Georg Philipp Harsdörffer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georg Philipp Harsdörffer

alt=Description de l'image Georg Philipp Harsdörffer.jpg.
Activités Poète
Naissance 1er novembre 1607
Fischbach
Décès 17 septembre 1658 Erreur d’expression : mot « er » non reconnu. an)
Nuremberg
Genres Baroque

Georg Philipp Harsdörffer, né à Nuremberg le 1er novembre 1607 où il est mort le 17 septembre 1658, est un savant et poète baroque allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’une famille noble et destiné lui-même aux plus hautes fonctions publiques, Harsdörffer fit de nombreux voyages en France, en Angleterre et en Italie. La littérature de ce dernier pays eut sur lui une grande influence, et il prit Marino pour modèle. Il fut membre de plusieurs sociétés littéraires allemandes du temps et fonda, avec Johann Klaj, celle des « Ordre des Bergers de la Pegnitz et des Fleurs ».

Jouissant, dans la Société des fructifiants, du surnom de l’Enjoué, Harsdörffer le justifia par ses écrits : Frauenzimmer Sprachspielen (Causeries badines pour les dames; Nuremberg, 1641-1649, 8 vol.), où, sous forme d’entretiens, il traite une foule de sujets agréables et utiles ; Poetischer Trichter (le Filtre poétique ; Ibid., 1648-1653, 3 vol.), contenant les théories des « Bergers de Pegnitz » sur la poésie ; Nathan und Jothan (Ibid., 1650, 3 vol.), recueil de poésies didactiques, de fables et de paraboles, sur des sujets mondains ou religieux ; deux grandes compilations d’histoires, les unes joyeuses et morales, les autres tristes et sanglantes (Der Grosse Schauplatz Lust und Lehrreicher Geschichte 1648 ; Schauplatz Jämmerlicher Mordgeschichten 1649, 6 vol.) ; enfin des poésies religieuses, des épigrammes, des jeux de rimes, etc.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Mathématiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ruth Tatlow, Bach and the riddle of the number alphabet, Cambridge University Press, 1991

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tatlow, p. 79.