Gelyella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gelyella

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Reconstitution de Gelyella monardi
au Muséum d'histoire naturelle de Genève
(agrandissement ×700)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Crustacea
Classe Maxillopoda
Sous-classe Copepoda

Ordre

Gelyelloida
Huys, 1988

Famille

Gelyellidae
Rouch & Lescher-Moutoué, 1977

Genre

Gelyella
Rouch & Lescher-Moutoué, 1977

Espèces de rang inférieur

  • Gelyella droguei
    Rouch & Lescher-Moutoué, 1977
  • Gelyella monardi
    Moeschler & Rouch, 1988

Gelyella est un genre de copépodes d'eau douce primitifs et peu connus. Ils ont été trouvés dans les zones humides des régions karstiques du sud de la France et de l'ouest de la Suisse. Ce genre ne compte que deux espèces, qui constituent les seuls membres de la famille des Gelyellidae et, bien que celle-ci fut autrefois placée parmi les Harpacticoida un nouvel ordre, Gelyelloida, a été créé pour cette seule famille[1].

Description[modifier | modifier le code]

Gelyella présente possiblement une certaine néoténie, les animaux atteignant leur maturité sexuelle ressemblant toujours en partie à des juvéniles[2]. Les adultes mesurent de 300 à 400 μm de long avec un corps presque cylindrique qui s'affine vers l'arrière[1]. Il y a onze segments, le dernier étant aussi long que les deux précédents réunis[3].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Gorges de l'Areuse, où Gelyella monardi a été découverte.

Seules deux espèces sont connues dans ce genre[4] :

  • Gelyella droguei Rouch & Lescher-Moutoué, 1977, décrite en 1977 à partir de spécimens — en particulier une femelle ayant servi d'holotype — trouvés à Saint-Gély-du-Fesc, dans l'Hérault et à 60 m de profondeur, et qui doit son nom à C. Drogue grâce à l'aide de qui l'espèce a été découverte[5],[1] ;
  • Gelyella monardi Moeschler & Rouch, 1988, trouvée dans les gorges de l'Areuse, dans le Jura suisse onze ans après la première espèce, ayant eu son nom en l'hommage des cent ans de la naissance du naturaliste suisse Albert Monard[3],[1].

Ces crustacés sont dits « entourés de mystère »[2]. À la découvert de G. droguei Rouch et Lescher-Moutoué le rapprochent à la fois des « Polyarthra » et des « Oligoarthra », les deux grands groupes de l'ordre des Harpacticoida, et lui trouvent également des ressemblance avec Cerviniella. Ils espèrent cependant que de nouvelles découvertes pourront préciser cette position, ce que ne permet pas de faire celle de G. monardi en 1888. Le taxon reste sujet à question, incertae sedis pour certains, « chaînon manquant » entre Polyarthra et Oligoarthra pour d'autres. En 1988 toujours, Huys réalise un nouvel examen du matériel et propose alors la création d'un ordre propre à ces espèces, davantage proche des Cyclopoida que des Harpacticoida[1].

Ces deux copépodes descendent peut-être d'un ancêtre commun marin en suivant les changements des lignes de côte durant le Miocène[3]. Lors de cette époque, la mer Méditerranée a atteint quelques zones de la Suisse, mais la crise de salinité messinienne qui s'ensuivit a causé l'assèchement de celle-ci, laissant de simples lacs salés dans le bassin méditerranéen.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] (fr) R. Rouch et F. Lescher-Moutoué, « Gelyella droguei n. g., n. sp., curieux Harpacticide des eaux souterraines continentales de la nouvelle famille des Gelyellidae », Annales de Limnologie, vol. 13,‎ janvier 1977, p. 1-14 (DOI 10.1051/limn/1977018, lire en ligne)
  • (fr) Pascal Moeschler et Raymond Rouch, « Découverte d'un nouveau représentant de la famille des Gelyellidae (Copepoda, Harpacticoida) dans les eaux souterraines de Suisse », Crustaceana, vol. 55, no 1,‎ 1988, p. 1–16 (DOI 10.1163/156854088X00203, JSTOR 20104370)
  • (en) Rony Huys, « Biology of Copepods - Gelyelloida, a new order of stygobiont copepods from European karstic systems », Hydrobiologia, G. A. Boxshall & H. K. Schminke, vol. 167/168,‎ 1988, p. 485–495 (DOI 10.1007/BF00026343, lire en ligne)

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Huys (1988)
  2. a et b (en) Diana M. P. Galassi, « Copepoda: Developments in Ecology, Biology and Systematics - Groundwater copepods: diversity patterns over ecological and evolutionary scales », Hydrobiologia, R. M. Lopes, J. W. Reid & C. E. F. Rocha, vol. 453/454,‎ 2001, p. 227–253 (DOI 10.1023/A:1013100924948)
  3. a, b et c Moeschler et Rouch (1988)
  4. T. Chad Walter, « Gelyella Rouch & Lescher-Moutoue, 1977 », World Copepoda database, World Register of Marine Species,‎ 2009 (consulté le 8 mars 2010)
  5. Rouch et Lescher-Moutoué (1977)