Georges Sphrantzès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Sphrantzès (parfois Phrantzes ou Phrantza) (Grec Γεώργιος Φραντζής) est un historien byzantin, né à Constantinople v. 1401, mort à Corfou v. 1478. Il fut secrétaire de Manuel II Paléologue, avant de devenir protovestiaire en 1432, puis préfet de Mistra en 1446 et grand logothète[1].

Il participe au siège final de Constantinople en 1453 lors duquel il remplit diverses missions pour l'empereur, décomptant notamment le nombre de défenseurs grecs de la cité. Toutefois, du fait de son absence d'expérience militaire, il ne participe pas au combat. Son œuvre historique s'attarde très peu sur cet évènement et certains historiens ont suggéré qu'il lui a consacré un journal séparé[2]. Il est fait prisonnier lors de la prise de Constantinople par les Turcs le 29 mai 1453, mais réussit à s'enfuir vers le Péloponnèse et se réfugie à Mistra, à la cour de Thomas Paléologue, alors despote de Morée. Après la chute du despotat en 1460, il se retire dans un monastère de Corfou. Il y rédige ses Chroniques, qui, bien qu'elles relatent l'histoire du monde depuis ses origines, s'attardent particulièrement sur l'histoire des Paléologue de 1258 à 1476.

Ce récit historique a été l'origine d'une controverse car il est très laconique sur la chute de Constantinople alors même que Georges Sphrantzès y a participé. L'idée émise étant qu'il aurait perdu ses notes après sa capture. Toutefois, un texte attribué à Georges Sphrantzès, daté du XVIe siècle, est beaucoup plus disert sur la chute de Constantinople mais il s'avère que c'est un faux de Macaire Melissène. S'il est rapidement perçu comme tel dès les années 1930[3], certains historiens du siège comme Steven Runciman se réfèrent au livre III concernant la chute de Constantinople, considérant qu'il correspondrait aux fameuses notes perdues par Sphrantzès. Cette théorie est aujourd'hui délaissée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le protovestiarite Georges Phrantzès, Rodolphe Guilland, Revue des études byzantines, 1948
  2. Philippidès et Hanak, The Siege and The Fall of Constantinople in 1453, 2011, p.47-49
  3. Le mésazon Démétrius Paléologue Cantacuzène a-t-il figuré parmi les défenseurs du siège de Constantinople (29 mai 1453) ?, Thierry Ganchou, Revue des études byzantines, 1994

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Margaret Carroll, A contemporary Greek Source for the Siege of Constantinople 1453. The Sphrantzes Chronicle, introduction, translation, commentary and index, Amsterdam, Hakkert, 1985, 198 p. (ISBN 90-256-0904-X)
  • M. Philippides, The Fall of the Byzantine Empire: A chronicle by George Sphrantzes 1401–1477, Amherst, University of Massachusetts Press, 1980, IX+174 p., 3 cartes.

Liens externes[modifier | modifier le code]