Georg Gänswein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georg Gänswein
Image illustrative de l'article Georg Gänswein
Georg Gänswein en 2006
Biographie
Naissance 30 juillet 1956 (58 ans)
à Riedern am Wald (Allemagne)
Ordination sacerdotale 31 mai 1984
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 6 janvier 2013
par Benoît XVI
Dernier titre ou fonction Préfet de la maison pontificale
Préfet de la maison pontificale
Depuis le 7 décembre 2012
Précédent James Michael Harvey
Archevêque titulaire d'Urbs Salvia
Depuis le 7 décembre 2012
Précédent Giuseppe Bertello
Autres fonctions
Fonction religieuse

Blason
« Testimonium perhibere veritati » (Jn 18,37)
(« Rendre témoignage à la Vérité »)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Georg Gänswein (né le 30 juillet 1956, à Riedern am Wald dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne) est un archevêque allemand de l’Église catholique, préfet de la maison pontificale et le secrétaire personnel du pape Benoît XVI.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Surnommé par les Italiens « Padre Georg » ou « Bel Giorgio », Gänswein est né dans une petite ville de la Forêt-Noire à environ 7 km de la frontière suisse et notamment du canton de Schaffhouse. Il est ordonné au sacerdoce le 31 mai 1984. Avant son ordination, Gänswein s'est consacré à des études universitaires et a reçu son doctorat en droit canon à Université Louis-et-Maximilien de Munich en 1993.

Selon un article du magazine L'Express[1], il aurait fréquenté le séminaire fondé à Écône, en Suisse, par Mgr Lefebvre.

Vatican[modifier | modifier le code]

Il arrive à Rome en 1995 en tant qu’official de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. En 1996, le cardinal Joseph Ratzinger l’invite à rejoindre la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Il est nommé auprès du cardinal Ratzinger et devient professeur de droit canon à l’Université pontificale de la Sainte-Croix.

En 2000, Gänswein devient le confesseur particulier du pape Jean-Paul II. Monseigneur Gänswein remplace Joseph Clemens en tant que secrétaire de Ratzinger en 2003, après la nomination de celui-ci au Conseil pontifical pour les laïcs.

Secrétaire de Benoît XVI[modifier | modifier le code]

En 2005 le cardinal Ratzinger est élu pape, sous le nom de Benoît XVI, et en avril 2005 il élève Georg Gänswein à la dignité de prélat de sa sainteté et lui confie la charge de secrétaire particulier[2] (secrétaire particulier du Pape).

Dans une interview[3] donnée à Radio Vatican le 8 août 2006, il décrit la journée du pape : « La journée du pape commence à 7h du matin avec la messe, avant la prière du bréviaire et un moment de contemplation, en silence, devant le Seigneur. Puis, nous prenons notre petit-déjeuner ensemble, et je commence le travail de la journée en préparant le courrier, en consultant les lettres qui arrivent chaque jour en grand nombre. » Il accompagne le pape pour ses audiences du matin et ensuite il présente au pape les documents qui exigent sa signature, son étude ou son approbation.

En 2007 Georg Gänswein a connu une notoriété importante dans la mesure où il aurait influencé la créatrice de mode Donatella Versace, qui affirme dans une entrevue[4]: « Sévère et sensuel. Les deux ne sont pas forcément incompatibles. Regardez ma dernière ligne pour hommes. Eh bien, elle m'a été inspirée en observant le Père Georg Gaenswein, secrétaire du pape. Malgré son austérité, il représente un sex-symbol pour une grande partie des femmes italiennes : son port, son élégance naturelle, ses yeux bleus à la Harrison Ford… Plusieurs des costumes que j'ai dessinés évoquent ce look clergyman. »

Le 27 juillet 2007, Georg Gänswein aurait affirmé au magazine hebdomadaire allemand Süddeutsche Zeitung qu'« on ne peut pas nier les tentatives pour islamiser l'Ouest », et qu'« on ne devrait pas ignorer le danger que cela représente pour l’identité de l’Europe »[5].

Georg Gänswein est également parfois présenté comme l'un des principaux inspirateurs du rapprochement entre le pape Benoît XVI et la Fraternité Saint-Pie-X[6].

Archevêque[modifier | modifier le code]

Le 7 décembre 2012, Benoît XVI le nomme archevêque titulaire d'Urbs Salvia et préfet de la Maison pontificale en remplacement de James Michael Harvey nommé archiprêtre de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs et créé cardinal quelques jours plus tôt[7]. Il reçoit la consécration épiscopale en la basilique vaticane par le pape lui-même le 6 janvier 2013, en la solennité de l'épiphanie en même temps que trois autres prélats.

Le 14 février, le Père Lombardi, porte-parole du Vatican, annonce que Mgr Georg Gänswein accompagnerait le pape Benoît XVI, pape émérite, à Castel Gandolfo, le 28 février 2013 en fin d'après-midi, date où prendra effet sa renonciation. L'actuel secrétaire personnel de Benoît XVI restera ensuite avec lui, après la fin de son pontificat, et vivra donc avec le pape dans le monastère du Vatican et restera préfet de la Maison pontificale[8].

Le 31 août 2013, il est confirmé en même temps que les autres supérieurs de la Secrétairerie d'État dans ses fonctions de préfet de la Maison pontificale par le pape François[9], le secrétaire d'État étant remplacé par Mgr Pietro Parolin[10].

Un an après la renonciation de Benoît XVI, Gänswein explique avoir été mis au courant de la renonciation de Benoît XVI avant son annonce en consistoire. Il qualifie celle-ci comme « un acte révolutionnaire », et avoir senti une grande douleur à cette annonce[11]. Il est depuis le proche du pape émérite, concélébrant avec lui chaque jour la messe à 6 heures du matin au monastère Mater Ecclesiae[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Vatican, les clefs d'une crise", par Claire Chartier, L'Express du 12/02/2009
  2. Article en ligne du site infocatho annonçant la nomination de Gänswein comme secrétaire du pape, http://infocatho.cef.fr/fichiers_html/archives/deuxmilcinqsem/semaine17/25nx16eglisec.html
  3. Extrait de l'interview sur le site "eucharistiemisericorde", http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0808062_secretaire
  4. Interview au Journal l'Express, http://www.lexpress.fr/mag/tentations/dossier/modeind/dossier.asp?ida=455645
  5. article de journal lesarmées.com citant les propos de Georg Gänswein, http://www.armees.com/Le-secretaire-personnel-du-pape-s-emeut-de-l-islamisation-de-l-Europe,23748.html
  6. Cf. l'article de Claire Chartier dans L'Express du 12/02/2009 déjà cité.
  7. Le pape renforce le rôle de son secrétaire, Le Figaro, 7 décembre 2012.
  8. « Mgr Gänswein vivra avec Benoît XVI dans le monastère du Vatican », sur Radio Vatican
  9. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Conferma dei superiori segreteria di stato e della casa pontificia », sur press.vatican.va,‎ 31 août 2013 (consulté le 15 août 2014)
  10. AFP, « Le pape François remplace son numéro deux controversé au Vatican », sur press.vatican.va,‎ 31 août 2013 (consulté le 15 août 2014)
  11. Radio Vatican, « Mgr Gänswein : la renonciation, « un acte révolutionnaire » », sur news.va,‎ 11 février 2014 (consulté le 13 février 2014)
  12. Jean-Marie Guénois, « La vie ordinaire et sereine d'un pape émérite », sur lefigaro.fr,‎ 10 février 2014 (consulté le 13 février 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :