Georges de Feure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mélancolie, gouache de 1895.

Georges de Feure, pseudonyme de Georges Joseph Van Sluÿters, né le 6 septembre 1868 à Paris, mort le 26 novembre 1943, est un artiste peintre, affichiste et designer français.

Origines[modifier | modifier le code]

Né Georges Joseph Van Sluÿters, il est d'origine hollandaise par son père et belge par sa mère. Il est né à Paris en 1868, mais la famille est obligée d'émigrer en 1870 lors du déclenchement de la guerre franco-prussienne.

Parcours[modifier | modifier le code]

De retour à Paris en 1889, il s'établit à Montmartre et se joint à la bohème parisienne. Son cercle d'intimes inclus les compositeurs Claude Debussy, Maurice Ravel et Erik Satie. Son œuvre picturale est définitivement inspirée par les poèmes de Charles Baudelaire et les romans de Georges Rodenbach. Dans les années 1890, il est reconnu par Puvis de Chavannes comme l'un des peintres les plus importants du mouvement symboliste français.

Son œuvre est caractérisée par de nombreuses représentations de la femme fatale, thème que l'on retrouve dans l'ensemble des œuvres du courant Art nouveau.

Sa renommée comme peintre symboliste et son expérience comme affichiste pousse le marchand d'art Siegfried Bing à l'approcher afin de lui confier la réalisation de la façade du « pavillon de l'Art nouveau » à l'Exposition universelle de 1900 qui se tient à Paris. De plus, Bing confiera à de Feure la réalisation de deux intérieurs dans ce même pavillon. Les meubles qu'il conçoit pour le boudoir sont louangés par la critique qui y voit une représentation de la quintessence de l'art français. On vante leur délicatesse et leur grâce toute féminine. G. Mourey de La Revue des Arts décoratifs les décrit alors comme « un des ensemble décoratif les plus exquis et parfait que notre époque ait créé. »

Quatre de ses affiches sont reproduites dans la revue Les maîtres de l'affiche (1895-1900), à savoir : 5e exposition du Salon des Cent, Magasin des nouveautés Jeanne d'Arc, Le Journal des ventes et Thés du Palais Indien.

Une grande rétrospective de son œuvre se tient à Paris en 1903, puis voyage à Hambourg et La Haye.

Durant les premières décennies du XXe siècle, il continue à créer des ensembles décoratifs (évoluant du style Art nouveau vers le style Art déco), puis il fonde une compagnie de construction d'aéroplanes et s'intéresse à la confection de costumes et de décors pour le théâtre.

En février 1942, à la suite d'une longue maladie, il demande au ministère des Beaux-Arts d'acquérir deux de ses tableaux pour la collection nationale, ce qui lui sera refusé. Il meurt le 26 novembre 1943 dans le Paris de l'Occupation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ian Millman, Georges de Feure : maître du symbolisme et de l'Art Nouveau, A.C.R. Édition internationale, 1992.
  • Ian Millman, catalogue de l'exposition « Georges de Feure 1868-1943 », Amsterdam, Van Gogh Museum, 26 novembre 1993 - 13 février 1994.
  • Ian Millman, catalogue de l'exposition « Georges de Feure : du symbolisme à l'Art nouveau (1890-1905) », Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice Denis - Le Prieuré, 11 mars - 5 juin 1995 ; Gingins, Fondation Neumann, 15 juin - 3 septembre 1995.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]