Georges-Patrick Gleize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges-Patrick Gleize est un écrivain français né à Paris le 20 février 1952.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris en février 1952, fils de la comédienne Andrée Laberty que l'on a vu au cinéma dans L'Été en pente douce et dans de nombreux téléfilm à la télévision, Georges-Patrick Gleize est originaire d’une vieille famille de souche ariégeoise. Il a fait des études secondaires classiques au lycée Pierre de Fermat à Toulouse qu'il poursuivit par des études supérieures de lettres et d'Histoire à l'Université de Toulouse Le Mirail jusqu'à obtention d'un DEA d'histoire méridionale. Agrégé d'histoire, spécialiste des sociétés rurales du Sud de la France, sa carrière de professeur l'amène à enseigner successivement au lycée d'Aiguillon en Lot-et-Garonne, à Dunkerque dans le Nord puis au lycée Jean-Favard à Guéret, en Creuse, où il anime notamment un BTS tourisme avant de revenir s'installer en Ariège en 1991.

Après des publications professionnelles sur le tourisme vert et une biographie sur Charles De Gaulle soldat, Georges-Patrick Gleize se tourne vers la littérature générale et publie un premier roman, Le Temps en héritage, paru chez Éditions Albin Michel en 2002 et édité en livre de poche en 2005 et réédité en 2011. Ce roman sensible et émouvant qui raconte l'histoire d'un grand-père et de son petit-fils connait un vif succès littéraire et l’encourage à poursuivre dans la voie de l'écriture.Dès lors, en s'appuyant sur sa connaissance des sociétés rurales du sud de la France, il publie régulièrement à partir de cette date aux éditions Albin Michel un roman d'histoire chaque année, prenant pour cadre les Pyrénées et le grand Sud. Paraissent ainsi chez Albin Michel Le Chemin de Peyreblanque en 2003 (Ed poche en 2006 - Les éditions retrouvées) une œuvre sur le thème de l’amitié, La Vie en plus,en 2005, une histoire sur l'arrivée des néoruraux et où l'ours n'est pas toujours le pire ennemi ( De Borée, Terre de poche en 2007).

Après ce triptyque consacré à la mémoire des hommes, Georges-Patrick Gleize commence à travailler en 2006 sur la thématique des luttes d’espérance avec Le Forgeron de la liberté (Éditions De Borée, Terre de poche 2008), un roman d'histoire sur la Commune de Paris et le vignoble d'Ariège Albin Michel puis Un brin d'espérance en 2007, une œuvre consacrée à l'épopée des paysans ouvriers du textile. En 2008, il publie Le Sentier des pastelliers, un roman sur la réintroduction du pastel, cette plante magique dont l'or couvrait jadis les collines du Lauragais assurant la prospérité du « Pays de Cocagne ».

En 2009, Georges-Patrick Gleize débute avec Le destin de Marthe Rivière, un roman plein de couleurs et de passions la thématique des vies marquées par le souffle de l'histoire qui bouleverse les destins ordinairement tracés. L'année suivante, fidèle à ce thème, il fait paraître L'Auberge des Myrtilles, une œuvre qui plonge les lecteurs à l'époque de l'occupation, au cœur des mystères d'une Résistance où le courage des uns n'a d'égal que la bassesse des autres. Puis, en 2011, il publie encore chez Albin Michel Rue des Hortensias Rouges, le récit de la folle passion d'une jeune bourgeoise toulousaine à l'heure du Front populaire, un roman sur l'engagement politique extrême et ses conséquences sur la destinée.

En 2012, fasciné par « ce passé qui ne passe pas » selon l'expression de l'historien Henri Rousso, il inaugure une nouvelle thématique, consacrée aux traces des brulures de l'histoire et aux souvenirs douloureux qu'elle implique. Avec Une nuit en Juin, un roman qui a pour cadre la Cerdagne, il aborde sur l'histoire des passeurs dans les Pyrénées pendant la Seconde guerre mondiale. En 2013, Georges-Patrick Gleize change d'éditeur et publie cette fois chez Calmann-Lévy La Fille de la Fabrique, un polar rural et historique qui conduit le lecteur à Matres-Tolosane, dans le milieu des faïenciers avec comme fil conducteur la quête d'identité d'une jeune femme qui ne peut oublier son passé. L'année suivante en liaison avec le centenaire la guerre de 1914, Georges-Patrick Gleize publie à nouveau chez Calmman-Lévy Pas plus tard que l'Aurore, un beau roman tendre et amer qui restitue avec brio les lendemains endeuillés de la la Grande Guerre. Il participe aussi en tant qu'historien à un ouvrage collectif en hommage au sacrifice et à l'histoire des Poilus ariégeois et de Midi-Pyrénées.

En mars 2015, sur la thématique des secrets de famille, il annonce livrer au public Le serment des oliviers, un nouveau roman où il aborde le thème de ce passé enfoui qui vient bouleverser les vies en refaisant brutalement surface.

Écrivain du grand sud, habitué des salons du livre, Georges-Patrick GLeize a vu ses romans le plus souvent sélectionnés dans le Grand Livre du Mois, être édités en collection poche chez LGF ou chez Éditions De Borée ainsi que pour les déficients visuels en gros caractères aux Éditions A vue d'œil et aux Éditions VDB.

Auditeur de l'Institut des Hautes Études de la Défense Nationale, passionné de géopolitique et de photographie, Georges-Patrick Gleize consacre l’essentiel de son temps libre à satisfaire sa passion de l’écriture pour rencontrer un large lectorat. Véritable ethnologue de la France d'hier et de l'histoire des hommes, ce romancier a été élu en décembre 2009 au fauteuil numéro 42 de l'Académie des arts, lettres et sciences de Languedoc qui rassemble les personnalités les plus représentatives du Sud ouest. Georges-Patrick Gleize est chevalier des Palmes académiques.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]