Georg Wilhelm Richmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georg Wilhelm Richmann, frappé par la foudre.

Georg Wilhelm Richmann (Георг Вильгельм Рихман en russe), né le 22 juillet 1711 (11 juillet selon le calendrier julien) à Pernau (aujourd'hui Pärnu en Estonie) et mort le 6 août 1753 à Saint-Pétersbourg, est un scientifique et expérimentateur russe d'origine germanique.

Ce physicien russe est resté célèbre en raison de son décès, un jour d'orage. Ayant eu connaissance des expériences de Benjamin Franklin sur le paratonnerre, il s'était muni d'un appareil métallique, un électromètre, et s'étant placé à proximité de la barre métallique du paratonnerre, il fut foudroyé par un éclair.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georg Wilhelm Richmann est né dans une famille allemande, à Pernau (aujourd'hui Pärnu en Estonie), sur les côtes de la mer Baltique. Cette région fait alors partie de la Livonie suédoise, mais intègre plus tard l'Empire russe après la Grande guerre du Nord (1700 à 1721). Son père meurt de la peste avant sa naissance, et sa mère se remarie. Dans sa jeunesse, il étudie à Reval (aujourd'hui Tallinn), puis en Allemagne dans les universités de Halle et Iéna.

En 1741, il est élu à l'Académie des sciences de Russie de Saint-Pétersbourg, dans le département de physique[1]. Il publie des essais scientifiques assez populaires, sur ses recherches sur le phosphore, l'ambre, etc[1]. Richmann travaille également en tant que tuteur des enfants du comte Andrei Osterman. En 1741, il traduit en allemand An Essay on Man d'Alexander Pope, à partir de sa version française. Il devient la même année second professeur du département de physique théorique et appliquée, et prend la tête du département en 1744. Il réalise des travaux pionniers dans le domaine de l'électricité, l'électricité atmosphérique, et la calorimétrie, en collaboration avec Mikhail Lomonosov. Ses travaux touchent également aux domaine des échanges de chaleur, de l'évaporation des liquides, le magnétisme, l'optique, la luminescence, et la cartographie[1].

En 1750, l'américain Benjamin Franklin rédige le protocole d'une expérience visant à démontrer la nature électrique des éclairs, en proposant de faire voler pendant un orage un cerf-volant relié à une clef métallique (voir Expérience du cerf-volant de Franklin). Sa proposition frappe les esprits de la communauté scientifique européenne, et de nombreuses discussions l'étudient, conduisant à divers protocoles d'expériences dans ce domaine. À Paris, le 10 mai 1752, le français Thomas-François Dalibard utilise une tige verticale de 50 pieds de long pour attirer le "fluide électrique" d'un orage. Une semaine plus tard, M.Delor répète l'expérience à Paris, puis en juillet, c'est au tour de l'anglais John Canton de réaliser l'expérience proposée par Benjamin Franklin. L'électricité étant son domaine de recherche, Richmann s'intéresse de près à ces expérimentations, et tente de d'en réaliser une[2].

Il est électrocuté le 6 août 1753 à Saint-Pétersbourg alors qu'il tente de quantifier la réponse d'un engin isolé à une tempête proche. Il assiste à une réunion de l'académie des sciences lorsqu'il entend le son du tonnerre. Il retourne alors précipitamment chez lui, accompagné de son graveur afin qu'il capture l'instant pour la postérité. Alors que l'expérience est en cours, ce qui pourrait être une boule de foudre se forme et frappe Richmann à la tête. Selon les témoignages, la boule de foudre aurait voyagé le long de l'engin et aurait été la cause de sa mort[3]. Ses chaussures sont éventrées, ses vêtements sont brûlés, le graveur est frappé d'inconscience, le cadre de la porte est brisé et la porte elle-même sortie de ses gonds. L'incident est rapporté dans le monde entier et souligna les dangers inhérents à l'expérimentation avec des tiges isolées et l'utilisation de baguettes de protection avec des connexions au sol défectueuses[2]. Il aurait été la première personne dans l'histoire à mourir pendant qu'il effectuait des expérimentations sur l'électricité[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Biographie
  2. a et b [1]
  3. Clarke, Ronald W. Benjamin Franklin, A Biography. Random House (1983) p. 87.
  4. Physicists create great balls of fire - fundamentals - 07 June 2006 - New Scientist

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]