Georges Duthuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Duthuit ( 1891-1973) est un écrivain, historien et critique d'art français.

Historien d'art, Georges Duthuit a été un grand commentateur de Matisse (dont il était le gendre), de Nicolas de Staël, Jean-Paul Riopelle, Bram Van Velde. Il a été un proche des artistes surréalistes, en particulier d'André Masson. En 1939, il a participé au Collège de Sociologie de Georges Bataille[1]. En 1942, André Breton le cite dans Prolégomènes à un troisième manifeste du surréalisme ou non parmi les esprits « les plus lucides et les plus audacieux d'aujourd'hui[2]. »

Georges Duthuit a été attaché au musée du Louvre (1931) ; il était spécialiste d'art ancien et d'archéologie, de Byzance et d'art copte en particulier.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Byzance et l'art du XIIe siècle (Librairie Stock, 1926)
  • La sculpture copte (Van Oest, 1931)
  • Le musée inimaginable (José Corti, 1956), pamphlet inspiré par Le Musée imaginaire de Malraux.
  • L'image en souffrance (Georges Fall, Éditeur, 1961)
  • Le feu des signes (Skira, 1962)
  • Une fête en Cimmérie (Fernand Mourlot, 1964)
  • Représentation et Présence (1974), premiers écrits édités par Yves Bonnefoy.
  • Les Fauves, reprise remaniés d'articles parus dans Les Cahiers d’Art, de 1929 à 1931 (Les trois Collines, 1949 ; réed. Michalon)
  • Écrits sur Matisse (École nationale des Beaux Arts, 1993)
  • Bram Van Velde, Œuvre gravé (Maeght, 2002)
  • Autour de Georges Duthuit (Actes sud, 2003)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir : Denis Hollier, Le Collège de Sociologie 1937-1939, Folio/essais, 1995, p. 746-761.
  2. André Breton, Manifestes du Surréalisme, Folio/essais, 1985, p. 155.