Genesis I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Genesis I
Caractéristiques
Organisation Bigelow Aerospace (Privée)
Domaine Station spatiale orbitale
Masse 1 360 kg (5)
Longueur 4,4 m (2)
Diamètre 2,54 m (2)
Volume pressurisé 11,5 m3 (2)
Lancement 12 juillet 2006
14:53:30 UTC (3)
Base de lancement cosmodrome de Dombarovski,
Russie (3)
Lanceur Dnepr
Fin de mission 2013-2019 (4)
Index NSSDC 2006-029A
Indicatif NORAD #29252 (1)
Orbite Orbite terrestre basse
Périapside 521 km
Apoapside 594 km
Période 95,8 minutes (1)
Vitesse moyenne 27 243 km/h (2)
Inclinaison 64,51° (1)
Références (1)[1] (2)[2] (3)[3] (4)[4] (5)[5] (6)[6]

Genesis I est une station spatiale habitable expérimentale lancée en 2006, imaginée et construite par la société privée Bigelow Aerospace. C'est le premier module de cette compagnie mis en orbite. Ce vol permet de tester différents systèmes, matériaux et techniques pour déterminer la viabilité des structures spatiales gonflables en vol longue durée. De telles structures comme celle-ci ou comme d'autres construites par Bigelow Aerospace ont été conçues en utilisant la technologie Transhab développée par la NASA, qui permet de déployer un volume intérieur plus important avec un diamètre réduit au lancement, et permet en théorie une réduction de la masse par rapport aux structures rigides.

Histoire[modifier | modifier le code]

Genesis I a été lancé le 12 juillet 2006 à 14 h 53 min 30 s UTC à bord d'une fusée Dnepr de ISC Kosmotras, depuis le cosmodrome de Dombarovski, près de Iasny en Russie. Son contrôle a été transféré à Bigelow Aerospace à 15:08 UTC aussitôt après sa satellisation[3]. Conçu comme un modèle réduit à l'échelle 1/3 du futur BA 330, le corps principal de l'engin une fois déployé en orbite mesure 4,4 m de long et 2,54 m de diamètre, avec un volume intérieur habitable de 11,5 mètres cubes[2]. Lors du lancement, le diamètre de l'ensemble est de seulement 1,6 m[7], son gonflage ayant duré approximativement dix minutes[4].

Genesis I a souffert d'une irradiation majeure suite à un orage magnétique en décembre 2006. Les contrôleurs de la mission ont pu redémarrer le système à temps, bien que l'incident ait été décrit comme « fatal à une défaillance près ». Aucune séquelle ne parait résulter de la situation, et le satellite apparaissait en « excellente forme » en mars 2007[8].

Le satellite a complété sa 10 000e orbite le 8 mai 2008, quelque 660 jours après son envoi. Depuis le décollage, « Genesis I a voyagé l'équivalent de plus de 270 millions de miles (soit approximativement 434 522 880 kilomètres), ce qui représente 1 154 allers et retours vers la Lune », et a pris plus de 14 000 images au-dessus de chacun des sept continents. Son équipement électrique a demeuré constamment sous tension[9].

Systèmes[modifier | modifier le code]

Pesant seulement 1 360 kg, la structure déployé est celle d'un cylindre de 2,4 m sur 4,5 m.

Genesis I est équipé de huit panneaux solaires GaAs, quatre sur chaque extrémité, qui produisent un total d'un kilowatt de puissance électrique[10] et alimentent une pile de 26 volts[11]. Le vaisseau est équipé de treize caméras, soit sept externes pour surveiller l'intégrité physique du vaisseau, sa surface et ses panneaux solaires, et six caméras internes pour photographier divers objets et expérimentations[2]. Le système interne maintient une pression atmosphérique de 7,5 p.s.i.[6] (soit 51,7 kPa, environ la moitié de la pression atmosphérique au niveau de la mer) et utilise un contrôle thermique passif pour garder la température à une moyenne de 26 degrés Celsius[11] avec des limites observées de 4,5 degrés à 32 degrés[12]. Genesis I utilise un réservoir à carburant unique pour son système d'expansion et la commande de stabilisation est exécutée en utilisant un réseau de magnéto-coupleurs, de senseurs solaires, de GPS et d'un magnétomètre[13].

Charge utile[modifier | modifier le code]

Outre les systèmes variés de surveillance et d'équipement du satellite, Genesis I a emporté une large gamme de chargements divers. Les employés de Bigelow ont fait don de plusieurs photographies, jouets, carte et autres mascottes, qui peuvent être observés flottant dans la cabine. Bigelow a aussi embarqué un laboratoire pour l'expérimentation de la vie à bord, qui contient une variété de cancrelats du Madagascar (« Gromphadorhina portentosa ») et de pois sauteurs[14],[15]. De plus, la compagnie a autorisé la NASA à inclure un prototype de nano satellite de la série GeneSat. Cet appareil, appelé GeneBox, a testé le système et les procédures qui seront utilisées lors de missions futures de GeneSat. Alors que GeneBox ne contient aucun organisme vivant, les vols futurs utiliseront des senseurs et des outils optiques pour mesurer l'influence de l'apesanteur sur les gènes et les activités génétiques de cellules et de micro-organismes[16],[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Genesis I satellite details », N2YO.com (consulté le 9 septembre 2009)
  2. a, b et c (en) « Genesis I General Specs », BigelowAerospace.com (consulté le 20 décembre 2007)
  3. a et b (en) « Russia inaugurates new space launch site », RussianSpaceWeb.com,‎ 17 juillet 2006 (consulté le 30 juin 2007)
  4. a et b (en) Leonard David, « Bigelow Aerospace's Genesis-1 Performing Well », Space.com,‎ 2006-07-21 (lire en ligne)
  5. (en) Alan Boyle, « Private space station test delayed till May », MSNBC.com,‎ 2007-04-17 (lire en ligne), archive de l'original.
  6. a et b (en) Leonard David, « Bigelow's Genesis-1 Performing Well », LiveScience.com,‎ 2006-07-13 (lire en ligne)
  7. (en) « Genesis II Calls Home, Says It's Doing Fine », BigelowAerospace.com,‎ 2007-06-28 (lire en ligne)
  8. « Bigelow Aerospace Sets a Business Trajectory », 26 mars 2007.
  9. (en) Tariq Malik, « Private Space Station Prototype Hits Orbital Milestone », Space.com,‎ 2008-05-09 (lire en ligne)
  10. (en) « Genesis-I & II », SpaceQuest.com (consulté le 30 juin 2007)
  11. a et b (en) Leonard David, « Bigelow Module: Orbital Updates », LiveScience.com,‎ 2006-07-12 (lire en ligne)
  12. (en) Jay Ingham, « Genesis I: Performance », BigelowAerospace.com,‎ 2007-02-13 (lire en ligne)
  13. (en) Eric Haakonstad, « Genesis II Different From Genesis I », BigelowAerospace.com,‎ 5 mars 2007 (consulté le 4 août 2007), archive de l'« original » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  14. « NLV firm launches Genesis II » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  15. (en) Tariq Malik, « Bigelow's Second Orbital Module Launches Into Space », Space.com,‎ 2007-06-28 (lire en ligne)
  16. (en) « Bigelow Spacecraft Carries NASA 'Genebox' For Tests In Orbit », NASA Ames Research Center,‎ 30 juin 2007 (consulté le 17 juil. 2006)
  17. (en) Keith Cowing, « A Closer Look at NASA's GeneBox Payload », SpaceRef.com,‎ 2006-07-30 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]