George Constantinescu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Constantinescu.

George « Gogu » Constantinescu (né le 4 octobre 1881 à Craiova - mort le 11 décembre 1965 à Oxen House, au bord du lac de Coniston Water[1]) est un physicien et ingénieur roumain. Considéré comme l'un des plus importants hommes de sciences roumains (il déposa au cours de sa carrière plus de trente brevets), Gogu Constantinescu s'établit au Royaume-Uni en 1912.

On lui doit un pignon hydraulique de synchronisation permettant aux mitrailleuses embarquées à bord des premiers avions militaires de tirer à travers les pales de l’hélice. Ce pignon Constantinesco (ou engrenage CC) a connu sa première utilisation opérationnelle en mars 1917 sur les biplans D.H.4 de l'escadre 55 de la RAF, et s'est imposé rapidement comme un équipement standard. La Royal Air Force continuera d'en équiper ses chasseurs jusqu'au début de la Deuxième Guerre mondiale (par ex. sur le Gloster Gladiator).

Constantinescu a également imaginé un des premiers convertisseurs de couple entièrement mécaniques (sans fluide), régulé par un pendule[2] : celui de la Constantinesco, fabriquée en France. Ce convertisseur fut également testé sur des motrices : une motrice diesel de 250 CV dotée de ce dispositif était présentée lors de la British Empire Exhibition de 1924 à Wembley, et ces machines furent effectivement mises en service par les chemins de fer roumains[3].

Constantinescu est le créateur d'un domaine de la mécanique des solides, la sonicité, qui décrit la transmission de l'énergie par des vibrations. Il est aussi l'inventeur du moteur sonique. Il a été membre honoraire de l'Académie roumaine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Laboratory at Coniston », sur Web.archive.org (consulté le 24 juillet 2014)
  2. Robert Nelson, « George Constantinesco: Inertial Transmission (US Patent 1591471 etc) », sur Rexresearch.com (consulté le 23 juillet 2014)
  3. « The Torque Converter », Web.archive.org (consulté le 24 juillet 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]