George Whitesides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

George McClelland Whitesides

Description de l'image  GeorgeWhitesides.jpg.
Naissance 3 août 1939
Louisville (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Champs Chimie
Institutions Université Harvard (1982-en cours)
Massachusetts Institute of Technology (1963-1982)
Diplôme Phillips Academy, 1957
B.Sc. Université Harvard, 1960
Ph.D. California Institute of Technology, 1964
Distinctions Arthur C. Cope Award (1995)
Médaille Priestley (2007)
Prix Prince des Asturies (2008)

George McClelland Whitesides (né le 3 août 1939 à Louisville) est un chimiste américain. Il est surtout connu pour ses travaux dans les domaines de la résonance magnétique nucléaire (RMN), de la chimie organométallique, de l'auto-organisation moléculaire et des nanotechnologies.

Biographie[modifier | modifier le code]

George Whitesides a fréquenté la prestigieuse Phillips Academy dont il fut diplômé en 1957[1]. En 1960, il obtint un bachelor à l'université Harvard puis un doctorat en 1964 au California Institute of Technology. Sous la direction de John D. Roberts, il se concentra sur l'exploration de la résonance magnétique nucléaire en chimie organique. Il étudia entre autres le couplage spin-spin sur de nombreuses molécules organiques et la structure en solution des réactifs de Grignard.

Whitesides commença sa carrière en 1963 comme professeur assistant au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et resta là-bas jusqu'en 1982. Il fut professeur extraordinaire de 1969 à 1971, professeur de 1971 à 1975, titulaire de la chaire Arthur C. Cope de 1975 à 1980 puis de la chaire Haslam and Dewey de 1980 à 1982. Au cours de son séjour au MIT, il joua un rôle décisif dans le développement de la réaction de Corey-House-Posner-Whitesides. En 1982, il rejoignit l'université Harvard. Il fut directeur de la faculté de chimie de 1986 à 1989, doyen de la faculté des sciences de 1989 à 1992 et titulaire de la chaire Mallinckrodt de chimie de 1986 à 2004. Whitesides détient depuis 2004 la chaire Woodford L. and A. Flowers à Harvard. Son groupe de recherche comprend plus de 35 doctorants. Il est l'auteur de plus de 950 articles scientifiques et détient 50 brevets. Il figure également au rang des chimistes les plus cités [2].

En dehors de son activité de recherche, Whitesides est également engagé en politique et dans différentes commissions. Il fut entre autres membre des commissions d'experts de la National Science Foundation, de la NASA et du ministère de la défense américain.

Whitesides est également le cofondateur de 12 entreprises (parmi lesquelles Genzyme, GelTex, Theravance, Surface logix, Nano-Terra et WMR Biomedical) qui ensemble ont une capitalisation boursière de plus de 20 milliards de dollars.

Il est membre du conseil de rédaction de plusieurs revues dont Angewandte Chemie.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1975 Award in Pure Chemistry (American Chemical Society)
  • 1979 Harrison Howe Award (American Chemical Society, Rochester Section)
  • 1980 Distinguished Alumni Award (California Institute of Technology)
  • 1983 Remsen Award (American Chemical Society, Maryland Section)
  • 1989 Arthur C. Cope Scholar Award (American Chemical Society)
  • 1994 James Flack Norris Award (American Chemical Society, New England Section)
  • 1995 Arthur C. Cope Award (American Chemical Society)
  • 1996 Award for Significant Technical Achievement (Defense Advanced Research Projects Agency)
  • 1996 Madison Marshall Award (American Chemical Society)
  • 1998 National Medal of Science (National Science Board)
  • 1999 Distinguished Chemist Award (American Chemical Society, Sierra Nevada Section)
  • 1999 Wallac Oy Innovation Award in High Throughput Screening (Society for Biomolecular Screening)
  • 1999 Excellence Award in Surface Science (Surfaces in Biomaterials Foundation)
  • 2000 Von Hippel Award (Materials Research Society)
  • 2001 World Technological Award for Materials (World Technological Network)
  • 2001 Docteur honnoris causa de l'Université Twente
  • 2002 Chercheur de l'année (Small Times Magazine)
  • 2003 Pittsburgh Analytical Chemistry Award (Society for Analytical Chemists of Pittsburgh)
  • 2003 Kyoto-Preis (Inamori Foundation)
  • 2004 Paracelsus Prize (Schweizerische Chemische Gesellschaft)
  • 2004 Jacob Heskel Gabbay Award en biotechnologie et médecine
  • 2005 Dickson Prize en science
  • 2005 Dan David Foundation Prize
  • 2005 Emanuel Merk Lecture Prize
  • 2005 Linus Pauling Medal
  • 2005 Welch Award in Chemistry
  • 2007 Médaille Priestley
  • 2008 Prix Prince des Asturies, catégorie Technique et recherches scientifiques

Affiliations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Angesehene Absolventen der Phillips Academy in Andover
  2. ISI's List der 1000 am meisten zitierten Chemiker zwischen 1981-1997

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]