George Cœdès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Georges Cœdès)
Aller à : navigation, rechercher

George Cœdès

Naissance 10 août 1886
Paris
Décès 2 octobre 1969 (à 83 ans)
Neuilly-sur-Seine
Nationalité Drapeau de la France France
Profession

George Cœdès (prononcer [sedɛs]), né le 10 août 1886 à Paris 16e et mort le 2 octobre 1969 à Neuilly-sur-Seine, est un épigraphiste qui a combiné cette discipline avec l'archéologie en vue d'étudier et de comprendre l'histoire des civilisations du Sud-Est asiatique.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1903-1905, il est élève à l’École pratique des hautes études (section des sciences religieuses). Il y a pour maître Alfred Foucher, qui lui enseigne le sanskrit et l’initie aux méthodes de l’archéologie et de l’iconographie.

Le 24 octobre 1911, il est nommé pensionnaire de l’École française d'Extrême-Orient, en remplacement d’Henri Maspero, fils du célèbre égyptologue Gaston Maspero. Il s’embarque pour le Cambodge à la fin de 1911.

La survenance de la Première Guerre mondiale a sur la carrière de George Cœdès un effet inattendu. Tout d’abord, il est réformé, sur intervention de son directeur Louis Finot qui ne souhaite pas perdre ses chercheurs. Mais en 1917 le Siam déclare la guerre à l’Allemagne. Conséquence directe : Oscar Frankfurter, directeur de la bibliothèque Vajirañana de Bangkok rentre en Allemagne pour ne pas être interné au Siam. Le prince Damrong propose à George Cœdès de le remplacer. Il entre alors au service du gouvernement siamois en décembre 1917, après accord du gouverneur général de l’Indochine, Albert Sarraut.

En 1929, il est nommé à la tête de l'École française d'Extrême-Orient, à Hanoï, poste qu'il occupera jusqu'en 1946.

À la mi-janvier 1947, il reçoit sa nomination comme conservateur du musée d'Ennery, à Paris. À la rentrée universitaire 1947, il est ainsi professeur d’ethnographie à l’École supérieure d’anthropobiologie, chargé d’enseignement d’histoire de l’Indochine à l’École nationale de la France d'outre-mer et, surtout, chargé d’enseignement du thaï à l’École nationale des langues orientales vivantes. L’expérience qu’il a patiemment accumulée au cours de 35 années passées au milieu des monuments asiatiques, à déchiffrer les inscriptions, à nouer des relations avec les lettrés locaux et les savants du monde, cette expérience va désormais servir à édifier la nouvelle génération de chercheurs et d’orientalistes.

Le 14 février 1958, l’Académie des inscriptions et belles-lettres décide d’admettre George Cœdès en ses rangs, en lui accordant le fauteuil précédemment occupé par Maurice Gaudefroy-Demombynes.

Cœdès est l'auteur de deux ouvrages fondamentaux dans les études sud-est asiatiques, Les États hindouisés d'Indochine et d'Indonésie et Les peuples de la péninsule indochinoise.

C'est à George Cœdès qu'on doit la « redécouverte » du royaume indonésien de Sriwijaya, qu'on a depuis identifié comme étant situé à l'emplacement de l'actuelle Palembang dans le sud de l'île de Sumatra.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • "La Stèle de Ta-Prohm", Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient (BEFEO), Hanoi, VI, 1906, p. 44-81.
  • Les états hindouisés d'Indochine et d'Indonésie, Paris, E. de Boccard, 1948, p. 128
  • Textes d'auteurs grecs et latins relatifs à l'Extrême-Orient depuis le IVe siècle av. J.-C. jusqu'au XIVe siècle, 1910
  • « Études cambodgiennes », 1911-1956
  • « Documents sur l'histoire politique et religieuse du Laos occidental », 1925
  • « Le Royaume de Çrīvijaya », 1918
  • Inscriptions du Cambodge, 1937-1966
  • « Les stèles de Sdok Kok Thom, Phnom Sandak et Prah Vihar », 1943-1946
  • Pour mieux comprendre Angkor, 1943
  • Histoire ancienne des États hindouisés d'Extrême-Orient, 1944
  • Les Etats hindouisés d'Indochine et d'Indonésie, 1948 (Table des matières)
  • Les Peuples de la péninsule indochinoise, 1962

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]