Georges Gilles de la Tourette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Gilles de la Tourette

Description de l'image Tourette1.jpg.
Nom de naissance Georges Albert Édouard Brutus Gilles de la Tourette
Naissance
Saint-Gervais-les-Trois-Clochers,non loin de Loudun dans la Vienne
Décès (à 46 ans)
Lausanne, Suisse
Nationalité Drapeau de France Français
Profession
Médecin spécialisé en neurologie

Georges Albert Édouard Brutus Gilles de la Tourette[1], né à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers, non loin de Loudun dans la Vienne (86), le et mort à Lausanne le , est un médecin neurologue français. Il a laissé son nom à la maladie de Gilles de la Tourette qui se manifeste par des tics.

Biographie[modifier | modifier le code]

La une de l'hebdomadaire Le Pays Illustré du 9 décembre 1893 : « Un drame de l'hypnotisme », la tentative d'assassinat de Georges Gilles de la Tourette par Mme Kamper, une patiente paranoïaque ancienne pensionnaire de Sainte-Anne[2].

Il fait ses études de médecine à Poitiers, puis devient l'interne de Charcot à Paris en 1884. Il est ensuite chef de clinique de Charcot de 1887 à 1889, puis agrégé de Fulgence Raymond, le successeur de Charcot à la Salpêtrière.

En 1893, il est blessé à la tête par un coup de feu tiré par une de ses anciennes patientes qui prétendait avoir été hypnotisée contre son gré — ce que Gilles de la Tourette, tout comme les spécialistes modernes de l'hypnose, s'accordent à déclarer impossible. Ce traumatisme venant s'ajouter au décès récent de son mentor Charcot et à celui, survenu dans des circonstances tragiques, de son jeune fils, son humeur s'en ressent. Il commence à osciller entre des accès dépressifs et des accès hypomaniaques, ce qui ne l'empêche pas de donner des conférences publiques sur la littérature, le mesmérisme et le théâtre.

Vers 1902, son état mental s'aggrave et il est démis de son poste. Il est interné dans une clinique psychiatrique à Lausanne, où il meurt le .

Ses principaux travaux[modifier | modifier le code]

Études cliniques & physiologiques sur la marche. Thèse Paris, 1885.
(Collection Bibl. univ. de Leyde)

Membre de ce que l'on a appelé l'École de la Salpêtrière, il a toujours été imprégné de l'état d'esprit de Charcot, ce que l'on peut voir dans ses écrits, qu'il s'agisse de l'hypnotisme ou de l'hystérie. Il publia un article sur l'hystérie dans l'armée allemande qui rendit furieux Bismarck et un autre sur les mauvaises conditions d'hygiène dans les hôpitaux flottants de la Tamise. En collaboration avec Gabriel Legué, il fit l'analyse des observations faites par Sœur Jeanne des Anges sur son propre cas d'hystérie, dont l'origine était son amour non récompensé pour le prêtre Urbain Grandier, lequel fut par la suite accusé de sorcellerie et brûlé vif[3].

Parmi son abondante production littéraire, on peut retenir celle inspirée par son attachement à sa région natale, ainsi que sa biographie de Théophraste Renaudot[4], lui aussi médecin natif de Loudun, administrateur des services sociaux et fondateur en 1631 du premier journal français, La Gazette.

En 1885, il décrit la maladie des tics convulsifs, dite maladie de Gilles de la Tourette.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'hypnotisme et les états analogues au point de vue médico-légal [préface de M. le Dr Paul Brouardel], Plon, Nourrit et Cie (Paris), 1887, disponible sur Gallica.
  • L'épilogue d'un procès célèbre (Affaire Eyraud - Bompard), Aux bureaux du Progrès médical (Paris), Lecrosnier et Babé. 1891. (Texte intégral.)
  • La vie et les oeuvres de Théophraste Renaudot, fondateur du journalisme et des consultations charitables, Ed. du Comité (Paris), 1892, 52 p.-[1] f. de pl. : ill. ; in-8, disponible sur Gallica.
  • Traité clinique et thérapeutique de l’hystérie d’après l’enseignement de la Salpêtrière, Plon et Nourrit (Paris), 1891, Texte intégral.
  • Concours de l'agrégation, 1892. Exposé des titres et travaux scientifiques ; 1 f. manuscrite avec additions 1892-1894. Paris : Typographie de E. Plon, Nourrit et Cie, 1892 - 1894. (Texte intégral.)
  • Le traitement de l'ataxie par l'élongation vraie de la moelle, Paris, Rueff et Cie, 1897. (Texte intégral.)
  • Leçons de clinique thérapeutique sur les maladies du système nerveux, Paris, 1898.
  • Les Actualités médicales. Formes cliniques et traitement des myélites syphilitiques, Paris, 1899.
  • « La Maladie des tics convulsifs », in: La semaine médicale, 1899, 19:153-156.
En collaboration
  • avec Paul Richer : Hypnotisme,[monographie imprimée extraite du Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales] Masson (Paris), Asselin (Paris), 1875-1885, p. 67-132 ; in-8, disponible sur Gallica

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gilles » fait partie du patronyme.
  2. Georges Guinon, « Attentat contre le Dr Gilles de la Tourette » Le Pays Illustré 1893;21(19):446. Texte intégral
  3. Sœur Jeanne des Anges, supérieure des Ursulines de Loudun (XVIIe siècle), Autobiographie d'une hystérique possédée, d'après le manuscrit de la Bibliothèque de Tours, annoté et publié par les Docteurs Legué et Gilles de la Tourette, préface du professeur Charcot, 1886.
  4. Gilles de la Tourette, G. Theophraste Renaudot d'après des documents inédits, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1884.

Liens externes[modifier | modifier le code]