Gbaya (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gbaya.

Les Gbaya sont un peuple d'Afrique centrale, établi à l'ouest de la République centrafricaine pour les quatre cinquièmes et au centre-est du Cameroun pour le dernier cinquième[1].

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on peut rencontrer de multiples variantes de l'ethnonyme : Baja, Baya, Bayas, Beya, Bwaka, Gbaja, Gbaya Bodomo, Gbaya Bokoto, Gbaya Bouli, Gbaya Dooka, Gbaya Kaka, Gbaya Kara, Gbaya Lai, Gbayas, Gbaya Yaiyuwe, Gbea, Gbeya, Igbaka, Igbaya[2].

Population[modifier | modifier le code]

Leur nombre était estimé à plus de 1 200 000 dans les années 1980. Les Gbaya comprennent plusieurs sous-groupes : Bodomo, Bokoto, Bouli, Dooka, Kaka, Kara, Lai, Yayuwe[3].

Langues[modifier | modifier le code]

Ils parlent différents dialectes du gbaya – des langues oubanguiennes – dont le nombre de locuteurs a été estimé à 877 000[4].

Religion[modifier | modifier le code]

20 % des Gbaya sont musulmans[3]. Leur conversion à l'islam date du début du XIXe siècle lorsque les Peuls et les Haoussas ont développé avec eux des relations commerciales. Les premiers missionnaires chrétiens sont arrivés dans les années 1920. Le christianisme s'est surtout propagé parmi les Gbaya ayant reçu une éducation à l'occidentale, ainsi qu'auprès des femmes. Les différentes pratiques animistes subsistent, mais perdent du terrain[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnalités politiques de la République centrafricaine sont Gbaya. C'est le cas des anciens chefs d'État Ange-Félix Patassé (par son père) et François Bozizé (à qui certains ont reproché de favoriser les membres de son ethnie[5]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Paulette Roulon-Doko, « Les animaux dans les contes gbaya. République centrafricaine », p. 183 [1]
  2. Source : RAMEAU, BnF [2]
  3. a, b et c (en) James Stuart Olson, « Gbaya », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 193 (ISBN 9780313279188)
  4. (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue
  5. (fr)« F. Bozizé, président de la République ou président des Gbaya ? », in Le Confident, 8 octobre 2010 [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Markus Roser, Hexerei und Lebensriten : zur Inkulturation des christlichen Glaubens unter den Gbaya der Zentralafrikanischen Republik, Erlanger Verlag für Mission und Ökumene, Erlangen, 2000, 374 p. (ISBN 3-87214-343-3) (d'après une thèse de théologie soutenue à l'Université de Heidelberg en 1999)
  • (en) P. C. Burnham, Opportunity and constraint in a savanna society : the Gbaya of Meiganga, Cameroon, Academic Press, Londres, New York, 1980, 324 p. (ISBN 0121460606)
  • (en) Philip A. Noss, « Gbaya riddles in changing times », in Research in African literatures (Bloomington), 37 (2) été 2006, p. 34-42
  • Gabriel Gosselin, Travail et changement social en pays gbeya (R. C. A.), Librairie C. Klincksieck, Paris, 1972, 356 p.
  • John Hilberth, Les Gbaya, 1962, 143 p.
  • Paulette Roulon-Doko, Chasse, cueillette et culture chez les Gbaya de Centrafrique, L'Harmattan, 1998, 539 p. (ISBN 2-7384-6290-1)
  • Paulette Roulon-Doko, Cuisine et nourriture chez les Gbaya de Centrafrique, L'Harmattan, Paris, 2001, 410 p. (ISBN 2-7475-0921-4)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Centrafrique : musique Gbáyá, chants à penser (Vincent Dehoux, collecteur ; enregistrements en 1977), Radio-France, Harmonia Mundi, 1992, CD (51') + brochure
  • Centrafrique : musique pour sanza en pays Gbaya (Vincent Dehoux, collecteur), Archives internationales de musique populaire, Musée d'ethnographie de Genève ; VDE-Gallo, Lausanne, 1993, CD (69') + brochure)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Garçons et filles : rites de passage chez les Gbayas, film documentaire réalisé par Michel Brunet, CNRS images, Meudon, 2011, 27 min (DVD) ; tourné en 1962
  • Les enfants de la danse, film documentaire réalisé par Simha Arom et Geneviève Dournon-Taurelle, CNRS Audiovisuel, Meudon, 1970, 10 min 35 s (VHS) ; tourné en 1966
  • Le jugement entre Gnongoro et Sofine, film documentaire de Paulette Roulon-Doko, (réalisation: Arghyro Paouri, voix off et musique Gangan Doko), CNRS, Cultures, langues, textes, Villejuif, 2008, 16 min 53 s (DVD)
  • L'ethnie Gbaya 'bodoe de Centrafrique à travers le double regard d'une ethnolinguiste (vidéo d'un entretien avec Paulette Roulon-Doko le 17 décembre 2003 à la Maison des Sciences de l'Homme de Paris, en ligne sur le site des Archives Audiovisuelles de la Recherche)
  • Le manioc en pays gbaya, film documentaire de Paulette Roulon-Doko, (réalisation : Arghyro Paouri, voix off française Gangan Doko), Son stéréo, durée 47 min 33 s, DVD5, PAL, format 4/3, CNRS, 2010, [4],
  • (en) Cassava in Gbaya land, 2011, une version anglaise du précédent, voix off Julienne Doko.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :