monnaie: the Interviews, Bruxelles, VUB Brussels University Press, avril 2002
  • Serge Martin, Gerard Mortier, L'Opéra réinventé, Paris, Naïve, 2006
  • Gerard Mortier, Dramaturgie d'une passion, Paris, Christian Bourgois éditeur,‎ 2009 (ISBN 978-2-267-02054-0)

Article[modifier | modifier le code]

  • Benoit Fauchet, « Opéra de Paris : les années Mortier, mégalodrame en cinq actes », in Diapason, n° 570, juin 2009, p. 28-31.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Gerard Mortier Suivi par
Maurice Huisman
directeur du Théâtre royal de la Monnaie
1981-1992
Bernard Foccroulle
Herbert von Karajan
directeur artistique du Festival de Salzbourg
1992-2001
Peter Ruzicka
Hugues Gall
directeur de l’Opéra de Paris
2004-2009
Nicolas Joel