Geneviève Amyot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Geneviève Amyot est une poétesse et romancière québécoise née à Saint-Augustin-de-Desmaures, le 10 janvier 1945 et décédée le 11 juin 2000.

Elle étudie en pédagogie à l'École Normale Notre-Dame-De-Foy de 1961 à 1965, puis en lettres à l'Université Laval, où elle reçoit sa licence en 1969. De 1965 à 1972, elle est professeure au primaire, puis de littérature au niveau collégial.

Elle se consacre par la suite à son écriture. Elle collabore à plusieurs revues dont Estuaire, Dérives, La Nouvelle Barre du jour, Interventions, Québec français et Room of One's Own (en)[1].

Elle est la tante du comédien Yves Amyot.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1975 - La mort était extravagante
  • 1976 - L'absent aigu
  • 1978 - Journal de l'année passée
  • 1982 - Dans la pitié des chairs
  • 1988 - Poètes du Québec
  • 1988 - Petites fins du monde
  • 1990 - Corps d'atelier
  • 1994 - Je t'écrirai encore demain
  • 2000 - Corneille et compagnie

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) L'ÎLE, l'Infocentre littéraire des écrivains, [1].