Georges Vézina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vézina.

Georges Vézina

Description de l'image  Vezina19191921.JPG.
Surnom(s) Concombre de Chicoutimi
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 21 janvier 1887,
Chicoutimi (Canada)
Mort le 27 mars 1926,
Chicoutimi (Canada)
Joueur décédé
Position Gardien de but
Attrapait de la gauche
A joué pour Canadiens de Montréal (ANH - LNH)
Carrière pro. 1910 – 1925

Temple de la renommée : 1945

Joseph-Georges-Gonzague Vézina[1] plus connu sous le nom de Georges Vézina (né le 21 janvier 1887 à Chicoutimi (Québec, Canada) — mort le 27 mars 1926) est un joueur professionnel de hockey sur glace du début du XXe siècle. Il évolue en tant que gardien de but pour les Canadiens de Montréal dans l'Association nationale de hockey puis dans la Ligue nationale de hockey entre 1910 et 1925. Il joue ainsi en tant que professionnel pendant seize saisons, remportant la Coupe Stanley à deux reprises.

À la suite de son décès, la LNH met en place un nouveau trophée homonyme pour le gardien de but avec la plus petite moyenne de buts encaissés. Dès son année d'ouverture, en 1945, le temple de la renommée du hockey accueille Vézina en son sein. Plus tard, la ville de Chicoutimi nomme sa patinoire locale en son honneur : le Centre Georges-Vézina.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le gardien de but de Chicoutimi[modifier | modifier le code]

Vézina dans l'uniforme de Chicoutimi.

Georges Vézina est le cadet d'une famille de huit enfants de George Vézina [2], un boulanger local, immigré de Saint-Nicolas de La Rochelle en France, et de sa femme, Clara[3],[4]. Il rejoint alors le Petit Séminaire de Chicoutimi jusqu'à l'âge de 14 ans, il quitte alors le séminaire pour venir aider son père dans la boulangerie familiale[1].

Dès son plus jeune âge, il joue au « hockey bottines »[Note 1] et est connu pour être un bon gardien de but[5]. Il chausse des patins pour la première fois à l'âge de seize ans en rejoignant l'équipe locale de hockey, le Chicoutimi Hockey Club[3]. Chicoutimi étant à plus de 200 kilomètres de Québec, le club de hockey de la ville ne fait pas partie d'une ligue organisée et il se contente de faire des matchs de démonstration contre d'autres équipes[6]. Georges Vézina se marie le 3 juin 1908 avec Marie-Adélaïde-Stella Morin et ils ont par la suite deux enfants[1].

Le 17 février 1910, le club de hockey Canadien, plus connu sous le nom de Canadiens de Montréal, fait une tournée de promotion du hockey et joue contre le club de hockey de Chicoutimi. Le club de Montréal perd sans réussir à inscrire le moindre but[Note 2] grâce au portier de Chicoutimi : un certain Georges Vézina[7]. Joseph Cattarinich gardien de Montréal conseille alors à son président et propriétaire, George Kendall, d'engager Vézina à sa place[8].

Il refuse dans un premier temps l'offre du Canadien mais finalement en décembre 1910, les dirigeants de Montréal sont de retour dans le Saguenay–Lac-Saint-Jean et ils s'entendent avec Georges et son frère, Pierre qui évolue en tant que défenseur[9], et les deux joueurs arrivent à Montréal le 22 décembre 1910[6]. Pierre n'est pas retenu mais Georges signe un contrat de 800 CAD par an avec les Canadiens[3].

Les Canadiens de Montréal[modifier | modifier le code]

Dans l'ANH[modifier | modifier le code]

Didier Pitre, coéquipier de Vézina pendant de nombreuses années.

Il fait ses débuts professionnels avec les Canadiens de Montréal dans l'Association Nationale de Hockey contre les Sénateurs d'Ottawa le 31 décembre 1910 et porte alors le numéro 1[10]. Il joue l'intégralité des seize matchs de la saison postant une moyenne de 3,80 buts encaissés par matchs avec huit victoires et huit défaites[3]. La deuxième place acquise par l'équipe n'est pas suffisante pour remporter la Coupe Stanley, cette dernière étant remportée par les Sénateurs et leur treize victoires[10].

Lors de sa deuxième saison dans l'ANH, en 1911-12, Vézina joue tous les dix-huit matchs de la saison et mène encore une fois l'association au niveau de la moyenne de buts encaissés alors que l'équipe remporte huit matchs contre dix défaites. Les Canadiens n'accordent alors que 66 buts au cours de la saison, le plus bas total de l'ANH[11]. Au cours de cette saison, Pierre Vézina joue l'unique match de sa carrière en tant que professionnel avec les Canadiens[9]. Didier Pitre est le meilleur joueur offensif de l'équipe avec 28 buts suite au départ de Newsy Lalonde pour jouer avec les Millionnaires de Vancouver. L'équipe termine à la dernière place de la saison[11].

Vézina remporte le premier blanchissage[Note 3] de sa carrière au cours de la saison 1912-13 le 18 janvier 1913 lors d'une victoire 6-0 contre les Sénateurs d'Ottawa. Les Canadiens récoltent une fiche de neuf victoires pour onze défaites avec encore une fois dix-huit matchs joués par Vézina[12]. Clint Benedict, portier d'Ottawa, est le gardien de but de l'ANH avec la plus petite moyenne de buts accordés[13].

Les Canadiens terminent à la première place de l'ANH pour la première fois en 1913-14 alors que l'équipe totalise treize victoires et sept défaites en vingt matchs[14]. Cela dit, l'équipe termine à égalité avec les Blueshirts de Toronto. Vézina et le gardien de Toronto, Harry « Hap » Holmes terminent tous les deux avec la même moyenne de buts encaissés, 3,30 buts par matchs, avec un blanchissage chacun et autant de matchs joués[15]. Les deux équipes étant à égalité, une série est jouée pour déterminer le vainqueur de la Coupe Stanley, la première série à laquelle participe l'équipe de Montréal. Le premier match est joué dans l'Aréna de Westmount le 7 mars 1914 et Vézina arrête l'intégralité des tirs adverses pour une victoire 2-0, deux buts inscrits par Harry Scott et Donald Smith. La tendance s'inverse lors du second match de la série avec une victoire 6-0 de Toronto, victoire qui leur donne la Coupe Stanley[16].

Dans la LNH[modifier | modifier le code]

Le 26 novembre 1917, la Ligue nationale de hockey est fondée et elle intègre les équipes suivantes : les Canadiens de Montréal, les Wanderers de Montréal, les Sénateurs d'Ottawa, les Bulldogs de Québec, les Arenas de Toronto.

Le 18 février 1918, il devient le premier gardien de but de l'histoire de la LNH à enregistrer un blanchissage aux dépens des Arenas de Toronto, aujourd'hui connus sous le nom de Maple Leafs de Toronto, sur le score de 9-0[17].

À l'époque, il n'était pas permis aux gardiens de but de s'allonger sur la glace pour faire un arrêt, ce qui rendait les arrêts beaucoup plus difficiles. Georges Vézina a développé un style debout qui a influencé la plupart des gardiens de but de la ligue pendant des décennies. Il avait un style bien à lui et il avait une façon assez spéciale de bloquer les tirs avec son bâton. Il n'aimait pas bouger pour rien, mais il était vif comme un chat[réf. nécessaire]. Malgré tout, en seize saisons, Vézina n'a jamais raté de match.

Le 28 décembre 1918, il devient le premier gardien a réaliser une passe décisive sur un but d'Édouard Lalonde[18].

Décès en 1926[modifier | modifier le code]

En novembre 1925, Vézina n'est pas en bonne santé après avoir perdu seize kilogrammes en l'espace de six semaines[19] mais il ne dit rien à personne et est aligné pour le premier match de la saison 1925-1926 dans les buts des Canadiens. Le match est joué contre les Pirates de Pittsburgh à l'aréna Mont-Royal. Il quitte la glace à la fin de la première période sans avoir encaissé de but mais vomissant du sang de la bouche, victime d'une hémorragie interne[20]. Après s'être évanoui dans le vestiaire, il reprend le match au deuxième engagement mais doit de nouveau laisser sa place à Alphonse Lacroix, Lacroix devenant le premier gardien né aux États-Unis à jouer dans un match de la LNH[21]. Le lendemain, les médecins diagnostiquent à Vézina une tuberculose avancée[22]. Il meurt quatre mois plus tard, le 27 mars 1926, à l'âge de 39 ans et 2 mois.

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Récompenses reçues[modifier | modifier le code]

Il permit aux Canadiens de remporter la Coupe Stanley à deux reprises (1916 et 1924).

En 1945, le Temple de la renommée du hockey ouvre ses portes et il fait partie de la première « promotion » avec Hobart « Hobey » Baker, Charlie « Chuck » Gardiner, Eddie Gerard, Francis « Frank » McGee, Tom Phillips, Harvey Pulford, William « Hod » Stuart et Howie Morenz[23].

Le trophée Vézina[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trophée Vézina.

La création du trophée Vézina est suggérée par Joseph Cattarinich, Léo Dandurand et Louis Létourneau et le trophée est remis pour la première fois à la fin de la saison 1926-1927. Dans un premier temps, le gardien avec la plus petite moyenne de buts alloués est récompensé chaque fin de saison[24]. George Hainsworth, successeur de Vézina devant les filets de Montréal, est le premier à remporter le trophée et il garde la main sur celui-ci pendant trois ans[25].

Le 17 août 1981, William M. Jennings propriétaire des Rangers de New York depuis 1959 meurt. La LNH décide alors de mettre en place le trophée William M. Jennings en sa mémoire et ce trophée devient le trophée remis au gardien avec la meilleure moyenne de buts alloués[26]. Le trophée Vézina devient alors le trophée remis au meilleur gardien de la saison selon le vote des directeurs des équipes de la LNH. Billy Smith des Islanders de New York devient le premier joueur à remporter la version moderne du trophée[27].

Certains gardiens ont remporté de nombreuses fois le trophée Vézina. La liste des trois gardiens ayant remporté le plus de fois le trophée est la suivante[28] :

Le Centre Georges-Vézina[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centre Georges-Vézina.
Le Centre Georges-Vézina vu de l'extérieur.

En 1949, Chicoutimi se dote d'une nouvelle patinoire, le Colisée de Chicoutimi. Il s'agit du plus gros aréna de la ville et peut accueillir jusqu'à 4 749 personnes. À l'époque de sa construction, l'édifice est un des plus importants du Canada, n'étant dépassé uniquement par le Forum de Montréal, l'aréna de Verdun, le colisée de Québec — alors en construction ou encore le Maple Leaf Gardens[29].

En 1965, la patinoire prend le nom de Centre Georges-Vézina en l'honneur du gardien[30]. En 1972, une nouvelle équipe de hockey est mise en place dans la ville de Saguenay, pour le quartier de Chicoutimi : les Saguenéens de Chicoutimi, équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. La même année, les Comètes de Chicoutimi, club de patinage de vitesse, sont créés et utilisent depuis la salle[31].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[32]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  V   D   N  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun PJ  V   D   N  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun
1909-10 Chicoutimi MCHL
1910-11 Canadiens de Montréal ANH 16 8 8 0 980 62 3,80 0
1911-12 Canadiens de Montréal ANH 18 8 10 0 1 109 66 3,57 0
1912-13 Canadiens de Montréal ANH 20 9 11 0 1 217 81 3,99 1
1913-14 Canadiens de Montréal ANH 20 13 7 0 1 222 64 3,14 1 2 1 1 0 120 6 3,00 1
1914-15 Canadiens de Montréal ANH 20 6 14 0 1 257 81 3,86 0
1915-16 Canadiens de Montréal ANH 24 16 7 1 1 482 76 3,08 0 5 3 2 0 300 13 2,60 0
1916-17 Canadiens de Montréal ANH 20 10 10 0 1 217 80 3,94 0 6 2 4 0 360 29 4,83 0
1917-18 Canadiens de Montréal LNH 21 12 9 0 1 282 84 3,93 1 2 1 1 0 120 10 5,00 0
1918-19 Canadiens de Montréal LNH 18 10 8 0 1 117 78 4,19 1 10 6 3 1 636 37 3,49 1
1919-20 Canadiens de Montréal LNH 24 13 0 1 456 113 4,66 0
1920-21 Canadiens de Montréal LNH 24 13 11 0 1 441 99 4,12 1
1921-22 Canadiens de Montréal LNH 24 12 11 1 1 469 94 3,84 0
1922-23 Canadiens de Montréal LNH 24 13 9 2 1 488 61 2,46 2 2 1 1 0 120 3 1,50 0
1923-24 Canadiens de Montréal LNH 24 13 11 0 1 459 48 1,97 3 6 6 0 0 360 6 1,00 2
1924-25 Canadiens de Montréal LNH 30 17 11 2 1 860 56 1,81 5 6 3 3 0 360 18 3,00 1
1925-26 Canadiens de Montréal LNH 1 0 0 0 20 0 0,00 0
Totaux ANH 138 72 65 1 8 484 510 3,61 2 13 6 7 0 780 48 3,69 1
Totaux LNH 190 103 81 5 11 592 633 3,28 13 26 17 8 1 1 596 74 2,78 4

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Second Edition, New York, Total Sports Publishing,‎ 2002, 2e éd. (ISBN 978-1-892129-85-7, OCLC 45163659, LCCN 00107051)
  • (en) Steve Dryden, The Top 100 NHL Players of All Time, Toronto, McClelland & Stewart Inc.,‎ 1997 (ISBN 978-0-7710-4176-1)
  • (en) Morgan Hughes, Stan et Shirley Fischler, Joesph Romain et James Duplacey, Hockey Chronicle: year-by-year History of the National Hockey League, Lincolnwood, Illinois, Publications International, Ltd.,‎ 2003 (ISBN 978-0-7853-9624-6, LCCN 2003107316)
  • (en) D'Arcy Jenish, The Montreal Canadiens: 100 années of Glory, Doubleday Canada,‎ 2008 (ISBN 978-0-385-66324-3)
  • (en) Ligue nationale de hockey, National Hockey League Official Guide & Record Book 2009, Toronto, Dan Diamond & Associates, Inc.,‎ 2008 (ISBN 978-1-894801-14-0)
  • (en) Glenn Weir, Jeff Chapman et Travis Weir, Ultimate Hockey, Toronto, Stoddart Publishing,‎ 1999 (ISBN 978-0-7737-6057-8, OCLC 41593236, LCCN 00268735)
  • (en) Jack Falla, Open Ice: Reflections and Confessions of a Hockey Lifer, Mississauga, Ontario, John Wiley & Sons Canada, Ltd.,‎ 2008 (ISBN 978-0-471-15305-5[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) Charles Coleman, The Trail of the Stanley Cup, Vol. 1, 1893–1926 inc., NHL,‎ 1966

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le « hockey bottines » est une forme de hockey amateur qui se joue dans la rue ou sur une glace gelée sans règle particulière et sans patins aux pieds.
  2. Selon les sources, le résultat du match est différent. Ainsi, le site historique des Canadiens de Montréal annonce un blanchissage pour Chicoutimi dans sa biographie consacrée au gardien, alors que www.legendsofhockey.net annonce une résultat de 11-5 pour Chicoutimi.
  3. Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) Michel Vigneault, « Dictionnaire Biographique du Canada en ligne : Georges Vézina », sur www.biographi.ca,‎ 2000 (consulté le 4 octobre 2009)
  2. George Vézina naissance dans Ancestry.ca
  3. a, b, c et d (en) Kevin Shea, « Spotlight - One on One with Georges Vezina », sur www.legendsofhockey.net,‎ 7 novembre 2008 (consulté le 5 octobre 2009)
  4. Dans Falla, « Open Ice: Reflections and Confessions of a Hockey Lifer », page 141.
  5. (fr) Paul Foisy, « Georges Vézina, hockey - RDS.ca », sur www.rds.ca/pantheon,‎ Février 2009 (consulté le 4 octobre 2009)
  6. a et b Dans Jenish, « The Montreal Canadiens: 100 années of Glory », pages 34-35.
  7. (fr) « Georges Vézina - Biographie, photos, statistiques et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 4 octobre 2009)
  8. (en) « Biographie de Vézina », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 4 octobre 2009)
  9. a et b (en) « Page sur le frère de Georges », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 4 octobre 2009)
  10. a et b (fr) « Saison 1910-11 », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 5 octobre 2009).
  11. a et b (fr) « Saison 1911-12 », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 7 octobre 2009).
  12. (fr) « Saison 1912-13 », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 7 octobre 2009).
  13. (en) « Biographie de Clint Benedict », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 7 octobre 2009)
  14. (fr) « Saison 1913-14 », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 7 octobre 2009).
  15. Dans Coleman, « The Trail of the Stanley Cup, Vol. 1, 1893–1926 inc. », page 255.
  16. (fr) « En séries pour une première fois », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 10 octobre 2009)
  17. (fr) « Vézina ferme la porte », sur le site historique des Canadiens (consulté le 4 octobre 2009)
  18. (fr) « Saison 1918-1919 - Description, photos, faits saillant et plus », sur le Site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 5 octobre 2009)
  19. Dans Dan Diamond, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Second Edition », page 125.
  20. Dans Steve Dryden, « The Top 100 NHL Players of All Time », page 141.
  21. (fr) « Alphonse Lacroix - Biographie, photos, statistiques et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 5 octobre 2009)
  22. (en) « Pittsburgh Pirates (NHL) 1925-30 », sur www.pittsburghhockey.net (consulté le 5 octobre 2009)
  23. (en) « About us », sur www.hhof.com/ (consulté le 6 octobre 2009)
  24. (fr) « Trophée Vézina - Récipiendaires, photos et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le 6 octobre 2009)
  25. (fr) « George Hainsworth - Biographie, photos, statistiques et plus », sur le site historique des Canadiens (consulté le 5 octobre 2009)
  26. (en) « William M. Jennings Trophy », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 6 octobre 2009)
  27. (en) « Vezina Trophy », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 6 octobre 2009)
  28. (en) « Liste des récipiendaires du trophée Vézina », sur www.legendsofhockey.net (consulté le 6 septembre 2009)
  29. (en) Desgagné et Boileau, « L'Architecture au Saguenay — Le Colisée à Chicoutimi », sur www.geocities.com/colosseum,‎ mai décembre (consulté le 7 octobre 2009)
  30. (fr) « Centre Georges-Vézina - infrastructures », sur www.explorare.net (consulté le 7 octobre 2009)
  31. (fr) « Carte des arénas », sur www.cpvcometes.ca (consulté le 7 octobre 2009)
  32. « Georges Vézina - Statistiques », sur www.nhl.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]