Georges Ancely

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ancely (homonymie).
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : Georges Ancel et Georges Ancey.

Georges Ancely

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Félix Regnault et Georges Ancely par Eugène Trutat à Luchon. Muséum de Toulouse.

Naissance 1847
Toulouse
Décès 1919
Toulouse (?)
Nationalité Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Bijoutier, Horloger, Orfèvre
Activité principale
Photographe
Ascendants
Bernard Ancely
Conjoint
Marie-Louise Ricous
Descendants
René Ancely, Marthe Ancely

Georges Ancely (né en 1847 à Toulouse, Haute-Garonne, France et mort en 1919) est un commerçant toulousain connu pour les nombreux clichés du Sud-Ouest de la France qu'il réalisa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Toulouse en 1847 dans une famille d'horlogers originaire de Lavaur (Tarn). Le magasin familial était situé au 63, rue de la Pomme. Sa famille possédait également un hôtel particulier au 3, rue Boulbonne.

En 1878 Georges Ancely achète le château que Jean Sarrus avait fait construire (probablement par Urbain Vitry) au début du XIXe siècle à Saint-Michel-du-Touch. En 1899 à l'occasion de travaux dans cette propriété, on découvrit dans la souche d'un arbre un buste de Jupiter Sérapis en marbre blanc. Conservé au musée Saint-Raymond, celui-ci a depuis disparu[1].

Famille[modifier | modifier le code]

Georges Ancely fut marié à Marie-Louise Ricous (1856-1927) avec qui il eut deux enfants, René et Marthe. René Ancely (1876-1966), premier président de la cour d'appel de Pau fut un grand collectionneur du pyrénéisme. Après sa mort, sa collection fut acquise par la ville de Toulouse ; elle est maintenant partagée entre la bibliothèque municipale et le musée Paul-Dupuy. Marthe épousa Robert Garipuy, doyen de la faculté de médecine de Toulouse.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Une rue de Cordes (Tarn) en 1887

La curiosité d'Ancely lui fit photographier des sujets très variés, allant de la vie quotidienne de la bourgeoisie, mais également des petites gens, à l'urbanisme, aux sites archéologiques et paysages naturels. Il illustra notamment les débuts du tourisme dans les Pyrénées et à Biarritz. En cela il est comparable à son contemporain Eugène Trutat. Mais, simple amateur, il ne chercha pas à diffuser ni à publier ses photographies, se contentant de les dater et archiver soigneusement.

Collection Ancely au musée Paul-Dupuy[modifier | modifier le code]

À sa mort, sa famille confia une partie de ses photographies à la famille Privat. Celles-ci (soit 542 photographies sur plaques de verre) furent finalement données par Pierre Privat au musée Paul-Dupuy en 1971. On ignore si les photographies conservées par la famille Ancely ont survécu.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Le quartier toulousain d'Ancely, édifié en 1960 sur l'emplacement du château d'Ancely, sa propriété de Saint-Michel-du-Touch, doit son nom à celui-ci.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2011, Toulouse, musée Paul-Dupuy : "Georges Ancely (1847-1919), un photographe toulousain", du 24 février au 18 septembre
  • 2012, Biarritz, Espace Bellevue : "Biarritz 1900, photos de Georges Ancely", du 30 juin au 29 septembre

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Maillebiau, Les Châteaux de Toulouse, Loubatières, Toulouse, 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]