Georges Costakis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Costakis (en grec moderne Γεώργιος Κωστάκης et en russe Георгий Дионисович Костаки) (Moscou 5 juillet 1913 - Athènes 1990) était un collectionneur d'art grec qui constitua une des plus grandes collections d'avant-garde russe.

Né à Moscou dans une famille de commerçants grecs, il devint chauffeur d'ambassade. Il conduisit d'abord pour l'ambassade de Grèce en URSS, jusqu'à l'attaque de la Grèce par l'Allemagne nazie : en raison du pacte germano-soviétique, l'ambassade grecque à Moscou fut fermée. Il travailla alors pour l'ambassade du Canada.

Après la Seconde Guerre mondiale, toujours chauffeur, il conduisait ses clients chez divers brocanteurs et marchands de biens pour qu'ils y achètent des objets ramenés d'Allemagne par l'Armée rouge ou ayant appartenu à des riches familles russes. Là, il découvrit que nombre d'œuvres d'art n'intéressaient pas ses clients et il commença à investir pour son compte. Il acheta d'abord des icônes puis des peintres hollandais mineurs du XVIIe siècle. Il s'intéressa ensuite aux tableaux de l'avant-garde russe des années 1920 et 1930. Ils avaient été en effet condamnés par le régime stalinien et le réalisme socialiste.

Ses activités de collectionneurs lui permirent de rencontrer dès 1947 Vladimir Tatline ou Lioubov Popova à qui il acheta directement leurs œuvres. Il acquit aussi des œuvres d'Olga Rozanova, Pavel Filonov, Ivan Kliun et surtout d'Alexandre Rodtchenko ou Kasimir Malevitch. Sa collection attira les visiteurs étrangers, les historiens d'art et les artistes dans les années 1960. Le régime soviétique s'intéressa alors à celle-ci, enfin reconnue comme appartenant à l'héritage culturel du pays et pas seulement un exemple de l'art bourgeois dégénéré.

Quand Costakis décida de quitter l'URSS pour retourner en Grèce, en 1977, l'État russe exigea que la moitié de la collection restât dans son pays : elle est maintenant à la Galerie Tretiakov. La moitié conservée par Georges Costakis et achetée par l'État grec en 2000, est maintenant au musée d'art moderne de Thessalonique.