George D. Painter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis George Painter)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Painter.

George Duncan Painter, OBE (5 juin 19148 décembre 2005), connu sous le nom de George D. Painter, est un auteur anglais, célèbre surtout comme biographe de Marcel Proust.

Biographie[modifier | modifier le code]

Painter naquit à Birmingham. Son père était maître d'école et sa mère artiste. Il étudia les langues anciennes au Trinity College de Cambridge et par la suite donna pendant un an des cours de latin à l'Université de Liverpool. De 1938 jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, et de nouveau après la guerre, il travailla au British Museum au département des livres imprimés.

Publiée en 1959 et 1965, sa biographie de Proust en deux tomes est toujours considérée comme une des meilleures biographies en langue anglaise sur un homme de lettres[1]. Le deuxième tome a valu à son auteur le Prix Duff Cooper. Son Chateaubriand qui a suivi (tome 1 - The Longed-For Tempests) a reçu le James Tait Black Memorial Prize en 1977.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages traduits en français
  • Marcel Proust, 2 vol., Mercure de France, 1966-1968, traduit de l'anglais et préfacé par Georges Cattaui ; édition revue, en un volume, corrigée et augmentée d'une nouvelle préface de l'auteur, Mercure de France, 1992 : Tallandier, coll. « Texto », 2008
  • André Gide, Mercure de France, 1968
  • Chateaubriand, Une biographie, Gallimard, 1979
Ouvrages en langue anglaise
  • André Gide: A Critical Biography. Détails pris d’une copie de Marcel Proust: A Biography, London, Chatto and Windus (1959)
  • The Road to Sinodun (Poèmes)
  • Marcel Proust: A Biography (en 2 tomes)
  • William Caxton: A Biography, Chatto & Windus, 1976
  • The Vinland Map and the Tartar Relation (en collaboration avec R. A. Skelton et Thomas E. Marston)
Traductions vers l'anglais
  • André Gide, Marshlands (Paludes) et Prometheus Misbound (Prométhée mal enchaîné)
  • Marcel Proust, Letters to His Mother (Lettres à sa mère)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. The Guardian, 30 décembre 2005..

Référence de traduction[modifier | modifier le code]