George Albert Smith (mormonisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir George Albert Smith.

George Albert Smith

Description de cette image, également commentée ci-après

George Albert Smith, 1939

Naissance 1870
Décès 1951

George Albert Smith (1870-1951) a été le 8ème président de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (1945-1951).

Service dans l'Eglise[modifier | modifier le code]

Apôtre[modifier | modifier le code]

George Albert Smith reçut le nom de son grand-père paternel, George A. Smith, cousin du prophète Joseph Smith et conseiller du président Brigham Young. John Henry Smith, père de George Albert, fut membre de la Première Présidence sous Joseph F. Smith. À l'âge de trente-trois ans, George Albert Smith fut appelé au Collège des Douze. De 1903 à 1910, John Henry et George Albert furent ensemble au Collège des Douze, et ce fut la seule fois qu'un père et son fils furent ensemble membres de ce Collège. George Albert Smith passa 42 années au Collège des douze apôtres.

Entraide pour l'Europe[modifier | modifier le code]

Des efforts furent organisés pour soulager les saints européens qui s'étaient retrouvés dans la détresse suite à la guerre. Les membres de l'Église aux États-Unis furent invités à fournir des vêtements et d'autres denrées nécessaires.

Rencontre avec Harry S. Truman[modifier | modifier le code]

Le président Smith rencontra Harry S. Truman, président des États-Unis, pour recevoir l'approbation d'envoyer en Europe la nourriture, les vêtements et la literie réunis. Le président Smith décrit la rencontre comme suit :

Le président Truman dit : « Pourquoi diable voulez-vous envoyer cela là-bas? Leur argent ne vaut rien. »

Je dis : « Nous ne voulons pas leur argent. »

Il me regarda et demanda : « Vous ne voulez pas dire que vous allez le leur donner ? »

Je dis : « Bien sûr que nous allons le leur donner. Ils sont nos frères et sœurs et sont dans la détresse. Dieu nous a donné en bénédiction de l'excédent, et nous serons heureux de l'envoyer si nous pouvons avoir la coopération du gouvernement. »

Il dit : « Vous êtes sur la bonne voie, et il ajouta : Nous serons heureux de vous aider dans la mesure du possible. Il vous faut combien de temps pour que cela soit prêt ? »

J'ai répliqué : « Tout est prêt. »

Le gouvernement avait détruit la nourriture et refusé de planter des céréales durant la guerre, donc je lui ai dit : « Monsieur le Président, pendant que l'administration à Washington conseillait la destruction de la nourriture, nous avons construit des silos, nous les avons remplis de céréales et nous avons agrandi nos troupeaux. Ce dont nous avons besoin à présent c'est de wagons et de bateaux pour envoyer de grandes quantités de nourriture, de vêtements et de literie aux peuples européens qui sont dans la détresse. Nous avons une organisation de l'Église qui a fait faire dans les foyers plus de deux mille couvertures. » (Georges A. Smith, CR, octobre 1947 p. 5-6)

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Pendant que les dons étaient triés et empaquetés en Utah pour leur expédition outremer, le président Smith alla inspecter les préparatifs. Il fondit en larmes quand il vit la grande quantité de produits qui avaient été offerts. Au bout de quelques minutes, il enleva son pardessus neuf et dit : « Envoyez-le aussi. » Plusieurs personnes, qui se tenaient près de lui, lui dirent qu'il avait besoin de son pardessus par cette froide journée d'hiver, mais il insista pour qu'on l'envoie.

Entraide pour l'Allemagne[modifier | modifier le code]

Ezra Taft Benson, du Conseil des Douze, fut chargé de rouvrir les missions d'Europe, de veiller à la distribution de l'entraide et de pourvoir aux besoins spirituels des saints. Une de ses toutes premières visites fut à une conférence des saints à Karlsruhe, ville allemande sur le Rhin. Il dit de cette expérience :

« Nous finîmes par trouver le lieu de réunion, un bâtiment partiellement bombardé situé à l'intérieur d'un pâté d'immeubles. Les saints étaient en réunion depuis environ deux heures, en train de nous attendre, espérant que nous viendrions, parce qu'ils avaient appris que nous serions peut-être là pour la conférence. Et c'est alors que, pour la première fois de ma vie, je vie un auditoire presque entier en larmes tandis que nous allions jusqu'à l'estrade, et qu'ils se rendaient compte qu'enfin, après six ou sept longues années, les représentants de Sion, comme ces gens nous appelèrent, étaient finalement revenus auprès d'eux... En contemplant les visages maigres et pâles que levaient vers moi ces saints, dont beaucoup étaient habillés de haillons, et dont certains étaient pieds nus, je pus voir la lumière de la foi dans leurs yeux, tandis qu'ils témoignaient de la divinité de la grande œuvre des derniers jours et exprimaient leur reconnaissance pour les bénédictions du Seigneur. »

Une des nombreuses responsabilités d'Ezra Taft Benson fut la supervision de la distribution de cent vingt-sept wagons de chemin de fer de nourriture, de vêtements, de literie et de médicaments dans toute l'Europe. Des années plus tard, lorsque Thomas S. Monson consacra une église à Zwickau (Allemagne), un frère âgé s'avança, et demanda qu'on le rappelât au bon souvenir du président Benson. Il dit : « Dites-lui qu'il m'a sauvé la vie et celle de nombre de mes frères et sœurs de mon pays natal, grâce à la nourriture et aux vêtements qu'il nous a apportés de la part des membres de l'Église d'Amérique. »

Les saints hollandais eurent aussi l'occasion de rendre service aux saints affamés d'Allemagne. Ils avaient beaucoup souffert pendant la guerre et avaient été aidés par l'entraide venue de membres de l'Église des États-Unis. Au printemps 1947, on leur demanda d'organiser leurs propres projets d'entraide, ce qu'ils firent avec enthousiasme. Ils plantèrent essentiellement des pommes de terre et espéraient une récolte importante.

Pendant ce temps-là, Walter Stover, président de la mission d'Allemagne de l'Est, se rendit en Hollande, et parla de la faim et de la désolation que connaissaient les membres de l'Église d'Allemagne. Cornelius Zappey, président de la mission hollandaise, demanda à ses membres s'ils étaient disposés à fournir leurs pommes de terre aux Allemands, qui avaient été leurs ennemis pendant la guerre. Les membres acceptèrent et commencèrent à regarder avec un intérêt accru leurs cultures de pommes de terre pousser. La récolte dépassa toutes les espérances, et les saints hollandais purent envoyer soixante-quinze tonnes de pommes de terre à leurs frères et sœurs d'Allemagne. Un an plus tard, les saints hollandais envoyaient quatre-vingt-dix tonnes de pommes de terre et neuf tonnes de harengs aux saints d'Allemagne.

Progression de l'Église[modifier | modifier le code]

Pendant le ministère de George Albert Smith, qui dura de 1945 à 1951, le nombre de membres de l'Église atteignit le million ; le temple d'Idaho Falls (Idaho) fut consacré et l'œuvre missionnaire reprit après la Deuxième Guerre mondiale, faisant passer le nombre de missionnaires de 386 en 1945 à plus de 5800 en 1951.

Vie civile[modifier | modifier le code]

Responsabilités civiles[modifier | modifier le code]

  • Trésorier du bureau du cadastre pour l'État de l'Utah
  • Président de conseils d'administration de plusieurs sociétés
  • Président de congrès nationaux

Cécité[modifier | modifier le code]

George Albert Smith eut les yeux brûlés par le soleil pendant qu'il faisait des relevés topographiques pour le chemin de fer dans le sud de l'Utah et en dépit d’une intervention chirurgicale, il resta presque aveugle. Les exigences et la pression croissante de son travail l'affaiblirent, et en 1909, il souffrit d'épuisement. Le médecin lui imposa un repos total qui eut un effet néfaste sur sa confiance en soi et suscita des sentiments d'incapacité qui aggravèrent sa tension. Au cours de cette période difficile, George eut un songe qu'il décrit comme suit : « Je vis une belle forêt près d'un grand lac. Après avoir marché un peu dans la forêt, je vis venir vers moi un homme que je reconnus : c'était George A. Smith, mon grand-père. En approchant, mon grand-père s'arrêta et dit : j'aimerais savoir ce que tu as fait de mon nom. Toute ma vie défila dans mon esprit et je répondis : je n'ai rien fait de ton nom dont tu aies à avoir honte. » Ce songe redonna du courage et de l'énergie à George et il fut bientôt en mesure de reprendre le travail. Plus tard, il décrivit souvent cette expérience comme le grand tournant de sa vie.

Citation[modifier | modifier le code]

«Je peux vous dire, mes frères et sœurs, que les gens les plus heureux de ce monde sont ceux qui aiment leur prochain comme eux-mêmes et manifestent leur appréciation pour les bénédictions que Dieu leur donne par la conduite qu'ils ont dans la vie. »

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Smith, George Albert, Sayings of a Saint, Alice K. Chase,‎ 1951
  • (en) ——, Sharing the Gospel With Others: Excerpts from the Sermons of President Smith, Deseret News Press,‎ 1948
  • (en) Smith, George Albert (éditeur) et Susan McIntosh (éditeur), The Teachings of George Albert Smith, Eighth President of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, Bookcraft, Inc.,‎ 1996 (ISSN 1570082359 et 978-1570082351)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :