George Arnald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

George Arnald

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

George Arnald dans son atelier
1831, National Portrait Gallery, Londres

Naissance 1763
Farndish ou Berkshire
Décès 21 novembre 1841
Londres
Nationalité Britannique
Activités Peinture
Maîtres William Pether
Élèves Henry William Pickersgill
Récompenses associé de la Royal Academy

George Arnald (1763 – 21 novembre 1841) était un peintre britannique spécialisé dans les paysages et les représentations topographiques pour illustrer l'histoire régionale. Il est notamment connu pour sa célèbre peinture représentant la Bataille du Nil (ou bataille d'Aboukir).

Biographie[modifier | modifier le code]

George Arnald est né en 1763. Selon certains historiens de l'art, il serait né dans le village de Farndip (actuellement Farndish (en)) dans le Northamptonshire, l'actuel Bedfordshire[1], alors que d'autres suggèrent qu'il aurait vu le jour à Berkshire[2].

Il existe assez peu d'informations sur la jeunesse de George Arnald mais il semblerait qu'il ait commencé par être domestique avant de se tourner vers l'étude de l'art. Il fut l'élève du peintre paysagiste et graveur William Pether (vers 1738-1821)[1].

En 1788, Arnald fit sa première exposition à la Royal Academy et près de 176 de ses peintures y seront présentées dans les années qui suivirent. Entre 1798 et 1799, il voyagea dans le Pays de Galles avec son ami le peintre John Varley (en). Par la suite, Il exposa 63 œuvres à la British Institution fondée en 1805.

Le 5 novembre 1810, il fut élu membre associé de la Royal Academy[3] mais il ne sera jamais admis comme membre à temps plein. Dans une conversation avec le poète William Wordsworth, le mécène George Beaumont, qui joua un rôle majeur dans la fondation de la National Gallery déplorait le manque d'éducation littéraire d'Arnald en indiquant :

« "[Arnald] aurait été un meilleur peintre, si son génie l'avait conduit à lire plus pendant la première partie de sa vie. [...] Je ne pense pas qu'il soit possible d'exceller dans la peinture de paysages sans une forte imprégnation de l'esprit poétique[4]. »

En 1825, George Arnald travailla pour le duc de Gloucester et, deux ans plus tard, il exposa à la British Institution son tableau le plus célèbre, La destruction de l'Orient au cours de la Bataille du Nil, 1er août 1798.

En 1828, il séjourna en France où il réalise un certain nombre de tableau représentant le fleuve la Meuse dont il fera un album qu'il publiera à ses frais à son retour en Angleterre. Il publiera également en 1939 un manuel de peinture intitulé Traité pratique de la peinture à l'huile de paysage[5].

George Arnald eut pour élève le peintre portraitiste Henry William Pickersgill qui devint un membre à part entière de la Royal Academy[6] et qui réalisa notamment les portraits de William Wordsworth, le Duc de Wellington et Robert Peel[7].

Arnald décéda à Pentonville, un quartier de Londres, le 21 novembre 1841.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

La destruction de l'Orient au cours de la Bataille du Nil, 1er août 1798, 1825-1827, National Maritime Museum, Londres
Fierté et Gloire de l'Angleterre, Thomas Davidson, 1894,National Maritime Museum (le tableau de George Arnald est représenté à droite)

La peinture la plus célèbre de George Arnald est sans doute La destruction de l'Orient au cours de la Bataille du Nil, 1er août 1798 qu'il a peint entre 1825 et 1827. C'est la seule peinture marine connue d'Arnald et elle faisait partie d'une série de quatre peintures réalisées à l'occasion d'un concours organisé par la British Institution afin de décorer le Painted Hall du Greenwich Hospital de Londres. Le tableau fut exposé en 1827 à la British Institution[1] et est actuellement au National Maritime Museum à Greenwich, dans la banlieue de Londres.

Le tableau apparaît dans une peinture de Thomas Davidson, dans lequel il est suspendu dans la galerie de l'hôpital de Greenwich aux côtés du célèbre portrait de Lord Nelson peint par Lemuel Abbott.

Plusieurs des œuvres de George Arnald font partie de collections telles que celle de la Tate Gallery[8], la Royal Academy of Arts Collection[2], la National Portrait Gallery de Londres[9] ainsi que les collections de l'Université de Liège en Belgique[10]. La Ferens Art Gallery (en) de Kingston-upon-Hull possède son tableau Charles I before Hull, et L'armée commandée par Cromwell marchant sur Winchester est au Musée Municipal de Winchester [11].

Illustrations de livres[modifier | modifier le code]

Les peintures de George Arnald ont servi à illustrer un certain nombre de livres dont :

  • Walter Scott, Les Antiquités de la frontière de l'Angleterre et de l'Écosse, Édimbourg, 1814
  • James Dugdale, Le nouveau voyageur britannique, Londres, J Robins & Co, 1819
  • Thomas Wright, Histoire et topographie du comté d'Essex, Londres, G. Virtue, 1836

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Simon Houfe, The Bedfordshire Prodigy : George Arnald ARA, Bedfordshire Magazine, Vol 2, 1990, pp. 135-41
  2. a et b « George Arnald à la Royal Academy Collections » (consulté le 20-01-2011) (en)
  3. « Liste des Académiciens Royaux » (consulté le 20-01-2011) (en)
  4. Richard D. Altick,Paintings From Books: Art and Literature in Britain 1760-1900, Ohio State University Press (en)
  5. P. Bicknell & J. Munro, Gilpin to Ruskin: Drawing Masters and their Manuals, 1800-1860 (1988), no. 49.
  6. « Liste des Académiciens Royaux » (consulté le 20-01-2011)
  7. « Philip Mould Ltd: Historical portraits image library » (consulté le 20-01-2011)
  8. « Les oeuvres de George Arnald dans la Tate Collection » (consulté le 20-01-2011) (en)
  9. « Autoportrait de George Arnald dans la collection de la [[National Portrait Gallery (Royaume-Uni)|National Portrait Gallery]] » (consulté le 20-01-2011) (en)
  10. (en) « Engravings of George Arnald works held at the University of Liège, Belgium » (consulté le 2008-09-06)
  11. Peter Harrington,. British Artists and War: The Face of Battle in Paintings and Prints, 1700-1914, Londres, Greenhill, 1993.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Simon Houfe, "The Bedfordshire Prodigy : George Arnald ARA", Bedfordshire Magazine, Vol 2, 1990, pp. 135–141
  • E. Benezite, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Librairie Gründ, 1976, tome I, p. 268.