Georges Albert Bazaine-Hayter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Albert Bazaine-Hayter
Naissance 4 décembre 1843
Amiens
Décès 2 février 1914 (à 71 ans)
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de division
Années de service 1862 – 1908
Conflits Expédition du Mexique, la Guerre Franco-Prusse, Tonkin, Algerie
Commandement 149e régiment d'infanterie de ligne
Brigade d'infanterie de Tunisie (1899)
Commandant militaire de Tunis (1899)
Gouverneur de Nice et commandant de la subdivision de région d'Antibes (1901)
Commandant de la 57 brigade d'infanterie et de la subdivision de région de Digne (1903)
10e division d'infanterie (1904)
13e corps, Clermont-Ferrand (1906)
4e corps, Le Mans, (1908)
Distinctions Légion d'honneur Chevalier (09/09/70)
Officier (04/05/89)
Commandeur (03/09/03)
Grand Officier (30/12/08)
Médaille commémorative du Mexique
Médaille commémorative de la guerre 1870-1871
Médaille commémorative du Tonkin
Médaille coloniale avec agrafe « Algérie »

George Albert Bazaine-Hayter (Amiens, 4 décembre 1843 - 2 février 1914) était un général français, fils de Pierre-Dominique Bazaine et neveu du maréchal Bazaine, dont il fut l'aide de camp pendant l'Expédition du Mexique et aussi durant la Guerre franco-prusse.

Engagé en juillet 1862, il est nommé sous-lieutenant en 1864, lieutenant en 1866, capitaine en 1872, chef de bataillon en 1883, lieutenant-colonel en 1890 et colonel en 1894. Il devient enfin, le 7 octobre 1899, général de brigade. Il sera nommé gouverneur adjoint de la place de Nice (1901-1902), puis commandant de la 57e brigade (1903). Le 9 octobre 1903 il est promu général de division. En janvier 1904, il est nommé commandant la 10e Division d'Inf. (5e corps d'armée) et membre des comités techniques de l'infanterie et des troupes coloniales. Enfin il commande le 13e corps d'armée en 1906, puis le 4e CA en 1907.

Voici comment il juge dans un écrit la situation en 1870 : "Nous n'avions aucune préparation : pas de chevaux pour atteler les parcs de réserve d'artillerie et les équipages de pont, pas d'outils pour creuser les tranchées ; nos mitrailleuses arrivaient directement des manufactures et les servants en ignoraient l'emploi ; notre artillerie était inférieure en nombre, en efficacité, en portée, impuissante : nous n'avions pas de trains de vivres régulièrement constitués. Nos formations de combat, déjà vieilles en 1859, démodées et routinières ; nos règlements, en regard de trente ans ; notre commandement à tous les degrés brave, mais ignorant, sans doctrine, sans initiative : voilà les causes de nos défaites, de toutes nos défaites"[1].

Malgré sa connexion familiale avec le Maréchal malheureux, il a eu une carrière militaire réussie et a coécrit plusieurs traités sur les tactiques d'infanterie. Il était aussi un critique du manque de préparation de l'armée française devant la menace constituée par l'Empire allemand. Il était un des pionniers de l'aviation militaire et un supporter des frères Wright quand ils ont visité Camp d'Auvours, Le Mans (le camp de 4e corps) en (1908), quand Wilbur Wright réalise de nombreux essais de vol pour la première fois en Europe à bord de son Flyer III A[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Nation Armée: Leçons Professées à L'École des Hautes Études Sociales Bazaine-Hayter et al (Paris) Felix Alcan 1909
  • L'Infanterie à la Guerre (Paris) Chapelot & Cie 1911

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Souvenirs 1848-1878 - Charles de Freycinet Volume 1, paru en 1912 chez Ch. Delagrave éd. (4e édition)
  2. Journal de bord de vol: 1908, Camp d'Auvours, Le Mans, France