Gelou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte hongroise du XIXe siècle illustrant la Gesta Hungarorum.
Les régions ethnographiques roumaines en Transylvanie (rose), Maramureș (bleu), Satu Mare (vert), Sălaj, Bihor et Zărand (jaune) et Banat (violet).

Gelou (traduit en roumain en Gelu, et en hongrois en Gyalu) était, selon la Gesta Hungarorum, un chef des Valaques et des Slaves en Transylvanie, battu par les Magyars au Xe siècle. La Gesta raconte que Gelou fut tué par les guerriers du capitaine magyar Tétény (aussi appelé Töhötöm; en latin: Tuhutum).

Les historiens hongrois pensent que Gelou - comme d'autres ennemis du chef magyar Árpád cité dans la Gesta - est probablement une invention de son auteur. Les arguments en faveur de cette hypothèse sont les suivants :

  • aucun document ne corrobore l'existence de Gelou;
  • la Gesta ne mentionne pas des personnalités historiques importantes comme Svatopluk et Siméon Ier de Bulgarie;
  • d'autres personnages de la Gesta ont été inventés d'après des toponymes (par exemple Zobor).

Les historiens roumainss pensent que Gelou a existé en realité parce que la Gesta mentionne quelques personnalités importantes comme Arpad et Tuhutum. La seule certitude, que l'on doit aux recherches archéologiques, toponymiques et épigraphiques, est qu'il a existé en Transylvanie au Xe siècle une quinzaine de petites principautés slavo-roumaines -(ro) Țări, (hu) Vlachföld, (sl) Kniazek, (fr) Canesats- : les pays de Maramureș, Oaș, Lăpuș, Crasna, Bihor, Turda, Năsăud, Gurghiu, Zărand, Moților, Vlăhița, Vulcan, Amlaș, Cibin et Făgăraș, que le royaume de Hongrie a réuni au XIIe siècle en un Voïvodat de Transylvanie, distinct du royaume mais vassal (du moins jusqu'en 1526).

L'historien roumain Neagu Djuvara signale que le nom de Gelou pourrait être relié à l'ancien toponyme thrace Gelupara (para signifie "ville") et au toponyme moderne de Gilău, qui est le nom d'un village et d'une rivière dans le județ de Cluj.