Geneviève Dorion-Coupal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Geneviève Dorion-Coupal est une danseuse, chorégraphe et directrice artistique originaire du Québec. Elle a contribué en tant que chorégraphe tant à des comédies musicales, spectacles, et pièces de théâtre, qu'à des émissions de télévision. Elle a également fait diverses incursions dans l’univers du cinéma et de la publicité.

Spectacles, comédies musicales et pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

Elle a fait partie de la direction artistique de The Man in Black, un spectacle rendant hommage à Johnny Cash, à l'affiche en premier lieu au Capitole de Québec[1] et qui a ensuite fait le tour du Canada. Elle est également la chorégraphe de Love, une production du Cirque du Soleil inspirée de la carrière des Beatles, mais également de Les Misérables, Génération Motown, Night Fever, Sweet charity, Pied de Poule, Elvis Story, Dalida et de la comédie musicale Chicago[2].

Évènements spéciaux[modifier | modifier le code]

Elle a notamment chorégraphié le spectacle québécois aux Jeux olympiques d'hiver de Vancouver en 2010[2] et le spectacle commémoratif du 400e de Québec[3].

Cinéma, télévision et vidéoclips[modifier | modifier le code]

Geneviève a travaillé, entre autres, sur la plateau du film Idole instantanée d'Yves Desgagnés et Maman Last Call de François Bouvier. Elle a été la chorégraphe de l'émission québécoise de téléréalité Star Académie et de la version polonaise de l'émission So You Think You Can Dance[4]. Elle a également travaillé sur les clips Au grand jour, Danser, Danser, Matahari et Légende urbaine d'Émily Bégin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Drouin, « « Chanter, c’est aussi un corps » », Le Journal de Québec,‎ 5 avril 2009 (lire en ligne)
  2. a et b Régis Tremblay, « Geneviève Dorion-Coupal: la femme invisible que tout le monde voit », Le Soleil,‎ 24 juillet 2010 (lire en ligne)
  3. Louis-Guy Lemieux, « Rencontre au sommet in L'Album du 400e », Journal Le Soleil (Québec),‎ 2 novembre 2008
  4. Marie-Hélène Goulet, « Geneviève Dorion-Coupal est une star en Pologne », 7 jours,‎ 8 avril 2010 (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]