Georg Leibbrandt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georg Leibbrandt

Description de l'image  LeibbrandtGeorg.jpg.
Naissance 5 septembre 1899
Hoffnungsfeld, près d’Odessa, en Ukraine
Décès 19 juin 1982 (à 82 ans)
Bonn, Allemagne
Nationalité Allemagne Flag of German Reich (1935–1945).svg
Profession Membre du Ministère du Reich pour les territoires occupés de l’Est
Autres activités
Professeur et chercheur

Georg Leibbrandt (5 septembre 1899, Hoffnungsfeld dans la région d’Odessa - 16 juin 1982, Bonn, Allemagne) était un professeur et un homme politique nazi. Après une carrière scientifique, il travailla au Ministère du Reich pour les territoires occupés de l’Est (Reichsministerium fur die besetzten Ostgebiete), dirigé par Alfred Rosenberg. Il fut l’un des deux représentants de celui-ci à la conférence de Wannsee, avec Alfred Meyer. Accusé lors d’un des procès de Nuremberg, il fut acquitté et reprit sa carrière scientifique aux États-Unis. Il décéda à Bonn le 16 juin 1982.

Les premières années[modifier | modifier le code]

Georg Leibbrandt voit le jour le 5 septembre 1899, à Hoffnungsfeld (actuellement Torosovo), dans la région d’Odessa et est issu d’une famille de colons allemands d’origine souabe qui s’étaient établis en Ukraine[1]. Il entame ses études secondaires à Dorpat puis à Odessa. Pendant la Première Guerre mondiale, lorsque les troupes allemandes avancent en Ukraine, il rejoint l’armée en tant qu’interprète[2]. Leibbrandt parle en effet allemand, russe, ukrainien, français et anglais[2].
Après la Révolution d'Octobre de 1917, il fuit à Berlin. À partir des 1920, il entame des études de théologie, philosophie et de sciences sociales à l’université de Marbourg, puis à celles de Tübingen, Leipzig et Londres.

Sous la république de Weimar[modifier | modifier le code]

Leibbrandt décroche son doctorat en 1927 suite à son travail sur l’émigration souabe en Russie au début du XIXe siècle, dont son grand-père fut l’un des dirigeants[2]. Après sa promotion, il effectue des voyages de recherche Il effectue ensuite des voyages d’études à Paris, Londres, en Union soviétique, à l’invitation de Clara Zetkin, et aux États-Unis, grâce à une bourse de la fondation Rockefeller. Lors de son séjour en Amérique, il rejoint la section du parti nazi à Washington[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernst Klee: Das Personenlexikon zum Dritten Reich: Wer war was vor und nach 1945. Fischer-Taschenbuch-Verlag, Frankfurt am Main 2007, S. 364, (ISBN 9783596160488).
  2. a, b, c et d Ernst Piper: Alfred Rosenberg. Hitlers Chefideologe, München 2005, S. 290 und 535, (ISBN 3896671480).