Geneviève Fauconnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Geneviève Fauconnier

Activités écrivain français
Naissance 3 janvier 1886
Barbezieux en Charente
Décès 11 décembre 1969
Saint-Palais-de-Négrignac en Charente-Maritime
Langue d'écriture français
Mouvement Groupe de Barbezieux
Genres Roman
Distinctions Prix Femina (1933) pour Claude

Œuvres principales

Geneviève Fauconnier (Barbezieux, 3 janvier 1886 - Saint-Palais-de-Négrignac, 11 décembre 1969) est une romancière du sud charentais, l'une des représentantes les plus sensibles de ce qu'on a appelé le Groupe de Barbezieux. Son frère Henri Fauconnier, prix Goncourt 1930 en fit partie, Jacques Chardonne, Grand prix du roman de l'Académie française en 1932 en fut un membre important. La période trouble de la guerre et des divergences de convictions les séparèrent par la suite.

En 1933, elle obtint le prix Femina pour son roman Claude.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses romans ont fait le tour du monde, grâce à de nombreuses traductions et éditions :

  • Les trois petits enfants bleus, 1927,
  • Micheline à bord du Nibong (écrit en 1910), 1932,
  • Claude, 1933
  • Les étangs de la Double, 1935,
  • Pastorale, 1942,
  • Christine et les Micocouliers, 1948,
  • Les enfances du Christ, 1956,
  • Évocations, 1960.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les trois petits enfants bleus. Ce roman figure la découverte de la campagne par des enfants de la ville. Ils se mettent peu à peu à comprendre l'infinie variété de l'herbe ou des oiseaux alors qu'ils ne connaissaient que l'uniformité du gazon et quelques pauvres moineaux de Paris… À travers les saisons, le grand détail des changements de la nature, fait miroir à la vie réglée des maîtres de métairie du sud charentais. Et au-delà du miroir, le rêve entretenu des petits bleus, trois enfants imaginés comme s'échappant du décor d'une toile de Jouy. Il s'agit du premier roman de Geneviève Fauconnier.
    • 1927 - Édition Originale Stock Delamain et Boutelleau (Paris - collection Maïa) - Dessins de Marie Fauconnier.
    • 1934 - Édition Delagrave (Paris) - Illustrations Edy Legrand - Texte incomplet (de nombreux paragraphes ou phrases sont omis, le texte n’est ni réécrit, ni résumé).
    • 1938 - Réédition Stock (Paris) - Illustrations Berthomme Saint-André - Couverture Rojan
    • 1948 - Traduction en Néerlandais, De drie blauwe kinderen de Béatrice Willing – Edition De Driehoek’s Graveland - Dessins de Joh Bottema.
    • 1995 - Édition Le Croit Vif (Paris)
  • Micheline à bord du Nibong
  • Claude. Entre l’évocation si pleine de charme d’une enfance provinciale au début du siècle et la révolte intérieure de la narratrice, le personnage de Claude semble se façonner à travers les gestes et les objets quotidiens que bien souvent on ne remarque plus. Se sentant devenir à la fois étrangère et étrangement sensible à ce qui l’entoure, Claude touche, parce qu’elle figure de façon finalement paisible les blessures enfouies en chacun de ses lecteurs. Un portrait de femme inoubliable… Et de toutes les époques, de tous les continents. Son immense succès montre à quel point une narratrice d’une bourgade du sud charentais peut atteindre à l’universel.
    • 1933 - Édition originale Stock Delamain et Boutelleau (Paris) - Prix Fémina 1933.
    • 1936 - Édition J. Ferenczi et Fils (Paris) - Illustré par Jean de Botton.
    • 1937 - Traduction en Anglais, Claude de Lauren Ford - Edition Macmillan Company (New York) + Edition Cassell & Company (Londres) - Dessins de Lauren Ford.
    • 1942 - Traduction en Catalan, Claudia de Javier Barcelo (pseudonyme de Carles Riba pendant son exil en France) - Edition Lauro (Barcelone), collection Aretusa[1]
    • 1995 - Édition Le Croit Vif, Paris.
  • Les étangs de la Double. L'attachement au passé, le désir d'identité, les envies farouches générées par la possession de la terre, tout se conjugue pour mener au drame, puis à une harmonie retrouvée. On peut lire Les Etangs de la Double comme un « policier d'une qualité inconnue » (Jacques Chardonne), ou comme un morceau d'anthologie sur la vie des petits hobereaux du sud charentais, ou encore comme un portrait de femme tout en couleurs intérieures. Ce roman est probablement le plus achevé de l'œuvre de Geneviève Fauconnier.
    • 1935 - Édition originale Stock.
    • 1942 - Traduction en Espagnol, Las lagunas de la Double de par Luis Jorda – Édition Anfora (Madrid) - Dessin page de garde peint à la main par Juan Commeleran.
    • 1995 - Édition Le Croit Vif, Paris.
  • Pastorale. Ce roman, ainsi que Christine et les Micocouliers devaient faire partie d’une œuvre, composées de quatre romans, intitulée La Joie parfaite. Ils portaient les titres Pastorale, Andante, Quasi una fantasia et Finale. L’idée d’une saga a été abandonnée, Andante est devenu Christine et les Micocouliers.
    • 1942 - Édition originale Stock Delamain et Boutelleau (Paris) - Dessins de D. Galanis
    • 1995 - Édition Omnibus - Recueil Gens de Charente et Poitou
  • Christine et les Micocouliers
    • 1948 - Édition originale Stock Delamain et Boutelleau, Paris.
  • Les Enfances du Christ
    • 1956 - Édition originale La Palatine.
    • 1960 - Traduction en Espagnol, La infancia de Christo de Felipe Ximenez de Sandoval – Edition Stvdivm (Madrid), collection Biblicas
  • Évocations
    • 1960 - Édition originale Stock, Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Biblioteca de Carles Riba - Clementina Arderiu, p.23 - Jaume Medina