Georges Lahy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Lahy dit Virya (né le 27 novembre 1955 à Marseille), kabbaliste, écrivain, éditeur. Arrière-petit-fils du psychologue et sociologue Jean-Maurice Lahy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de philosophie et de mystique comparée, s’est engagé dans l’apprentissage des textes de la Kabbale et de ses pratiques spirituelles.

En 1980 il rencontre Rav Méïr Yéfath, un kabbaliste d’origine yéménite qui lui enseignera les fondements de la kabbale mystique autour des écrits du maître espagnol du XIIIe siècle Abraham Aboulafia, ainsi que ses pratiques de l’hazkarah et des tséroufim, qui constitueront dès lors la base de sa pratique et de son enseignement.

En 1992, il crée un cercle d’études dans la région de Marseille, qu’il nomme « Sod Adamantha ». Durant huit ans, Georges Lahy orientera les travaux de ce cercle autour des grands textes de la Kabbale, en montrant bien la différence entre les enseignements de la Kabbale traditionnelle et les écrits de l’occultisme. Le résultats de ces travaux furent publiés tous les trimestres dans trente-deux cahiers d’études intitulés : « Hokhmah ». Ces cahiers contiennent de nombreux articles originaux et des traductions de textes inédites. C’est également en 1992 que Georges Lahy crée sa propre maison d’éditions (Éditions Lahy), spécialisée dans la Kabbale et la mystique juive.

En 1997, il rencontre Charles Mopsik avec qui il se liera d’amitié et aura de nombreux échanges jusqu’au décès de ce dernier en juin 2003. Charles Mopsik confortera Georges Lahy dans ses recherches sur les kabbalistes des XIIe et XIIIe siècles de Catalogne et de Castille, et l’amènera à un étude plus poussée du Sefer Ha Zohar.

La démarche de Georges Lahy est à la fois tournée vers les écrits hébreux anciens, dont il a traduit de nombreux textes en français, et vers les orientations contemporaines de la Kabbale. Il a également rédigé de nombreux articles, dans des revues spécialisées, établissant des passerelles entre les pratiques mystiques et les philosophies occultes de différentes traditions.

Bibliographie (français)[modifier | modifier le code]

  • Spiritualité de la Kabbale, éditions Présence, 1986.
  • Kabbale et destinée, éditions Présence, 1986/1994.
  • Lumières sur la Kabbale, éditions Jeanne Laffitte, 1989.
  • Kabbale Extatique et Tšérouf, éditions Lahy, 1993.
  • Vie mystique et Kabbale pratique, éditions Lahy, 1994.
  • Le Grand Œuvre de Jonas, éditions Lahy, 1996-2008.
  • L’Alphabet hébreu et ses symboles, éditions Lahy, 1997.
  • Les 72 Puissances de la Kabbale, éditions Lahy, 1999-2004.
  • La voix du corps, éditions Lahy, 2002.
  • Paroles de nombres, éditions Lahy, 2003.
  • Abécédaire du langage des animaux, éditions Lahy, 2004.
  • Dictionnaire encyclopédique de la Kabbale, éditions Lahy, 2005-2009.

Traduction de Georges Lahy :

  • Le Sépher Yetšisrah, éditions Lahy, 1995.
  • Les portes de la lumière – Shaaréi orah, Joseph Gikatilla, éditions Lahy, 2001.
  • Ésh metšaréf, Le Feu de l’alchimiste, éditions Lahy, 2006.
  • Les Assemblées initiatiques du Zohar, éditions Lahy, 2006.
  • La voix des maux, éditions Lahy, 2010.

Bibliographie (italien)[modifier | modifier le code]

  • Le Sepher Yetzirah, Venexia, Roma 2006.
  • L'Alfabeto ebraico, I ventidue arcani della Qabalah, Venexia, Roma 2008.

Bibliographie (espagnol)[modifier | modifier le code]

  • Los 22 arcanos de la Kabbalah, Escuelas de Misterios, Barcelona 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]