Genay (Côte-d'Or)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genay.
Genay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Arrondissement Arrondissement de Montbard
Canton Canton de Semur-en-Auxois
Intercommunalité Communauté de communes du Sinémurien
Maire
Mandat
Jean-Michel Garraut
2014-2020
Code postal 21140
Code commune 21291
Démographie
Population
municipale
338 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 36″ N 4° 17′ 57″ E / 47.5266666667, 4.29916666667 ()47° 31′ 36″ Nord 4° 17′ 57″ Est / 47.5266666667, 4.29916666667 ()  
Altitude Min. 218 m – Max. 405 m
Superficie 13,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Genay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Genay

Genay est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Genay est traversé par l'Armançon, affluent de l'Yonne (rivière) et comporte un bois communal. La commune de Genay rassemble le village de Genay et le hameau du Cloux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villaines-les-Prévôtes Rose des vents
Jeux-lès-Bard N Millery
O    Genay    E
S
Torcy-et-Pouligny Vic-de-Chassenay

Histoire[modifier | modifier le code]

Un chantier de fouille a permis de retrouver à Genay des preuves d'occupation préhistorique. Il s'agit probablement d'un campement de chasseur revenant périodiquement au même endroit: un crane d'adulte néandertalien, une molaire d’enfant néandertalien, des restes d'animaux chassés par l'homme de l'époque moustérienne[1].

La commune garde à travers plusieurs monuments, le souvenir d'Henri Camp et de cinq résistants, abattus le 3 août 1944 à Genay. Les hommes de la commune avaient été rassemblés dans une salle et la population menacée de représailles si les résistants n'étaient pas trouvés. Henri Camp fut le chef du maquis bourguignon "Henri Bourgogne"[2], il a rallié à lui la plupart des résistants d'un secteur s'étendant du nord de la Côte d'Or au sud de l'Yonne. Le maquis s'était installé le 6 juillet 1944 dans le bois communal de Genay.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 M. Jean-Michel Garraut ex modem  
2008 2014 M. Jean-Michel Garraut ex modem  
avril 2014 - M. Jean-Michel Garraut sans  
Les données manquantes sont à compléter.

Lors des élections municipales 2014, un tract de la liste du maire sortant indiquait qu'un des principaux succès du mandat précédent a été de conserver une école primaire rurale en s'associant avec Vic-de-Chassenay. La commune lutte au sein de l'ASPA (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine de l'Auxois), contre la méga-décharge installée sur le territoire de Vic-de-Chassenay et Millery (Côte-d'Or).

Étiquette politique du maire[modifier | modifier le code]

M. Jean-Michel Garraut a été exclu du Modem lors des cantonales 2008 parce qu'il avait choisi comme suppléante Tatiana Guyenot, qui par le passé et pour un temps, adhéra au FN[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 338 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
679 674 684 610 610 603 542 547 558
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
552 514 509 503 474 472 463 442 418
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
353 355 366 315 292 242 256 244 249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
278 294 279 294 308 339 336 341 333
2011 - - - - - - - -
338 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Christ aux liens (copie) au hameau du Clou, pont en pierre du XVIIIe siècle sur l'Armançon, ancien lavoir servant de salle de réunion, vieux puits, menhir (la grande Borne).

La grande Borne aussi appelée menhir Sainte-Christine est visible de loin au milieu d'une pâture à vache à environ 3 km du centre du village. Sainte Christine, condamnée à être noyée le menhir accroché au cou, aurait par la grâce de Dieu, réussit à le porter dans son tablier jusqu'à ce que ses bretelles cassent. Le menhir a été déplacé sur une limite de commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :