Georges Gimel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gimel.

Georges Gimel

Naissance 8 mars 1898
Domène (Isère)
Décès 21 janvier 1962 (à 63 ans)
Megève (Haute-Savoie)
Nationalité française Drapeau de la France
Activités peintre, sculpteur, émailleur
Mouvement artistique Précurseur de l'expressionnisme français du XXe siècle, notamment avec ses visions de la Grande Guerre.

Georges Gimel, dit « le Maître du Feu », né le 8 mars 1898 à Domène (Isère), mort le 21 janvier 1962 à Megève (Haute-Savoie) est un peintre et sculpteur expressionniste, auteur de figures, de paysages de montagne, de natures mortes, de fleurs, d'art sacré.

Il fut aussi graveur, lithographe, illustrateur, décorateur de théâtre, céramiste, peintre fresquiste et peintre émailleur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Gimel vit à Domène et à Grenoble jusqu’à l’âge de 16 ans avant de partir pour Paris. Il y reste 20 ans, puis partage sa vie entre Megève, Annecy, Grenoble et Paris. Il participe à la Première et à la Seconde Guerres mondiales. Grenadier au 22e d'infanterie, il part comme engagé volontaire au front à 18 ans, il est blessé par une attaque au gaz, huit jours avant l'armistice de 1918. Ceci aura, plus tard, des conséquences importantes sur sa carrière artistique.

Il est élève à l'école des Beaux-Arts de Paris, atelier Jean-Paul Laurens, à l'Académie Julian, puis à l'Atelier Jean-Antoine Injalbert, chez le sculpteur Henri Bouchard, Paul Landowski et aux Arts décoratifs.

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1919, son adresse parisienne est 17, rue Campagne-Première. Il travaille chez Bouchard et le soir, collabore comme décorateur avec l'équipe du théâtre du Vieux-Colombier qui innove dans le domaine théâtral grâce à Jacques Copeau, Louis Jouvet, Charles Dullin, et les Pitoëff. Il décore en 1921 le bal des Quat'z'Arts puis une partie basse de l'opéra Garnier pour le bal Symphonie en pourpre et violet, organisé par Paul Poiret. Il n'a plus que le samedi et le dimanche pour peindre.

Il travaille avec Lucien Vogel, aussi avec Jean de Brunhoff créateur de Babar. Il est remarqué par l'éditeur Jacquard qui lui édite des albums : Musiciens et Sainte Agnès (avec des gravures sur bois) ; son portrait d'Anatole France est retenu par la Bibliothèque nationale de France.

En 1921-1922, il illustre divers ouvrages, travail qu'il poursuivra tout au long de sa vie. En 1922, la presse parisienne (Le Crapouillot) rend compte de l’exposition des artistes Constant Le Breton, Jean Lébédeff, Paul Hermann, Roger-Maurice Grillon, Jacques Beltrand, Robert Bonfils, Louis Bouquet, Paul-Émile Colin, Georges Gimel, Démétrios Galanis, Carlègle, André Deslignères et de leurs bois gravés à la galerie Le Nouvel Essor, qui précède leur accrochage commun, au début de l’année 1923, au Salon de la Société de la gravure sur bois originale, au pavillon de Marsan.

En 1923, Gimel compose des masques impressionnants pour le spectacle de Jeanne Ronsay au théâtre des Champs-Élysées à Paris. En 1924, il participe à l’illustration de L'Âme du cirque de Louise Hervieu[1] : il réalise un bois-gravé en couleur, La Grande Parade de Gimel. Le numéro 1 de ce catalogue est vendu aux enchères, salle Gaveau à Paris, par les Fratellini.

Directeur artistique de la revue littéraire Tentatives avec Henri Petiot (Daniel Rops), il consacre un numéro spécial à Stendhal. Il réalise de nombreux bois gravés, dont le portrait de Déodat de Séverac retenu par la Bibliothèque nationale.

En juillet 1924, un spécial Tentatives intitulé: Femmes, consacre outre les illustrations de P. Combet-Descombes, Paulette Humbert et Georges Gimel, des poèmes de Doette Angliviel, Cécile Arnaud, Lucie Guigo, M.-R. Michaud- Lapeyre, Adrienne Monnier, Roger de Néreys, Marguerite Henry Rozier.

Il participe, à Paris aux Salon d'automne et au Salon des indépendants de 1921 à 1934.

Son talent est remarqué très tôt par Andry Farcy, conservateur du Musée de Grenoble, qui soutient les Modernes à cette époque, aussi, Léon Daudet qui lui préfacera son Chemin de croix, et le célèbre critique d’art parisien Félix Fénéon. Ce Chemin de croix est exposé à la galerie Jeanne Bucher et connaît un franc succès.

Gimel fait partie des Ateliers d'art sacré, fondés en 1919 par George Desvallières et Maurice Denis.

Il élabore également des compositions de figures : des baigneuses. Son trait de caractère et ses coloris lui sont propres : il exprime la vie. Véritable moteur artistique, Gimel allie les beaux-arts et les arts décoratifs : il dessine des motifs de tissus d'ameublement pour les Vogel[2]. Il dessine également des motifs de tissus de robes pour Paul Poiret puis Jean Patou ainsi que des modèles pour les verreries Lalique.

À Paris, sur le Pont Alexandre-III, à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925, apogée de l'art déco, Gimel expose ses tissus avec les artistes décorateurs et aussi les architectes créateurs de leurs luxueuses vitrines[3].

En 1927, Gimel réalise le plus grand tableau du Salon d'automne, La Cueillette des amandes[4]. En 1928, il se lance dans la lithographie et sa technique le mènera jusqu’à 14 couleurs ; les thèmes représentés sont des skieurs, des bouquets de fleurs, des paysages et des personnages de couleurs fauves et de formes cubistes, elles sont mises au point par l'artiste et tirées dans les ateliers de Jean de Bussac à Clermont-Ferrand.

De nombreuses expositions aux galeries Bernheim-Jeune, Bignou, Kleinmann, Berri-Raspail, Charpentier, Katia Granoff le feront connaître dans le monde.

En 1930, avec l'architecte Armand-Albert Rateau, Gimel effectue la grande fresque du siège social de la Société des chaux et ciment Lafarge à Paris. Une étude intitulée La Carrière[5] est achetée par le musée municipal de Megève.

En 1931, il se marie au Vésinet avec une artiste dessinatrice de mode Madeleine Louise Jeannest. Emma Boynet et Albert Chartier (un sculpteur) sont les témoins du mariage. Pour l'Exposition coloniale internationale (1931) de Paris, il effectue une importante série de dessins, gravures et lithographies.

En 1933, il réalise un Chemin de croix très controversé par son modernisme. Ces fresques religieuses seront exposées à la galerie Charpentier, ainsi que des lithographies pour un chemin de croix préfacé par Léon Daudet aux éditions Jeanne Bucher, dont la reliure est réalisée par Rose Adler en janvier 1934. Un exemplaire de cet album est acheté par le Vatican.

En 1934,sur le terrain de son père à Rochebrune, Megève, il fait construire le chalet La Fresque , par l'architecte Henry Jacques Le Même et en décore les façades avec des compositions d'avant-garde, Le Roi et la Reine des neiges.

En 1937, Gimel participe à l'Exposition universelle de Paris, il y réalise la décoration intérieure du pavillon du Dauphiné. Durant la même période, il réalise diverses fresques à Megève et au plateau d'Assy.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Mobilisé en septembre 1939, Gimel se retrouve au Fayet (Haute-Savoie) où il décore le mess des officiers.

En 1944 (20 décembre), il sort son livre Le Calvaire de la Résistance avec des visions de guerre dont certaines ont été exposées à la galerie Katia Granoff à Paris en avril 1940. Celui-ci est accueilli, tant en France qu'à l'étranger, comme une des œuvres parmi les plus représentatives de la Résistance .

A Paris, éloge de Paul Rivet(1876-1958).

Annecy, Paul Guiton (1882-1944), grand écrivain des Alpes et de la montagne, qui avait eu Gimel comme élève au lycée de Grenoble, appréciait beaucoup son œuvre.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

Tout en continuant à peindre, il se consacre pleinement à son art : la fabrication de ses émaux où son génie lui permet de combiner toutes les techniques et pratiques connues pour aboutir à une peinture émaillée véritable métamorphose de son œuvre rendue inaltérable. Dans son atelier du 10, rue Vaugelas (Annecy), il ne peut construire des fours. Il loue alors les anciennes caves, d'un marchand de vin, appelées caves Garçon (45 rue du Bœuf, puis rue Carnot). Il y installe une salle d'exposition et commence la construction des fours. La cuisson des premiers émaux devient réalisable.

C'est durant cette période qu'il travaillera, entre autres, pour les cloches Paccard à Annecy-Le-Vieux, le Christ et le chemin de croix du Sappey-en-Chartreuse, les fresques du Théâtre de Grenoble.

Le 15 octobre 1952 est inauguré le nouveau théâtre municipal de Grenoble, dont les fresques cloisonnées ornent la façade au bord de l'Isère.

Le 2 octobre 1955 est inaugurée l'église du Sappey en Chartreuse où Gimel a réalisé un grand Christ en émail et le chemin de croix en fresques émaillées. De grands fours lui permettent maintenant la cuisson d'émaux de dimensions importantes sur aluminium et sur ciment. Il décore durant cette période le casino de Megève, le Bar des 5 rues. En 1956, il réalise le chemin de croix en émail de l'église de Megève, ainsi que le coq du clocher de cette même église. Il est demandé par le Rotary-club des Alpes de Haute-Provence pour une conférence sur les émaux, secondé par son ami Jean Giono. Quoique n'ayant jamais abandonné la peinture et le dessin, il continue avec acharnement ses recherches sur les émaux : dimensions toujours plus importantes, nouvelles possibilités dans la palette des couleurs, travail difficile et délicats (plusieurs fois des explosions ont retenti dans l'atelier de « La Fresque »...), lorsque l'on sait que chaque couleur demande une température et un temps de cuisson différents.

Gimel décède à Megève : cet homme actif, artiste, amoureux de la féminité et surgi de la montagne, un 21 janvier 1962 neigeux et ensoleillé, après avoir patiné et valsé sur la glace, tombe foudroyé aux pieds de sa partenaire, une belle jeune femme, au cœur de cet amphithéâtre admirable que domine au loin le Mont Blanc.

En 1968, lors des Jeux olympiques à Grenoble, a eu lieu une rétrospective de Gimel au Palais des expositions, avec notamment des œuvres ayant décoré le Pavillon du Dauphiné lors de l’Exposition universelle de 1937 à Paris.

En 1980, il était représenté, avec L’Oiseleur à l’exposition du château de la Condamine (mairie de Corenc), 150 ans de peinture dauphinoise.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1992, 1993, et 1994, à l'hôtel des ventes d'Annecy, ont lieu des cessions des œuvres dépendant de la succession de l'artiste et provenant de son atelier de Megève.

En 2000, deux panneaux décoratifs de Gimel, créés à la fin des années 1930, pour la salle des fêtes du sanatorium du centre médico-universitaire Daniel Douady à Saint-Hilaire-du-Touvet sont classés monuments historiques[6] par le patrimoine français.

  • 2012 et 2013 Exposition au Musée de Mégève : Un moderne à Mégève, 25 portraits expressionnistes aquarelles de Mégevans.
  • 2014 Vente à Grandville de 150 dessins expressionnistes, lavis d'encre de chine, de la Grande Guerre 14-18 et de la Seconde Guerre Mondiale 39-45.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1940 : « Visions de guerre » (encres de Chine), Paris, quai conti, galerie Katia Granoff 79 (du 8 au 30 avril)
  • 1941 : « 1918-1938 : Vingt ans de peinture de Gimel », galerie Folklore, Lyon (6 au 15 novembre)
  • 1941 : 24 œuvres dont le portrait du cinéaste Jean Renoir et de Suzanne Valadon, galerie Domo, Lyon (7 au 17 novembre)
  • 1942 (mars) : Hall du Messager à Annecy puis à la galerie lyonnaise Roger, dont L'Arlequin (toile)[7]
  • 1945 : 35 œuvres à la galerie Berri-Raspail, dont Le Joueur de hockey[8] (du 30 novembre au 18 décembre 1945)
  • 1949 : Exposition d'une centaine d'émaux, galerie Bernheim-Jeune, Paris (du 26 mars au 1er avril)[9]
  • 1954 : Exposition d'émaux à Saarbrücken
  • 1957 : « Un demi siècle de peinture et d'émaux », 64 œuvres, galerie Bernheim-Jeune (du 9 au 14 novembre)

Œuvres[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Œuvres décoratives[modifier | modifier le code]

  • 1930 : Fresque « La carrière » pour le siège social de la Compagnie des chaux et ciments Lafarge à Paris (disparue à ce jour)
  • 1935 : Fresque Le Roi et la Reine des neiges pour son chalet, à Megève[11]
  • 1935-1937 : Megève et plateau d'Assy
    • Collège Le Hameau
    • Hôtel Albert 1er
    • Restaurant La Romance
    • Restaurant Le Chamois
    • Chalets de Le Même, Maître Sage, Dr Grenet
    • Hôtel La Résidence (statue)
    • Sanatorium de Sancellemoz
  • 1937 : Patineuses et joueurs de hockey, huile sur toile, 227 cm × 216 cm, et Le Saut, huile sur toile, 234 cm × 216 cm, tableaux réalisés en 1933, exposés au pavillon du Dauphiné, pour promouvoir les sports d’hiver lors de l’exposition universelle de Paris. Gimel offre ces deux œuvres à la mairie de Domène, son village natal[12]
  • 1938 : Les Sports à la mer et Le Carnaval à Nice, peintures à l’huile sur toiles marouflées sur panneaux, 505 cm × 192 cm. Centre médico-universitaire Daniel Douady, Saint-Hilaire-du-Touvet
  • 1948 : L’Activité des travailleurs d’hier et d’aujourd’hui, fresques à la cire, 320 cm × 600 cm, bourse du travail d’Annecy[12]
  • 1952 : Comédiens des années vingt, fresques, nouveau théâtre de Grenoble, façade Isère[13]
  • 1955 : Christ émaillé, (240 cm × 150 cm), église du Sappey-en-Chartreuse
  • 1956 : Chemin de croix en XIV stations, émail sur or, église Saint-Jean-Baptiste Megève

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France • Bibliothèque du Congrès • WorldCat
  • Hans Vollmer, Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler des XX jahrhunderts, p. 248
  • Bénézit, Dictionnaire des peintres, t.V, p. 7
  • Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, 1910-1930
  • Françoise Gimel-Recoura, biographie sur son père, archives conservées par la famille Marlin, Recoura, Warmé
  • René Herbst, Devantures, Vitrines, Installations de Magasins à l'Exposition internationale des Arts Décoratifs, Paris 1925 Éditeur C.H Moreau VIII rue de Prague Paris XII
  • Raymond Cogniat, Décors de Théâtre, Éditions des Chroniques du jour Paris 1930
  • 1918-1938, Vingt Ans de Peinture de Gimel. Préface Andry Farcy Grands Établissements de l'Imprimerie Générale, Grenoble 1941
  • Robert-J.Laurent, Peintres d'aujourd'hui Thonon-les-bains 1948 p. 29, impr. Société d'édition savoyarde
  • Barbara Vivienne, Reporter à l'AFP (Agence France-Presse), Paris 1949
  • Médecine de France, Les Émaux de Gimel par Nicolas Ollier p. 28 Olivier Perrin, Éditeur Paris 8e, 1949
  • Albert Fournier, Métiers curieux de Paris. Jeheber. p. 22 Imp Crété, juillet 1953
  • Yves Sjöberg - Mort et résurrection de l'Art sacré, Grasset, Église et temps présent, Paris, 1957
  • Maurice Wantellet, Deux siècles et plus de peinture dauphinoise, Imprimerie Eymond, Grenoble, 1994
  • Maurice Wantellet, L'Effort groupe d'action d'art, Bulletin mensuel de l'Académie Delphinale. mai-juin 1995
  • Anne Buttin Sylvain Jacqueline, Les Peintres de Savoie 1860-1960, les éditions de l'amateur/Amis des Musées de Chambéry, 2e édition, 1997
  • Anne Buttin, Michèle Pachoud-Chevrier, Potiers et Céramistes des pays de Savoie 1900-1960, Éditions Le vieil Annecy, juin 2002
  • Marlin Warmé, (2005), Gimel 1898-1962. Annecy: Doc'Factory. (ISBN 2-9524879-0-1)
  • Thierry Lambiel, université des sciences sociales de Grenoble. Maitrise d'histoire contemporaine : « Les arts plastiques à Grenoble et la seconde guerre mondiale 1939-1944 »
  • Luc Monod, Manuel de l'amateur de livres illustrés Modernes - 1875-1975, Ides et Calendes, Neuchâtel, 1992
  • La Tribune de Megève, Noël 2004 - janvier 2005 « Le maître du feu », rubrique Patrimoine p. 10, Michèle Robert
  • Alain Raffin, Mémoire en Images, Domène, édition Alan Sutton, 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avec Mariano Andreu, Jacques-Emile Blanche, Pierre Bonnard, Antoine Bourdelle, Jean Cocteau, Jean-Gabriel Daragnès, Maurice Denis, Raoul Dufy, André Favory, Jules Flandrin, Paul-Élie Gernez, Walter Gimmi, Paul Hermann, Edmond Heuzé, Pierre Laprade, André Lhote, Macoudia M'Baye, Luc Albert Moreau, Bernard Naudin, Pablo Picasso, Georges Rouault, André Rouveyre, André Dunoyer de Segonzac, J.-E. Thomas, Félix Valloton, Angel Zarraga.
  2. Avec Jardin des Modes, ils créent la 1re revue présentant la mode parisienne en France et à l'étranger.
  3. René Herbst, Laprade, Edgar Brandt, Sonia Delaunay, Dufy, Jean Dunand, Francis Jourdain, Jacques-Émile Ruhlmann, René Lalique, Mallet-Stevens, Süe et Mare, Crémier, Sorel, Weil, Serge Poliakoff, Prou.
  4. Localisation et dimensions actuellement inconnues.
  5. 100 (H) × 50 (L) cm.
  6. Référence ISBN PM380 00873.
  7. Cf. L'Écho des étudiants du 10 octobre 1942, article de Yvan Christ.
  8. no 29.
  9. Par l’intermédiaire du ministère des Affaires Étrangères (AFAA) Association francaise d'action artistique, plusieurs de ces émaux sont envoyés à l’étranger : Rome, États-Unis Yale University Art Gallery.
  10. Achevé de composer et d'imprimer pour la première fois le trentième jour de juin 1921 sur les presses de François Bernouard pour la galerie Le Nouvel Essor, 40 rue des Saints-Pères à Paris.
  11. En réserve au musée de Megève.
  12. a et b En attente de restauration.
  13. En réserve.

Liens externes[modifier | modifier le code]