Georges Washington de La Fayette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir George Washington (homonymie) et Lafayette.
Georges Washington de La Fayette
Image illustrative de l'article Georges Washington de La Fayette
Fonctions
Parlementaire français
Député 1815,1827-1848
Groupe politique Libéral (1815)
Aide-toi, le ciel t'aidera (1827-1830)
Gauche (1830)
Républicain (1831-1848)
Biographie
Date de naissance 24 décembre 1779 à Paris Royal Standard of the King of France.svg Royaume de France
Date de décès 29 novembre 1849 (à 69 ans) à Courpalay Drapeau de la France France
Résidence Haute-Loire
Seine-et-Marne
Georges Washington de La Fayette à onze ans
Georges Washington de La Fayette peint sur Le serment de La Fayette à la fête de la Fédération (14 juillet 1790).

Georges Washington de La Fayette, Georges-Louis-Gilbert Dumotier de La Fayette à l'état civil[1], né le 24 décembre 1779 à Paris et mort le 29 novembre 1849 (à 69 ans) à Courpalay (Seine-et-Marne), est un militaire et homme politique français. Fils du marquis de La Fayette et de Marie Adrienne Françoise de Noailles, il doit ses prénoms au général américain, qui était considéré par le Marquis comme son « père adoptif ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il eut pour parrain le général George Washington, à qui il fut envoyé par sa mère, au mois de février 1795, pendant que cette femme, accompagnée de ses deux filles, se dévouait à partager dans les cachots d'Olmutz la captivité de son mari.

Au bout de deux ans et demi de séjour à Mount Vernon, Georges revint en France, embrassa le métier des armes après la délivrance de son père, et obtint, à l'époque de la bataille de Marengo, une sous-lieutenance de hussards. Il fut successivement aide de camp des généraux Canclaux, Dupont et Grouchy, et fit avec honneur les campagnes d'Italie, d'Autriche, de Prusse et de Pologne. Au passage du Mincio, il fut atteint de trois balles qui ne lui causèrent que de légères blessures. À la bataille d'Eylau, il eut le bonheur de sauver le général Grouchy, qu'entouraient des escadrons ennemis. Georges de La Fayette fut proposé plusieurs fois pour un grade supérieur ; mais Napoléon Ier, indisposé par l'isolement de son père, lui refusa toute espèce d'avancement, et ne voulut pas même consentir à ce que son beau-frère Joachim Murat se l'attachât en qualité d’officier d’ordonnance.

Georges de La Fayette renonça au service militaire après la campagne de 1807, se retira au Château de la Grange-Bléneau à Courpalay, et ne prit aucune part aux affaires publiques jusqu'après 1815, époque où le département de la Haute-Loire l'envoya siéger à la chambre des Cent-jours[2]. Sa carrière parlementaire n'éprouva plus dès lors que de rares et courtes interruptions. Il profita de l'une d'elles pour accompagner son père dans le voyage triomphal qu'il fit aux États-Unis, en 1824, et reprit, par suite des élections de 1827, la place qu'il avait constamment occupée à l'extrême-gauche de la chambre[2].

Lors de la révolution de juillet 1830, il remplit auprès de son père, alors commandant supérieur des gardes nationales de France, les fonctions d’aide de camp, et donna sa démission lorsque le général résigna son commandement. Georges de La Fayette ne cessa, jusqu'à la révolution de 1848, de représenter à la chambre l’arrondissement de Coulommiers, et se distingua par la persistance de son opposition au gouvernement de Louis-Philippe Ier (il fit d'ailleurs, comme son père, partie de la société Aide-toi, le ciel t'aidera). Mais il n'aborda que rarement la tribune et seulement pour défendre les actes ou les principes politiques de son père, auquel il avait voué une vénération et un attachement sans bornes. Il appartint comme député de Seine-et-Marne à l'assemblée constituante de 1848, et fut nommé vice-président de cette assemblée. Il ne fit pas partie de celle qui lui succéda, et mourut le 29 novembre 1849 au château de la Grange-Bléneau à Courpalay (Seine-et-Marne)[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Georges de La Fayette n'a été mêlé que d'une manière très secondaire aux événements qui ont rempli la première moitié du XIXe siècle. Comme personnage privé, il s'était fait honorer et aimer par la sûreté de son commerce, par l'aménité de ses mœurs et la rectitude de son jugement.

Il avait épousé en 1802 mademoiselle Destutt de Tracy (fille du philosophe Antoine Destutt de Tracy et sœur de Victor Destutt de Tracy) dont il a eu deux fils (Oscar et Edmond) et trois filles, mariées à MM. Adolphe Périer, Maurice-Poivre Bureaux de Pusy, et Gustave de Beaumont.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason fam fr Motier de La Fayette.svg
Armes des Motier de La Fayette :

De gueules à la bande d’or et à la bordure de vair.[4]

Source[modifier | modifier le code]

« Georges Washington de La Fayette », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition,‎ 1843-1865 [détail de l’édition]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur la fiche de son acte de naissance (baptême) dans l'état civil reconstitué de Paris et sur son acte de décès à Courpalay (Seine-et-Marne) où son nom de famille est en outre orthographié Dumottier Lafayette (voir ci-dessous).
  2. a et b Assemblée nationale - Base de données historique des anciens députés
  3. Registre d'état civil de la commune de Courpalay (1849), extrait de l'acte de décès de Georges de La Fayette : L'an mil huit cent quarante-neuf, le trente novembre, par devant nous Léonard Guerré, maire et officier de l'état civil de la commune de Courpalay, canton de Rozoy, arrondissement de Coulommiers, département de Seine-et-Marne, sont comparus en la maison commune Jacques Lecuyer, régisseur, âgé de soixante-six ans, ami du défunt, et Sébastien Wagner, régisseur, âgé de soixante-quatre ans, ami du défunt, tous deux témoins majeurs, demeurant au château de Lagrange, commune de Courpalay, lesquels nous ont déclaré que Monsieur Georges-Louis-Gilbert Dumottier Lafayette, propriétaire, âgé de soixante-dix ans, né à Paris, demeurant à Lagrange, fils de Marie-Paul-Joseph-Roche-Ives-Gilbert Dumottier de Lafayette et de Marie-Adrienne-Françoise de Noailles, ses père et mère tous deux décédés à Paris, époux de Destutt de Tracy Françoise Emélie, sa femme, propriétaire, demeurant à Lagrange qui lui survit, est décédé à Lagrange, en son domicile, hier, vingt-neuf présent mois, à huit heures du soir, après nous être assuré du décès, nous avons dressé le présent acte que les déclarants ont signé avec nous, après que lecture leur en a été faite. Signés : Lecuyer, Guerré, Wagner. Archives départementales de Seine-et-Marne.
  4. roglo.eu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]