Georges Urbain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Urbain, né le 12 avril 1872 à Paris, mort le 5 novembre 1938 à Paris est un chimiste français, académicien des sciences, découvreur du lutécium et du celtium.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur diplômé (9° promotion)[1] de l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris (aujourd'hui ESPCI ParisTech), il rejoint la compagnie générale de l'électricité après avoir soutenu son doctorat sur les terres rares en 1899. Il est nommé chef des travaux d'électrochimie à l'ESPCI sous la direction de Pierre Curie puis rejoint le laboratoire de Jean Perrin en 1906.

En 1907, il découvre l'élément lutécium (Z=71) en séparant les oxydes d'ytterbium et de lutécium. Il est également le découvreur du celtium appelé par la suite hafnium (Z=72) et obtient pour la première fois du gadolinium (Z=64) à l'état pur en 1935.

En 1908, il est nommé professeur de chimie des minéraux à la faculté des sciences de l'université de Paris et propose une unification des théories des liaisons chimiques de la chimie des complexes et de la chimie des minéraux. Il devient professeur de chimie générale tout en assurant la direction de l'École nationale supérieure de chimie de Paris de 1928 à 1938 et celle de l'Institut Rockefeller de physico-chimie biologique à Paris pour la partie chimie en collaboration avec le physicien Jean Perrin.

Travaux[modifier | modifier le code]

Terres rares[modifier | modifier le code]

Les techniques de séparation par cristallisation fractionnée des terres rares sont développées par Georges Urbain : en 1907, à l'issue de 15 000 cycles de cristallisation fractionnée, il parvient à isoler le lutécium, dernier élément de la série des lanthanides[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]