Georges Hugon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hugon.

Georges Hugon est un compositeur français, né le 23 juillet 1904 à Paris et mort le 19 juin 1980 à Blauvac (Vaucluse).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie au Conservatoire de Paris et est l'élève de Paul Dukas, Jean Gallon et Georges Caussade. Il obtient un premier Prix de piano et d'harmonie en 1921, et un premier prix de composition en 1930. Cette même année, il reçoit le Prix de la Fondation Blumenthal pour la pensée et l'art français. Entre 1934 et 1940, il dirige l'École de Musique de Boulogne sur Mer. Puis il est professeur de solfège au Conservatoire de Paris, avant d'y être nommé professeur d'harmonie en 1948.

Georges Hugon a une fille, Élisabeth Hugon (1934-2004), connue sous le nom d'artiste de Sophie Daumier, et un fils, Louis Hugon.

Prix et Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Blumenthal en 1930
  • Grand Prix du Conseil Général de la Seine en 1967

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Eaux-fortes, 4 pièces pour piano (1963)
  • Nocturne pour violon et piano (1929)
  • Quatuor à cordes (1931)
  • Eglogues de Virgile pour flûte, clarinette, cor et harpe (1932)
  • La Reine de Saba, pour orchestre (1933)
  • Symphonie no 1 (1941)
  • Chants de deuil et d'espérance, oratorio pour récitant, soli, chœur et orchestre (1945)
  • Symphonie no 2 La Genèse d'Or (1949)
  • 5 chœurs a cappella, pour voix de femmes (1953)
  • Sonate-Impromptu pour violon et piano (1960)
  • Introduction et allegro, pour trombone et piano (1961), morceau du concours du conservatoire de Paris
  • Concerto pour piano (1962)
  • De lumière et d'ombres (2 versions) pour orchestre à cordes; pour grand orchestre (1965)
  • Préludes à 4, Fantaisie pour harpe (1970)
  • Adagio pour hautbois et piano (1975)
  • Symphonie no 3 Prométhée (inachevée)