Geert Hofstede

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Geert Hofstede est un psychologue néerlandais né en 1928. Il a été inspiré par le culturalisme. Son approche de la culture est basée sur la définition donnée par l'anthropologue américain Kluckhohn « la culture est la manière de penser, de sentir et de réagir d'un groupe humain, surtout acquise et transmise par des symboles, et qui représente son identité spécifique : elle inclut les objets concrets produits par le groupe. Le cœur de la culture est constitué d'idées traditionnelles et des valeurs qui lui sont attachées. »

Différenciation culturelle[modifier | modifier le code]

Il définit cinq facteurs de différenciation culturelle :

  • La distance hiérarchique,
  • Le contrôle de l'incertitude,
  • L'individualisme et le collectivisme,
  • La dimension masculine/féminine,
  • L'orientation court terme/long terme.

La recherche, conduite par Geert Hofstede, repose sur l'administration de plus de 100 000 questionnaires auprès de filiales d'IBM implantés dans plus de 50 pays.

La distance hiérarchique[modifier | modifier le code]

Le degré d'acceptation culturelle des inégalités de statuts et de pouvoir entre les individus. Cette dimension révèle le degré de respect dont font preuve les gens vis-à-vis de leur hiérarchie et de l'autorité.

L' acceptation de l'incertitude[modifier | modifier le code]

Désigne le degré de tolérance qu'une culture peut accepter face à l'inquiétude provoquée par les événements futurs. La relation à l'incertitude est différente selon les sociétés. Certaines utilisent des prévisions et des dispositifs pour gérer les événements (comme Vigipirate ou le principe de précaution en France). D'autres sociétés se font moins de soucis face à l'incertitude.

L'individualisme et le collectivisme[modifier | modifier le code]

Exprime le degré de liberté d'un individu par rapport à un groupe.

Autrement, exprime le degré d'autonomie par rapport au groupe et aux normes sociales, la plus ou moins grande solidarité du groupe et le degré d'attachement aux valeurs communautaires comme l'amitié ou la famille.

La dimension masculine/féminine[modifier | modifier le code]

Il s'agit de savoir si une société est, d'une part, plutôt plus sensible à des facteurs émotionnels (féminin) ou factuels (masculin) et, d'autre part, organisée avec une séparation marquée ou non des rôles des deux sexes dans les tâches de la vie quotidienne.

L'orientation court terme/long terme[modifier | modifier le code]

L’auteur lui-même associe le long terme aux valeurs de la vertu. Les valeurs associées au court terme sont le respect des traditions, satisfaire des obligations sociales. Les valeurs associées à une vision à long terme (dite "vérité") sont économie et persévérance.

Liens[modifier | modifier le code]